Pierre Merli

personnalité politique française

Pierre Merli
Illustration.
Fonctions
Député de la 7e circonscription des Alpes-Maritimes
Législature IXe et Xe
Groupe politique UDF
Successeur Jean Leonetti
Sénateur des Alpes-Maritimes
Groupe politique Gauche démocratique
Maire d'Antibes
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Arezzo (Toscane, Italie)
Date de décès
Lieu de décès Antibes (Alpes-Maritimes)
Nationalité Française

Pierre Merli, né le à Arezzo (Toscane) et mort le à Antibes (Alpes-Maritimes), est un homme politique français de centre-gauche.

Son action héroïque pour la défense de juifs pendant la Seconde Guerre mondiale lui vaudra la distinction de Juste parmi les nations[1].

BiographieModifier

Responsable de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance sous la Quatrième République, il devient maire d'Antibes en 1971 et sénateur (de 1980 à 1988) puis député des Alpes-Maritimes de 1988 à 1997 en tant que radical valoisien.

Très proche de François Mitterrand, il est l'un de ses seuls amis à le tutoyer. Leur amitié ne se brise pas, en dépit de leurs divergences d'appréciation sur la stratégie d'Union de la gauche dans les années 1970. François Mitterrand interdit d'ailleurs expressément à la Fédération socialiste des Alpes-Maritimes de se réclamer de lui lorsque ses candidats doivent affronter Pierre Merli.

Il a été toutefois mis en examen en 1995 pour escroquerie immobilière[2]et condamné en 1999[3].

Distinctions honorifiquesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Antibes Avant d'être maire, Pierre Merli fut un Juste parmi les nations », sur archives.nicematin.com (consulté le 12 février 2017).
  2. Alain Leauthier, « Le maire d'Antibes a été mis en examen dans une affaire d'escroquerie immobilière », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 12 février 2017).
  3. « Le promoteur Christian Pellerin condamné à un an de prison avec sursis », sur legalnews.fr, (consulté le 12 février 2017).