Pierre V

personnalité politique portugais
(Redirigé depuis Pierre V de Portugal)

Pierre V
Illustration.
Titre
Roi de Portugal et des Algarves

(7 ans, 11 mois et 27 jours)
Premier ministre João Oliveira e Daun
Nuno de Moura Barreto
António Severim de Noronha
Joaquim António de Aguiar
Nuno de Moura Barreto (2e fois)
Prédécesseur Marie II de Portugal
Successeur Louis Ier
Biographie
Dynastie Maison de Bragance-Saxe-Cobourg et Gotha
Nom de naissance Pedro de Alcântara Maria Fernando Miguel Rafael Gonzaga Xavier João António Leopoldo Vítor Francisco de Assis Júlio Amélio de Saxe-Coburgo-Gotha e Bragança
Date de naissance
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Date de décès (à 24 ans)
Lieu de décès Lisbonne, Portugal
Sépulture Monastère de Saint-Vincent de Fora
Père Ferdinand II de Portugal
Mère Marie II de Portugal
Conjoint Stéphanie de Hohenzollern-Sigmaringen
Enfants Aucun
Héritier Son frère Louis

Pierre V
Rois de Portugal

Pierre V (en portugais PEDRO V de Alcántara Maria Fernando Miguel Rafael Gabriel Gonzaga Xavier João António Leopoldo Victor Francisco de Assis Júlio Amélio de Saxe-Coburgo-Gotha e Bragança), infant de Portugal, prince de Saxe-Cobourg-Gotha, duc de Saxe, est le fils aîné de la reine Marie II et de son époux le roi-consort Ferdinand II. Il est né le à Lisbonne[1], et mort le à Lisbonne[1]. Il règne sur le Portugal du à sa mort.

BiographieModifier

 
Pierre V

Fils aîné de Marie II de Portugal et de Ferdinand II de Portugal, Pierre devient roi le à l'âge de 16 ans, d'abord sous la régence de son père; puis à ses dix-huit ans, le il devient roi à titre personnel. Pendant son court règne, Pierre V de Portugal s'applique à moderniser son royaume.

Membre de la Maison de Bragance et par son père, membre de la Maison de Saxe-Cobourg-Gotha, il est un neveu de l'empereur Pierre II du Brésil, un petit-neveu du roi des Belges Léopold Ier de Belgique mais aussi un proche cousin de la reine Victoria Ire du Royaume-Uni et de son mari le prince-consort Albert. Sur les conseils de ceux-ci, il épouse en 1858, la princesse Stéphanie de Hohenzollern-Sigmaringen (petite-fille de la grande-duchesse douairière de Bade Stéphanie de Beauharnais et cousine de l'empereur des Français Napoléon III) cousine -entre autres - de l'empereur d'Autriche François-Joseph Ier d'Autriche, de la tsarine Maria Alexandrovna, du roi des Hellènes Othon Ier de Grèce et de la plupart des princes souverains de la Confédération Germanique et le péninsule Italienne. Le prince Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, père de la fiancée, a renoncé en 1848 à sa principauté souveraine en faveur de son très lointain cousin le roi de Prusse. En 1858, il est nommé ministre-président du Royaume de Prusse. Il promeut une politique d'inspiration libérale.

À peine mariée, la jeune princesse allemande devenue la reine Estefania s'implique dans les activités caritatives notamment en créant des hôpitaux. Elle s'attire l'amour et le respect de ses sujets mais meurt quelques mois seulement après son mariage à l'âge de 22 ans sans avoir donné à la couronne l'héritier attendu. L'autopsie révélera que le mariage n'a pas été consommé.

Veuf à l'âge de 22 ans, le roi ne se remarie pas. Sa sœur Marie-Anne épouse le prince Georges de Saxe et sera la mère du roi Frédéric-Auguste III de Saxe, tandis que sa sœur Antonia épouse le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, frère de la défunte reine (elle sera la mère du roi Ferdinand Ier de Roumanie).

Le roi Pierre meurt de maladie le à l'âge de 24 ans après moins de huit années de règne. Sa maladie, sans doute la fièvre typhoïde ou le choléra, emporte au même moment ses jeunes frères Jean, (âgé de 19 ans) et Ferdinand (âgé de 15 ans). Son frère cadet lui succède sous le nom de Louis Ier de Portugal.

Titre completModifier

Roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d'Éthiopie, d'Arabie, de Perse et d'Inde par la grâce de Dieu

Articles connexesModifier

SourcesModifier

  • Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)

Liens externesModifier

AnnexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, tome I Hesse-Reuss-Saxe, p.524