Pierre du Soleil

monolithe aztèque

Pierre du Soleil
Image illustrative de l’article Pierre du Soleil
Type Monolithe sculpté
Dimensions 3,6 m (diamètre), 1,22 m (épaisseur)
Poids 24590 kg
Matériau basalte
Fonction Autel de sacrifice
Période Règne d'Axayacatl (1479)
Culture Empire aztèque
Date de découverte
Lieu de découverte Place de la Constitution, Mexico
Coordonnées 19° 25′ 34″ nord, 99° 11′ 15″ ouest
Conservation Musée national d'anthropologie de Mexico
Géolocalisation sur la carte : Mexico
Géolocalisation sur la carte : Mexique
Géolocalisation sur la carte : Amérique du Nord

La Pierre du Soleil (en espagnol, Piedra del Sol) souvent appelée abusivement calendrier aztèque[1] ou au contraire de manière plus exacte cuauhxicalli[2], est une des œuvres les plus célèbres et emblématiques de l'art aztèque[2],[3].

Ce disque était probablement un cuauhxicalli (réceptacle et autel de sacrifice) ou un temalácatl (autel de sacrifice gladiatorial)[4]. Il a été sculpté sous le règne d'Axayacatl pour commémorer la fête du feu nouveau de 1479 (date indiquée en haut, au centre, entre les queues de serpent)[5].

Découverte par hasard en 1790 à Mexico, elle est actuellement conservée au Musée national d'anthropologie de Mexico.

DescriptionModifier

MatièreModifier

Il a été réalisé dans un bloc monolithique de lave basaltique d'olivine, d'un poids de plus de 24 tonnes, de 3,6 m de diamètre et 1,22 m d'épaisseur[2].

IconographieModifier

La pierre est composée de 8 cercles concentriques (le huitième étant sur le rebord du cercle, non visible de face) et contient de nombreuses références à la cosmogonie aztèque (dont les calendriers)[6],[7] :

 
Détail des deux premiers cercles du monolithe.
  • Le premier cercle contient la tête centrale (combinant les attributs de Tonatiuh (dieu du Soleil) et de Tlaltecuhtli (dieu de la Terre)).
  • Le deuxième cercle laisse apparaître les symboles des dieux Ehecatl, Tezcatlipoca, Tlaloc et Chalchiuhtlicue et évoque la légende des soleils en rappelant la façon dont les 4 soleils (i.e. mondes) précédents ont été détruits (par des jaguars, le vent, le feu, l'eau). Cet ensemble de glyphes forme l'expression « Nahui Ollin Tonatiuh » (« la cinquième ère ») évoquant le monde actuel des hommes.
  • Le troisième cercle représente les 20 glyphes des jours du mois.
  • Le quatrième cercle représente les 260 jours de l'année sacrée (52 cases de 5 points).
  • Les cinquième et sixième cercles sont ornementaux.
  • Le septième cercle est composé de 2 serpents, représentant chacun 52 ans.
  • Le symbole entre les 2 queues des serpents (tout au-dessus de la pierre) est la date de la fête du Feu nouveau que commémore la pierre : année 13-roseau (1479).

Histoire post-découverteModifier

La pierre a été découverte par hasard le à Mexico, lors du pavage de la grand place de ce qui était à l'époque la capitale de la Nouvelle-Espagne.

Laissée à l'abandon et aux intempéries durant la première moitié du XIXe siècle sur un côté de la cathédrale métropolitaine de Mexico, la Pierre du Soleil subit des dégradations car elle servit occasionnellement de cible d'entraînement au tir des troupes américaines occupant Mexico en 1847[8].

Dans la littératureModifier

Le poète, essayiste et diplomate mexicain, lauréat du prix Nobel de littérature en 1990, Octavio Paz (1914 -1998) a écrit en 1957 un long poème de 584 hendécasyllabes « Piedra de sol[9] » (Pierre de soleil), autour de la Pierre du Soleil et de sa symbolique [10].

 
La Pierre du Soleil exposée au musée national d'anthropologie de Mexico.

Notes et référencesModifier

  1. Présentation du Musée national d'anthropologie de Mexico sur un des sites officiels de l'INAH.
  2. a b et c Hallazgos en el calendario azteca, 10 mars 2009, sur le site de l'INAH.
  3. Fernando Arellano, La cultura y el arte del México prehispánico, Universidad Catolica Andres, , 230 p. (ISBN 978-980-244-338-3, lire en ligne), p. 105-106.
  4. (es) José Alcina Franch (es), Miguel León Portilla, Eduardo Matos Moctezuma, Azteca Mexica, Comisión Nacional del Quinto Centenario del Descubrimiento de América (Spain), Sociedad Estatal Quinto Centenario, 1992, p.231.
  5. Miguel León-Portilla, La filosofía náhuatl, UNAM, , 461 p. (ISBN 978-968-36-2854-1, lire en ligne), p. 404.
  6. Aguilar-Moreno 2006 pages 181-82.
  7. Voir page 90 de Encyclopedic dictionary of archaeology, Barbara Ann Kipfer, Springer, 2000.
  8. [1]
  9. Octavio Paz. Piedra de sol. New Directions Publishing, 1991 google books
  10. Jacques Soubeyroux, le Moi et l'espace: autobiographie et autofiction dans les littératures d'Espagne et d'Amérique latine : actes du colloque international des 26, 27 et 28 septembre 2002. Université de Saint-Étienne, 2003 . google books

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier