Pierre III du Kongo

Pierre III du Kongo (mort en 1683) (Nsimba a Ntamba en Kikongo et D. Pedro III en portugais). Prétendant au titre de manikongo du royaume du Kongo en 1669 et roi de Lemba-Bula de 1669/1674 à 1683[1]

Pierre III du Kongo
Fonction
Prétendant au trône
Manikongo
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Fratrie

OrigineModifier

En 1667 le roi Alvare VIII du Kongo envoie un ambassadeur à Luanda négocier avec les Portugais un traité destiné à clore le conflit lié au droit d'exploitation des mines dans le royaume du Kongo. Les deux provinces les plus concernées sont Mbamba et Mpemba contrôlées respectivement par le duc Dom Téodosio et le Marquis Dom Pedro [2].

Le duc Teodosio accepte la décision royale mais Pedro de Mpemba se révolte, tue Teodosio envahit São Salvador la capitale où il tue Alvare VIII et se fait proclamer roi sous le nom de Pierre (II) du Kongo en janvier 1669. Le comte de Soyo réagit reprend la capitale tue le prétendant et fait nommer un autre Kimpanzu Alvare IX. En 1670 Le nouveau marquis de Mpemba Dom Raphaël, un Kinlaza, occupe à son tour la capitale expulse le roi et se proclame souverain.

Lors des troubles qui s'étaient produit à São Salvador depuis 1666, beaucoup de Kongolais avait quitté la ville afin de s'établir à Lemba, dans la région de Bula. Un parti constitué de membres du Kanda Kinlaza y appelle Pierre Nsimba Ntamba, apparenté par sa mère Dona Potencia à la reine Ana Afonso de Leão et époux d'Ana une fille de Garcia II du Kongo qui y établit en juin 1669 le siège de son autorité et prend le nom: de Pierre III.

Mettant à profit la brève crise de succession dans le comté de Soyo entre la mort de Pedro II da Silva (1672-1674) et l'élection de Paulo III da Silva (1674-1675), Pierre III attaque son concurrent Raphaël Ier du Kongo, qui s'était rétabli comme roi à São Salvador et le chasse en 1673 mais il ne s'établit pas dans la capitale qui est occupée par un Kimpanzu Alphonse III du Kongo. Paulo III da Silva disparait rapidement et il est remplacé par son neveu Salvator da Silva puis par Estêvão II Afonso da Silva (1676-1681) qui stabilise la situation et intervient en faveur d Alphonse III du Kongo. Bien que Pierre III ne sorte pas de Mbula Alphonse III est tué lors d'un combat et remplacé par Daniel Ier. En 1678 les armées de Pierre III attaquent São Salvador avec ses mercenaires Yakas et massacre Daniel Ier Guzman. La capitale pillée et dévastée est alors abandonnée par ses habitants. Au Soyo, Estêvão II Afonso da Silva est remplacé par Antonio Baretto da Silva (1681-1691) et Pierre III recherche un accord avec lui et demande la main de l'une de ses sœurs. L'union est conclu mais lors de la trêve prévue pour les noces, Pierre III est traîtreusement assassiné par Manuel de Vuzi a Nóbrega, le frère de Daniel Ier en 1683. Son frère Nzuzi a Ntamba assure sa succession au trône de Bula sous le nom de Jean II du Kongo d'abord sous le régence de leur mère Dona Potencia puis de leur sœur Dona Elena[3].

Notes et référencesModifier

  1. (en + de) Peter Truhart, Regents of Nations, Münich, K. G Saur, 1984-1988 (ISBN 359810491X), p. 239, Art. « Coastal States / Küstenstaaten: Bakongo (Kongo) ».
  2. Dans son article « O rei D. Pedro IV Ne Nsamu a Mbemba. A unidade do Congo », dans África. Revista do centro de Estudos Africanos, USP S. Paulo 18-19 (1) 1995/1996 p.  165 ; Fernando Campos n'identifie pas le prétendant Pedro marquis de Mpemba qui renverse et tue le roi Alvare VIII avant de se proclamer roi et d'être chassé par Paulo da Silva comte de Soyo avec son homonyme contemporain le roi de Lemba-Bula Pedro Nsimba Ntamba.
  3. (en) John K. Thornton, A history of west central Africa to 1850, Cambridge, Cambridge University Press, , 365 p. (ISBN 978-1-107-56593-7), p. 184,200,201,203

SourcesModifier

  • (pt) Fernando Campos « O rei D. Pedro IV Ne Nsamu a Mbemba. A unidade do Congo », dans África. Revista do centro de Estudos Africanos, USP S. Paulo 18-19 (1) 1995/1996.
  • (en) John Kelly Thornton, The Kongolese Saint Anthonty: Dona Beatriz Kimpa Vita and the Antonian Movement, 1684–1706, Cambridge, Cambridge University Press, , 228 p. (ISBN 9-780521-596497), p. 22,40,79