Pithiviers (camp de transit)

camp d'internement

Camp d'internement de Pithiviers
Bundesarchiv Bild 183-S69236, Frankreich, Internierungslager Pithiviers.jpg
Camp de Pithiviers en 1941
Présentation
Gestion
Date de création Mai 1941
Date de fermeture Août 1944
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Loiret
Localité Pithiviers
Coordonnées 48° 10′ 21″ nord, 2° 15′ 09″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Camp d'internement de Pithiviers

Le camp de Pithiviers était un camp d'internement situé à Pithiviers dans le département du Loiret (France).

Avec les camps de Beaune-la-Rolande et de Jargeau, le camp de Pithiviers était l'un des trois camps implantés dans le département du Loiret.

LocalisationModifier

Le camp était situé dans la commune de Pithiviers, à environ 80 km au sud de Paris et 19 km au nord-ouest de Beaune-la-Rolande.

HistoriqueModifier

Le camp a été construit au début de la Seconde Guerre mondiale avec l'objectif d'y accueillir des familles réfugiées de Paris, puis des prisonniers de guerre allemands.

Après l'armistice du 22 juin 1940, il est utilisé d'abord pour des prisonniers de guerre français. Joseph Darnand, fondateur et dirigeant de la Milice française, fait prisonnier de guerre le , a été interné au camp de Pithiviers avant de s'en évader en .

Déportation des juifsModifier

À partir de , les autorités françaises recensent les Juifs étrangers sur ordre des Allemands, puis le régime de Vichy prend l'initiative de promulguer une loi sur le statut des Juifs (loi du 4 octobre 1940). Theodor Dannecker, représentant d'Adolf Eichmann à Paris de à , souhaite cependant accélérer l'exclusion des Juifs, non seulement en les recensant et en les spoliant, mais également en les internant. Il peut compter sur Carltheo Zeitschel, qui partage avec lui les mêmes objectifs, et qui est chargé à l'ambassade d'Allemagne à Paris des relations avec le Commissariat général aux questions juives, créé le .

Le , Theodor Dannecker informe le préfet régional Jean-Pierre Ingrand (1905-1922), représentant du ministère de l'Intérieur en zone occupée, de la transformation du camp de prisonniers de Pithiviers en camp d'internement, avec transfert de sa gestion aux autorités françaises. Les Allemands exigent dans le même temps l'application de la loi du qui permet l'internement des Juifs étrangers. Le seul camp de Pithiviers étant insuffisant, celui de Beaune-la-Rolande est également requis, pour une capacité totale de 5000 places[1].

Le gouvernement de Vichy transforma ainsi le camp de prisonniers de guerre en camp d'internement pour les Juifs arrêtés lors des rafles et plus particulièrement la Rafle du billet vert le , puis les rafles du Vel d'hiv du 16 et .

Six convois partirent de Pithiviers les 25 juin, 17 juillet (6e convoi), 31 juillet, 3 août et , transportant 6 079 Juifs vers Auschwitz pour y être assassinés.

Il n'y eut que 115 survivants à la Libération, soit 1,8 % des déportés.

Max Jacob après son arrestation à Saint-Benoît-sur-Loire fut interné dans le camp de Drancy, il y mourut.

Arrétée le , la romancière Irène Némirovsky, auteure du roman inachevé "Suite française", y est transportée le avant d'être déportée le à Auschwitz par le convoi n°6. Elle y meurt un mois plus tard de la grippe (selon le certificat du camp), en fait plus sûrement du typhus.

ConvoisModifier

Du camp de Pithiviers, sont partis les convois de la déportation des Juifs de France suivants :

Détenus politiquesModifier

Le camp de Pithiviers fut évacué à la fin du mois de pour être transformé en camp de concentration pour détenus politiques jusqu'en [2],[3]

GalerieModifier

Lieux de mémoireModifier

  • depuis , le Centre de Recherche sur les camps de Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau a inauguré à Orléans un Musée-Mémorial.
  • Un monument a été édifié, en 1957, sur le site du camp d'internement, rue de l'ancien camp, non loin de la gare. Une urne noire contenant des cendres d'Auschwitz-Birkenau y a été déposée. Sur la stèle sont gravés les noms de Juifs internés dans le camp.
  • En 1992, une plaque commémorative rappelant la déportation des enfants fut apposée sur le monument.

Notes et référencesModifier

  1. Denis Peschanski, La France des camps. L'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 198-202.
  2. « Le camp d'internement de Pitiviers », pitiviers.fr
  3. « Pithiviers et Beaune-la-Rolande, internement et déportation des juifs », jewishtraces.org

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Kalma Apfelbaum (trad. Gérard Frydman), Lettres d'un interné au camp de Pithiviers, Orléans, CERCIL, coll. « Littérature et politique », , 185 p. (ISBN 2-7011-3963-5).
  • Cercle d'étude de la déportation et de la Shoah-Amicale d'Auschwitz, La rafle du billet vert, 14 mai 1941, et l'ouverture des camps d'internement du Loiret : conférence-débat du mercredi 8 juin 2011, Paris, Union des déportés d'Auschwitz, Association des professeurs d'histoire et de géographie et Cercle d'étude de la déportation et de la Shoah-Amicale d'Auschwitz, coll. « Petit cahier » (no 17), , 122 p. (ISBN 978-2-917828-12-0).
  • Éric Conan, Sans oublier les enfants : les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, 19 juillet-16 septembre 1942, Paris, Librairie générale française, coll. « Le livre de poche » (no 30570), , 219 p. (ISBN 978-2-253-11721-6).
  • Jacques Fredj (dir.), Derniers souvenirs : objets des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, 1941-1942, Paris, Mémorial de la Shoah, , 63 p. (ISBN 978-2-916966-56-4).
    Publié à l'occasion de l'exposition présentée au Mémorial de la Shoah, Paris, 27 janvier-23 mars 2008.
  • Lycée Duhamel du Monceau, Cicatrices : 3 camps français : Pithiviers, Jargeau, Beaune-la-Rolande, Paris, le Bar floréal, , 109 p. (ISBN 2-912239-06-0).
  • Isaac Millman (préf. Odile Belkeddar), Je m'appelle Isaac et j'ai été un enfant caché, Orléans, CERCIL, , 79 p. (ISBN 978-2-9540903-0-6).
  • Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France et Annette Wieviorka (dir.), Les Biens des internés des camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande, Paris, la Documentation française, , 97 p. (ISBN 2-11-004548-5).
  • Monique Novodorsqui-Deniau (dir.), Katy Hazan (dir.), Benoît Verny (dir.) et Nadine Fresco (dir.) (préf. Simone Veil), Pithiviers-Auschwitz, 17 juillet 1942, 6h15 : convoi 6, camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, Orléans, CERCIL, , 359 p. (ISBN 2-9507561-6-6).
  • Isaac Schoenberg et Serge Klarsfeld (préf. Pierre Pachet), Lettres à Chana : camp de Pithiviers : mai 1941-juin 1942, Orléans, CERCIL, , 164 p. (ISBN 2-9507561-1-5).
  • Camille Vaillot et Robert Chantin (dir.), Mineur de Montceau-les-Mines : mémoires, Paris, l'Harmattan, coll. « Mémoires du XXe siècle », , 265 p. (ISBN 2-7384-5735-5).
  • Bernard Valéry (préf. Jacques-Henri Bauchy), Jours de peine et jours d'espoir : chroniques du pays d'entre Beauce et Gâtinais pendant la Deuxième guerre mondiale, Orléans, éd. Page à page, , 179 p. (ISBN 2-910912-04-3).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier