Pietro Barbolano

Pietro Barbolano
Image dans Infobox.
Fonction
Doge de Venise
-
-
Biographie
Naissance
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
IstanbulVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Pietro Barbolano est le 28e doge de Venise élu en 1026. Il est élu par l'assemblée des nobles après la déposition de son prédécesseur, Ottone Orseolo. Les dates de sa naissance et de sa mort sont inconnues.

BiographieModifier

Pietro Barbolano est le descendant d'une famille noble de Eraclea, les Barbolano (ou Centranico), dont descendrait la noble famille Salamon[1],[2].

Pietro Barbolano essaya d'obtenir de l'empereur du Saint-Empire, Conrad II, un renouvellement des privilèges commerciaux de Venise, qui avait été accordés par Otton III, mais il échoua. Entre-temps, l'empereur avait obligé le pape Jean XIX à convoquer un synode pour confirmer la suprématie du cardinal d'Aquileia, à l'époque Wolfgang von Treffen (en italien Poppone) face au patriarche de Grado, soutenu par Venise et Byzance. Les Hongrois, après le mariage du prédécesseur Ottone Orseolo avec la princesse Marie de Hongrie, avaient des prétentions sur la Dalmatie vénitienne.

Profitant de l'absence de Domenico Flabanico, responsable de la déposition de Ottone Orseolo, les Orseolo capturèrent le doge, lui rasèrent la barbe et les cheveux et l'exilèrent à Constantinople, rappelant à Venise leur parent Ottone. Celui-ci, avant de rentrer, nomma régent son frère Orso, patriarche de Grado et mourut, un an après, avant de rentrer d'exil. Sa famille élut alors comme doge Domenico Orseolo. Le jour suivant, l'assemblée populaire élut Domenico Flabanico contraignant Domenico Orseolo à fuir.

Notes et référencesModifier

  1. Casimir Freschot, La nobiltà veneta, o' sia tutte le famiglie patrizie con le figure de suoi scudi et arme, Venezia,
  2. Giuseppe Tassini, Curiosità veneziane. Ovvero origini delle denominazioni stradali di Venezia, Venezia,

Liens externesModifier