Plafond salarial

Le plafond salarial est, dans une ligue ou division sportive, la masse salariale maximale que chaque équipe ne peut dépasser. L'objectif est de limiter l'accumulation de gros salaires dans un club sportif et donc de garantir une certaine équité entre les clubs d'une même ligue et également d'éviter un déficit général. Initialement introduite dans les sports majeurs nord-américains (Salary Cap), cette mesure a été étendue à d'autres sports et d'autres pays.

NBAModifier

Pour la saison 2013-2014 de la National Basketball Association (NBA), le plafond est fixé à 58,04 millions de dollars. Lors de la saison 1984-1985, ce plafond avait été fixé à 3,6 millions de dollars.

Il a été instauré pour limiter les hauts salaires dans la ligue afin de garantir la rentabilité des équipes. Il existe et a existé de nombreuses exceptions ou aménagements à ce principe, comme la luxury tax, amende pour dépassement autorisé.

NFLModifier

Appelé « hard cap » en National Football League (NFL), le plafond est d'environ 182,5 millions de dollars en 2021.

LNHModifier

Le plafond salarial en Ligue nationale de hockey (LNH, NHL en anglais) fut la cause de l'annulation complète (le lock-out) de la saison 2004-2005 de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Il se compose d'un minimum et d'un maximum :

  • le minimum constituant la masse salariale minimale ; elle doit obligatoirement être distribuée à l'effectif de la franchise ;
  • le maximum constituant le plafond salarial maximal autorisé de l'effectif. Il ne peut être dépassé en aucune mesure à la fin de la saison, malgré les bonus existants. Si jamais il devait être dépassé, la franchise se verrait sanctionner financièrement suivant ce qui a provoqué le dépassement. Soit une amende lui serait infligée, soit le montant des salaires qui excédait le plafond salarial de la saison achevée se verrait reporté la saison suivante sur la masse salariale de la franchise.
Évolution des planchers et plafonds salariaux dans la LNH[réf. nécessaire]
Saison Plancher Plafond
(millions $US) (millions $US)
2005-2006   21,5   39
2006-2007   28   44
2007-2008   34,3   50,3
2008-2009   40,7   56,7
2009-2010   40,8   56,8
2010-2011   43,4   59,4
2011-2012   48,3   64,3
2012-2013   44   70,2
2013-2014   44   64,3
2014-2015   51   69
2015-2016   52,8   71,4
2016-2017   54   73
2017-2018   55,4   75
2018-2019   58,8   79,5

MLBModifier

Dans la Ligue majeure de baseball (MLB), il n'existe pas de plafond salarial, mais un principe d'amendes (taxe de luxe) pour les équipes ayant des masses salariales très élevées, comme les Dodgers de Los Angeles[1], les Yankees de New York[2] ou les Red Sox de Boston[3]. Un projet de création de plafond salarial, approuvé par les propriétaires de franchises par un vote de 25 contre 3 mais refusé par le syndicat des joueurs, fut au cœur du contentieux ayant mené à la grève de 1994-1995 dans le baseball majeur[4].

Major League SoccerModifier

En 2013, le plafond salarial de la Major League Soccer (MLS) attribué à chaque équipe est de 3,1 millions de dollars. La somme des salaires des 20 joueurs les mieux payés de chaque équipe ne doit pas dépasser ce seuil. Il existe néanmoins différentes règles pour que le salaire de certains joueurs soit partiellement ou en totalité exclu de ce calcul[5].

Une des principales règles d'exception au plafond salariale a créé en 2007 par la MLS ; il s'agit de la règle du joueur désigné (designated player rule en anglais) familièrement appellée règle Beckham, car elle a été créée pour faire venir David Beckam en MLS. Cette règle permet à chaque club de rémunérer jusqu'à trois « joueurs désignés » d'un montant salarial libre en ne déduisant que 387 500 US$ par joueur désigné sur leur masse salariale globale.

Le niveau du plafond salarial de la MLS implique que les joueurs moyens de ce championnat sont beaucoup moins bien rémunérés que les joueurs moyens des championnats professionnels européens. La règle du joueur désigné permet d'attirer quelques grandes stars internationales dans la ligue en affectant davantage encore le salaire des autres joueurs des équipes qui font le choix de telles recrues. Avec cette règle, un joueur comme David Beckham ou Thierry Henry peut gagner plus que la masse salariale d'une équipe complète de MLS.

Évolution des planchers et plafonds salariaux dans la MLS[réf. nécessaire]
Saison Plafond Nb de Joueurs désignés
(millions $US/équipe)
2006 ? 1,9 0
2007   2,1 6
2008   2,3 8
2009 ? ? 9
2010   2,55 20
2011   2,675 23
2012   2,81 34
2013   2,95 30
2014   3,1 39
2015   3,49 48[6]
2016  
2017  
2018   4,035[7]
2019   4,24

Rugby à XIIIModifier

 
Daly Cherry-Evans est l'un des joueurs les mieux payés au monde en rugby à XIII avec un salaire annuel de 927 957 euros en 2017.

National Rugby LeagueModifier

Un plafond salarial est instauré en NSWRL en 1990 repris lors de la création de la National Rugby League. En 2013, il est de 5,85 millions de dollars australiens pour passer à 6,3 millions de dollars australiens en 2014, 6,55 en 2015, 6,8 en 2016 et 7 millions dollars australiens (soit 4 996 695 euros) en 2017. Ce plafond salarial est activement surveillé et l'instance gouvernante n'a pas hésité à sanctionner durement les clubs l'ayant dépassé à l'image du Melbourne Storm en 2010 avec l'annulation de plusieurs titres obtenus par le club.

Super LeagueModifier

En Super League, il est décidé en d'augmenter le plafond salarial. Alors qu'il est de 2,14 millions d'euros en 2017, il passe à 2,23 millions en 2018, 2,35 en 2019 puis 2,47 en 2020. Ce plafond salarial est la masse salariale constitué par les contrats des vingt-cinq joueurs de chaque effectif des clubs avec certaines dispenses à savoir qu'un joueur n’ayant pas joué à XIII ou en équipe d’Academy (équipe jeunes) aura un salary cap limité à 0 la première année et 50 % pour sa deuxième saison. Enfin, tous les joueurs de moins de 21 ans ne faisant pas partie de la liste des vingt-cinq joueurs les mieux payés du club et ayant un salaire annuel inférieur à 23 500 euros seront comptés à 0 dans le plafond salarial[8].

Rugby PremiershipModifier

Dans le Championnat d'Angleterre de rugby à XV, le plafond salarial est fixé à 4 millions de livres et, afin de faire face à la crise économique de 2008, il a été gelé pour deux ans en 2009[9].

WNBAModifier

Dans la Women's National Basketball Association américaine (WNBA), l'accord collectif signé entre les joueuses et la ligue a fixé le plafond à 803 000 dollars en 2009. En 2013, soit au terme de cet accord, le plafond maximal autorisé pour une équipe sera fixé à 803 000 dollars.

KHLModifier

Dans la Ligue continentale de hockey (KHL), ligue eurasienne de hockey, la convention collective prévoit un plafond salarial « mou » car les équipes qui dépassent le plafond salarial paient une taxe de luxe de 30 %, qui est versé dans un compte de stabilisation spécial ayant pour objectif de venir en aide aux clubs en difficulté financière. De plus, chaque équipe peut placer jusqu'à un maximum de deux « joueur désigné » ne comptant pas sous le plafond.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Dodgers pass Yanks in owing most tax, Associated Press, 19 décembre 2014.
  2. (en) Yankees hit with $28M luxury tax, Associated Press, 18 décembre 2013.
  3. (en) Yanks, Red Sox hit with luxury tax, Associated Press, 22 décembre 2011.
  4. (en) MLB strike of 1994 still impacting the game today, Craig Lyndall, cleveland.com, 4 avril 2011.
  5. Joey Strizzi, « MLS 101: Règlements de l'effectif 2013 », sur www.impactmontreal.com, Impact Média, (consulté le 7 mars 2013)
  6. le 05-05-2015
  7. Robert Jonas, « Updated 2018 MLS Roster Rules increase salary cap above $4 million », sur www.centerlinesoccer.com, SB Nation, (consulté le 1er décembre 2018)
  8. Super League clubs agree to increase salary cap over next three years, bbc.com, le 5 avril 2017
  9. (en) « Rugby: England freezes salary cap », sur www.nzherald.co.nz, The New Zealand Herald, (consulté le 15 février 2009)