Ouvrir le menu principal

Pierre de Jésus Maldonado
Image illustrative de l’article Pierre de Jésus Maldonado
Don Maldonado en civil, exerçant son ministère dans la clandestinité (1936)
Prêtre - martyr, saint
Naissance 15 juin 1892, Chihuahua, Mexique
Décès 11 février 1937, Chihuahua 
Nationalité Drapeau : Mexique Mexicain
Vénéré à la cathédrale de Chihuahua
Béatification 22 novembre 1992, à Rome, par le pape Jean-Paul II
Canonisation 21 mai 2000, à Rome, par le pape Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique
Fête 11 février

Pierre de Jésus Maldonado (Pedro de Jesús Maldonado Lucero), (né le à Chihuahua et mort fusillé le à Chihuahua), est un prêtre catholique mexicain, martyr de la révolte des Cristeros. Il est vénéré comme saint par l'Église catholique.

Sommaire

BiographieModifier

Enfance et jeunesseModifier

Pierre de Jésus Maldonado est le fils légitime d'Apolinar Maldonado et de son épouse, née Micaela Lucero. La famille a huit enfants. Il naît dans un quartier de la ville de Chihuahua du nom de San Nicolás, aujourd'hui Colonel Obrera. Il entre au séminaire diocésain à l'âge de dix-sept ans. C'est un élève dans la moyenne, mais avec une grande dévotion eucharistique. Il se forge l'idée, à cette époque du séminaire, de tenir toujours son cœur tourné vers le ciel et le tabernacle[1]. Entre 1913 et 1914, alors que le Mexique traverse une époque de persécution religieuse menée par les autorités franc-maçonnes, la plupart des séminaristes poursuivent leurs études de l'autre côté de la frontière à El Paso au Texas, mais Pierre de Jésus préfère continuer les siennes à Chihuahua. À la fin de ses études au séminaire de Chihuahua, il est ordonné prêtre à la cathédrale d'El Paso par Mgr Schuler S.J.

Pierre de Jésus Maldonado célèbre sa première messe le 11 février 1918 à l'église de la Sainte-Famille de Chihuahua, le jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes pour laquelle il éprouve une grande dévotion. Il ignore encore que ce sera aussi le jour de sa propre mort.

MinistèreModifier

 
Don Maldonado, jeune prêtre

Le jeune prêtre travaille auprès des indigènes Tarahumaras et s'efforce de réduire leur consommation d'alcool qui atteint des niveaux alarmants. Il demeure dans le district de Jiménez où il est harcelé plusieurs fois par des groupes maçonniques, même à l'intérieur de son église. L'abbé Maldonado est sensible aux besoins de ses ouailles qu'il s'efforce de soutenir économiquement. Il pourvoit à l'éducation d'un orphelin pauvre, il est attentif à l'éducation catholique des enfants. Il explique l'histoire du Salut aux adolescents et aux adultes par le moyen de photographies.

Entre 1926 et 1929, la persécution que le régime inflige aux ecclésiastiques s'intensifie. L'abbé Maldonado est plusieurs fois convoqué au poste de police du régime. Il doit plusieurs fois se sauver. En tant que curé de Santa Isabel, il doit faire face à l'affront des autorités gouvernementales. Au moment de la révolte des Cristeros, l'abbé Maldonado doit entrer en clandestinité, car tout l'État de Chihuahua est à feu et à sang et les prêtres, religieux ou religieuses, s'ils sont découverts, sont condamnés à la prison ou à mourir. Il est arrêté, avec quelques compagnons, le vendredi saint 1936 dans un village appelé La Boquilla, alors qu'il s'apprêtait à retourner dans sa cachette, de retour d'une visite à une moribonde qui demeurait près de la gare. Après son arrestation, on compte sur place deux cents cartouches sur le sol. Faute de preuve, il est libéré quelque temps plus tard.

MartyreModifier

 
Cadavre de Don Maldonado
 
Tombe de Pierre de Jésus Maldonado.

Le mercredi des cendres 1937, c'est-à-dire le 10 février, il est découvert par les autorités gouvernementales, alors qu'il était caché dans une ferme. Il est arrêté et torturé au poste de police. Son œil gauche est crevé et il subit de nombreux traumatismes crâniens. Il est battu à mort le lendemain, dix-neuvième anniversaire de sa première messe et fête de Notre-Dame de Lourdes. Sa mort est constatée à 17 heures 15 par le juge.

Quelque temps plus tard, les autorités changent le nom - comme beaucoup d'autres - du village (Santa Isabel[2]) qui devient General Trías, afin de gommer toute référence catholique dans l'État de Chihuahua. Pendant ce temps, l'ex-président Plutarco Elías Calles, qui avait lancé la persécution anti-catholique, s'installe en exil aux États-Unis, déshonorant définitivement le rôle de son parti au pouvoir.

Pierre de Jésus Maldonado est béatifié par Jean-Paul II en 1992 puis canonisé, avec d'autres martyrs mexicains, le 21 mai 2000 par ce même pape à Rome sur la place Saint-Pierre.

ReliquesModifier

Les reliques de saint Pierre de Jésus Maldonado se trouvent dans une urne de bois conservée à la chapelle du Seigneur de Mapimí de la cathédrale de Chihuahua. De plus, un reliquaire itinérant comprenant certains de ses restes visite périodiquement les églises du diocèse. Le confessionnal utilisé par le saint est toujours conservé à l'église du village de Santa Isabel. La fraternité Saint-Pie X vénère en sa chapelle de San José à Chihuahua le linge couvert de sang qui a recouvert le corps du saint à l'hôpital après sa mort.

Notes et référencesModifier

  1. (es) Félix Martínez, Historia del Seminario de Chihuahua, éd. Camino, Chihuahua, 1986, p. 50.
  2. Il a retrouvé son nom originel en 1993.

BibliographieModifier

  • (es) Gerald O'Rourke, La Persecución Religiosa en Chihuahua, éd. Camino, 1991.
  • (es) Gerald O'Rourke, El Martirio del P. Maldonado, éd. Librería Parroquial de Clavería, 2000.
  • (es) J. Alfonso Ramos, El Padre Maldonado, Apóstol y Mártir de la Eucaristía, éd. Último Sello, 2011.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier