Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caisson et Plafond.

Un plafond à caissons est en architecture un plafond, un soffite ou une voûte couvert ou construit avec des compartiments disposés de façon régulière (généralement en forme de grille orthogonale). Les formes géométriques usuelles sont le carré, le rectangle et l'octogone.

Cette technique est déjà utilisée dans l'architecture antique :

  • au Parthénon et aux Propylées, le plafond est en pierre et à caissons, pratique qui se développe au Ve siècle. Une grande plaque creusée de plusieurs alvéoles repose sur de fortes poutres transversales dans le pronaos et la galerie du Parthénon. Rehaussé de peinture, un motif floral s'épanouit au fond du caisson, une rosace, une fleur de liseron ou de lotus[1] ;
  • des exemples typiques et monumentaux sont la coupole du Panthéon de Rome et la basilique de Maxence et Constantin à Rome. D'autres exemples de plafonds à caissons en stuc ont été découverts dans des maisons d'Herculanum.

Cette technique revient à la mode à l'époque de la Renaissance et du baroque, et connaît une large diffusion dans l'architecture néo-classique.

L'observation d'un plafond ou un dôme réalisé avec cette disposition en damier crée souvent l'impression, plus ou moins réelle, que le plafond est traversé par des poutres qui courent sur toute la longueur et la largeur du plafond, en se croisant à chaque intersection des carrés.

Cela ne signifie pas nécessairement que cette structure se justifie par sa statique. Quoiqu'il soit vrai que pour des constructions telles que la rotonde du Panthéon les caissons soient conçus pour alléger le poids de la coupole, dans la plupart des cas le plafond à caissons est conçu à des fins décoratives, de sorte qu'il n'est pas difficile de trouver des peintures en trompe-l'œil qui imitent ce genre d'ouvrage.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sommaire

Notes et référencesModifier

  1. Stéphanie Pioda, « Les charpentiers au faîte de leur art », extra Le Vif/L'Express, 4 au 10 novembre 2011.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourceModifier