Piscine à boules

Une piscine à boules ou à balles est un équipement de loisir consistant en un bassin rembourré rempli de sphères en plastique, de couleurs généralement variées et vives. Les utilisateurs, le plus souvent des enfants, pénètrent à l'intérieur du bassin et, du fait de leur poids, s'enfoncent en partie parmi les objets.

Un enfant dans une piscine à boules.

LocalisationModifier

 
Piscine à boules dans un parc d'attractions en Tanzanie.

On en trouve dans les terrains de jeux ou les parcs d'attraction, les établissements de restauration rapide, les centres commerciaux, les salles d'arcade, et divers autres lieux publics, en intérieur comme en extérieur. Elles peuvent être combinées avec d'autres types de jeux, comme des toboggans. Un certain nombre de piscines à boules sont des structures démontables, généralement gonflables, pouvant être louées par des particuliers pour des occasions spéciales.

HistoireModifier

La piscine à boules a été inventée dans les années 1970 par le designer canadien Eric McMillan (en)[1]. La première a été installée en 1976 à SeaWorld Captain Kids World, à San Diego[2].

RisquesModifier

Le matériau composant les boules peut entraîner des allergies[3]. D'autre part, un protocole de lavage des mains et de désinfection du dispositif devrait être mis en place pour éviter le développement de la flore bactérienne, afin de ne pas mettre en danger la santé des enfants[4]. Enfin, les chocs entre enfants induits par les jeux dans les piscines à boules peuvent entraîner des blessures[5] ; il existe également un risque de suffocation[6].

À partir de la fin des années 1990, plusieurs légendes urbaines ont commencé à se répandre, notamment par le biais de chaînes de lettres, à propos d'enfants qui auraient été gravement blessés ou même tués par des dangers rencontrés dans des piscines à boules, tels que des serpents venimeux[7] ou des seringues[8].

InspirationModifier

La nouvelle La Piscine à balles (The Ball Room) de China Miéville met en scène un fantôme hantant la piscine à boules d'un magasin de meubles de type Ikea.

RéférencesModifier

  1. (en) Christopher B. Cerf, « The Most Imaginative Playgrounds in the World », dans Elisabeth L. Scharlatt et Christopher B. Cerf, Kids, Day In and Day Out: A Compendium of Ideas, Recommendations, Insights, Inspirations, Facts, and Suggestions, Problems and Solutions for Living with Kids Every Single Day, New York, Simon & Schuster, 1979, 513 p. (ISBN 0-671-22480-8 et 0-671-24206-7), p. 356.
  2. (en) Elena Goukassian, « A brief history of the ball pit », sur vox.com, .
  3. (en) Alessandro Fiocchi, Patrizia Restani, Cinzia Ballabio, Gabriel R. Bouygue, Annalisa Serra, Marta Travaini et Luigi Terracciano, « Severe anaphylaxis induced by latex as a contaminant of plastic balls in play pits », The Journal of Allergy and Clinical Immunology (en), Elsevier, vol. 108, no 2,‎ , p. 298–300 (PMID 11496251, DOI 10.1067/mai.2001.116985).
  4. (en) Sandra G. Davis, Amy M. Corbitt, Virginia M. Everton, Catherine A. Grano, Pamela A. Kiefner, Angela S. Wilson et Mark Gray, « Are ball pits the playground for potentially harmful bacteria? », Pediatric Nursing (en), vol. 25, no 2,‎ , p. 151–155 (PMID 10532011).
  5. (en) Deborah K. Tinsworth et Joyce E. McDonald, « Special Study: Injuries and Deaths Associated with Children's Playground Equipment », Consumer Product Safety Commission, .
  6. (en) « Safety Fact Sheet: Ball Pits », Kids Health, 2008, hôpital pour enfants de Westmead (Australie).
  7. (en) Barbara Mikkelson, « Snakes in the Ball Pit », sur Snopes, .
  8. (en) Barbara Mikkelson, « Heroin Needle in the Ballpit », sur Snopes, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :