Pinacothèque nationale de Bologne

musée italien
Pinacothèque nationale
Pinacoteca nazionale di bologna 00.JPG
Informations générales
Type
Musée d'art, musée national italien (d), musée d'art moderne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Surface
2 000 m2, 3 000 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Visiteurs par an
15 573 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Bâtiment
Protection
Bien culturel italien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
40126 Bologne
Flag of Italy.svg Italie
Coordonnées

La Pinacothèque nationale de Bologne (Pinacoteca nazionale di Bologna) est le musée principal de la ville de Bologne, en Émilie-Romagne. Située au 56 de la via Belle Arti, elle comprend, entre autres collections, un nombre important d’œuvres de l'école bolonaise des XIIIe au XVIIIe siècle.

HistoireModifier

Les origines : l'Académie Clémentine et l'Appartement de la GonfalonièreModifier

Le premier noyau de la future Pinacothèque fut l'achat en 1762, par Monseigneur Giacomo Zambeccari, de huit panneaux du début du XVIe siècle provenant de la démolition de l'église Santa Maria Maddalena, pour l'Institut des Sciences et destinés à être conservés à l'Académie Clémentine, la section artistique de l'Institut scientifique. En 1776, toujours pour l'Académie Clémentine, une douzaine de tableaux du XIVe siècle et d'icônes byzantines ont été achetées, provenant du legs d'Urbano Savorgnan, déjà situé dans l'Oratoire de San Filippo Neri.

Un autre centre de conservation de la ville était l'Appartement des Gonfalonières du Palazzo pubblico, où, à côté d'œuvres comme le Retable du Vœu de Guido Reni, conservées pour leur haute signification civique, des peintures de l'école de Raphaël, Lavinia Fontana et Annibale Carracci.

Galerie de peinture de l'Académie des Beaux-ArtsModifier

En 1796, avec la chute du régime pontifical et la nouvelle législation républicaine, qui entraîna la suppression de nombreux couvents, de toutes les corporations de métiers et le démantèlement des sièges de l'ancien régime, le sénat bolonais décida de collecter les peintures des églises et des couvents supprimés et de l'Académie des sciences en une seule collection, rassemblant près d'un millier d'œuvres, disposées d'abord dans l'ancien couvent de San Vitale ; puis en 1802, à l'ancien noviciat jésuite de Sant'Ignazio à Borgo della Paglia, actuellement via delle Belle Arti 56, créé en 1726 par Alfonso Torreggiani comme galerie de peinture de la nouvelle Académie nationale des beaux-arts.

XIXe et XXe sièclesModifier

Avec la chute de l'Empire napoléonien en 1815, de nombreuses œuvres réquisitionnées par les Français reviennent du Louvre à la ville. Les premiers travaux d'extension de Leandro Marconi datent de cette époque. En 1826, c'était le premier catalogue de Gaetano Giordani. Agrandi en 1844, comprenant la chapelle du Couvent, décorée de fresques sur la voûte avec l'Apothéose de saint Ignace. En 1867-1868, de nombreux tableaux d'autres suppressions ont été confisqués et, en 1875, la galerie a été régulièrement ouverte au public, puis en 1882, la Pinacothèque est rendue autonome par l'Académie et en 1884, les collections Zambeccari ont été acquises.

 
Réhabilitation de la salle des fresques, 1972.

Au début du XXe siècle, une nouvelle aile a été construite sur la base d'un projet d'Edoardo Collamarini. À la fin des années 1960, sous le surintendant Cesare Gnudi et sur un projet de Leone Pancaldi, la salle Renaissance a été construite et les fresques détachées de l'église de Sant'Apollonia di Mezzaratta ont été présentées. En 1997, la Pinacothèque a été entièrement rénovée et adaptée aux normes européennes, en la dotant également d'un espace d'exposition utilisé exclusivement pour des expositions temporaires et des activités pédagogiques. La galerie de peinture compte aujourd'hui parmi les galeries nationales les plus modernes et les plus importantes, connues et appréciées également à l'étranger.

Œuvres principales des collectionsModifier

Atrium et grand escalierModifier

 
Gaetano Gandolfi, Les Noces de Cana, 1775.

Section des primitifsModifier

Petit salon de Giotto et des forestieriModifier

  • Giotto, Vierge à l'Enfant et Saints, polyptyque signé provenant du monastère degli Angeli ;
  • Rinaldo di Ranuccio, Crucifix sur panneau chantourné, don de la collection Volpi.
 
Giotto, Vierge à l'Enfant et Saints, 1330-1335.

La fin du gothiqueModifier

Salon des fresquesModifier

Salles de MezzarattaModifier

Sinopie et fresques détachées de l'église Santa Apollonia di Mezzaratta :

Section de la RenaissanceModifier

Section du maniérismeModifier

Guido ReniModifier

Salles du Settecento et de l'OttocentoModifier

BibliographieModifier

  • G. P. Cammarota, La formazione della Pinacoteca Nazionale di Bologna, Bologne, volume I en 1997, volume III en 2000, volume IIen 2004.
  • A. Emiliani, La Pinacoteca Nazionale di Bologna, Milan, 1997.

Voir aussiModifier

Autres projetsModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier