Ouvrir le menu principal

Pieter de Josselin de Jong

Pieter de Josselin de Jong
PieterDeJosselinDeJong.jpg
Pieter de Josselin de Jong
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Récompense de la couronne des Pays-Bas pour la peinture (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Portrait de Guillaume III (roi des Pays-Bas) (d), Portrait of Mrs. A J Zubli-Maschhaupt (d), Q17334666Voir et modifier les données sur Wikidata

Pieter de Josselin de Jong né le à Sint-Oedenrode et mort le à La Haye est un peintre, aquarelliste, graveur et illustrateur néerlandais.

BiographieModifier

 
Pieter de Josselin de Jong dans son atelier, avant 1899, photographie anonyme.

Pieter de Josselin de Jong est fils de notaire. Il se forme à la peinture à l’académie d’art de Den Bosch avant d’intégrer l’Académie royale des beaux-arts d'Anvers, où il est soutenu par une bourse royale. Il parfait sa formation à l’École des beaux-arts de Paris[1].

En 1897, il épouse Jeltje Kappeyne van de Coppello avec qui il a quatre enfants. Pieter de Josselin de Jong meurt d’une hémorragie gastrique à La Haye le .

Portraitiste de la haute sociétéModifier

Bien que sa première formation le destine à devenir peintre d’histoire, c’est d’abord comme portraitiste qu’il établit sa réputation. Il immortalise de nombreux notables de La Haye, aristocrates, grands bourgeois. Il peint à plusieurs reprises les membres de la famille royale. On lui doit notamment un portrait d’apparat du roi Guillaume III, exécuté après la mort du souverain, mais d’après des croquis réalisés de son vivant, et, en pendant, celui de la reine Emma[1].

Peintre du monde paysan et ouvrierModifier

Si c’est principalement grâce à ces portraits de commande que Pieter de Josselin de Jong gagne sa vie, il développe à partir de 1888 une passion pour un autre genre de peinture, les figures de paysans et d’ouvriers au travail dans l'esprit du mouvement naturaliste[1]. Ce goût lui est venu suite à un séjour en Angleterre, au cours duquel il visite les régions industrielles (notamment autour de Birmingham) et Londres, dont le dynamisme le fascine. A son retour aux Pays-Bas, il visite les fonderies et croque les ouvriers au travail, qu’il reprend ensuite à l’aquarelle, au pastel ou à l’huile. Son intérêt pour le corps au travail ne se limite pas au monde industriel : il s’attache également à représenter les paysans, auxquels il consacre de nombreux tableaux.

IllustrateurModifier

Le dessin d’illustration pour les livres et les magazines lui fournit une autre source de revenus. Pieter Josselin de Jong travaille dans ce cadre sur commande et fournit des dessins destinés à être interprétés par la gravure, ce qui ne l’empêche pas de diffuser ensuite ses études comme œuvres autonomes.

On retient notamment de sa carrière d’illustrateur les portraits des parlementaires néerlandais réalisés en 1887 à la demande du magazine Eigen Haard[1].

ExpositionsModifier

Pieter de Josselin de Jong a fait l'objet d'une exposition au Panorama Mesdag à La Haye : Pieter de Josselin de Jong. Een Vergeten Meester, du au .

Collections publiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Exposition "Pieter de Josselin de Jong, een vergeten Meester" au Panorama Mesdag (La Haye), du 11 novembre 2017 au 11 février 2018. http://www.panorama-mesdag.nl/ontdek/tentoonstellingen/tentoonstellingen-archief/pieter-josselin-jong-1861-1906/
  2. Œuvres de Pieter de Josselin de Jong au Rijksmuseum, Amsterdam.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Haaxman JR, P. A., Pierre de Josselin de Jong in Rosses, Max, Les peintres néerlandais du XIXe siècle, Paris, L. Henry May, 1899-1901, pp. 243-258. Lire en ligne.

Liens externesModifier