Ouvrir le menu principal

Pierre Hiegel

animateur de radio, critique musical, producteur de radio et directeur artistique de maisons de disques français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hiegel.

Pierre Louis François Charles Hiegel, né le 11 février 1913 à Paris XIVe, mort à Paris XXe le 14 avril 1980, est un animateur de radio, critique musical, producteur de radio et directeur artistique de maisons de disques français[1].

BiographieModifier

Pierre Hiegel naît le 11 février 1913 dans un milieu parisien très modeste. Élevé par sa mère et sa tante, il doit quitter l’école avec le seul certificat d’études primaires en poche afin d'aider matériellement sa mère. Il gagne sa vie en devenant vendeur à l’étalage chez des marchands forains.

Autodidacte, il se passionne dès son plus jeune âge pour la musique et le théâtre. Le jeune homme commence une immense collection de disques et suit des cours de théâtre avec Henri Monteux et Gabrielle Colonna-Romano.

En 1939, Michel de Bry le remarque et le fait entrer à Radio Cité comme discothécaire[2], poste qu’il occupe encore au moment de la création de Radio Paris. Il prend le micro pour la première fois, pour le vingtième anniversaire de la mort d'Enrico Caruso où il y diffuse ses disques personnels pris dans sa collection[3].

À partir de 1942, les émissions qu’il réalise et qu’il anime ne se comptent plus. C’est à Radio Paris que Luc Bérimont (écrivain et poète de l'École de Rochefort) rencontre Pierre Hiegel. Il est le premier homme de radio à parler à la première personne et à tutoyer l'auditeur[4]. Tous deux inventent ainsi un nouveau genre radiophonique. Une solide et fidèle amitié les liera jusqu’à la fin de leurs jours.

La carrière radiophonique de Pierre Hiegel dure quarante ans. Entre autres, il devient « Monsieur Musique » pour Radio Luxembourg et lance la carrière de son beau-frère Pierre Bellemare à Radio Service en 1948.

Il est directeur artistique de grandes maisons de disques et notamment de 1951 à février 1957 chez Pathé-Marconi aux côtés des trois autres directeurs artistiques de la marque : Jean Porasse (père de la chanteuse Guesch Patti) pour la section disques de variétés, René Challan (père de la harpiste française Annie Challan) pour la section disques classiques et Jacques Marmouset pour les autres genres musicaux.

Chez Pathé-Marconi, il assure la carrière d’André Claveau, de Lucienne Delyle, de Line Renaud, ou de Georges Guétary et découvre et lance Mathé Altéry, Jean Constantin, Marie-Josée Neuville, Barbara. Il enregistre en 1953 le premier disque de Simone Réal, Le Dénicheur, qui à cette époque chante au cabaret Le Tourbillon.

C’est lui qui, pour soutenir l’abbé Pierre, fait graver sur disque son appel, lors du fameux hiver 1954. Lui-même enregistre « La passion » de Charles Péguy, « Pierre et le Loup » de Sergueï Prokofiev, « Peer Gynt » d'Henrik Ibsen, ou « Les Misérables » de Victor Hugo, etc.

De septembre 1957 à fin janvier 1961, il est directeur artistique chez Odéon (label du groupe Pathé-Marconi) tout en collaborant à des productions pour les sociétés Festival, RCA Records, Decca Records, Philips, Reader's Digest, Pathé.

Pierre Hiegel est le premier à enregistrer pour le disque les grandes créations de la Comédie-Française. Parmi d'autres, on lui doit « Le Diable et le Bon Dieu » de Jean-Paul Sartre, avec Pierre Brasseur, « La Ville dont le prince est un enfant » d'Henry de Montherlant, « Cyrano de Bergerac » d'Edmond Rostand, « Tête à tête avec Piaf », « Si Sacha Guitry m’était conté », « Hommage à Yvonne Printemps ». Il enregistre également les principaux disques de Jean Cocteau, dont « La Voix humaine », avec Berthe Bovy, « Les Mariés de la tour Eiffel », ainsi que le discours de réception de Cocteau à l’Académie française.

Il poursuit sa carrière radiophonique sur Radio Luxembourg, Radio Monte Carlo et anime à Radio Andorre à partir de 1961, les émissions Le Grand Prix du Disque et de la Radio, Les Pages Célèbres, Les Plus Beaux Disques du Monde, L'Album Lyrique, en continuant ses présentations de musique symphonique, d'opéra et de ballet aux Concerts Colonne.

Au cours de sa carrière, Pierre Hiegel obtient plus de 10 Grands Prix du Disque de l’Académie Charles-Cros. Il est aussi plusieurs fois lauréat du l’Académie du Disque français et reçoit le prix Disque-Jockey Association dans la rubrique disques classiques en 1956.

Âgé de 67 ans, Pierre Hiegel meurt d'une attaque cérébrale le 14 avril 1980 à son domicile à Paris XXe. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, division 69.

Vie privéeModifier

De son premier mariage, naît un fils, Claude (1943-1970). Pierre Hiegel épouse en secondes noces la sœur de Pierre Bellemare, Jacqueline Bellemare (1919-1995) dont il a deux filles, Jacqueline Hiegel (écrivaine) et Catherine Hiegel (comédienne). Il est également le grand-père de Coline Berry[5], née de la relation de sa fille Catherine avec l'acteur et réalisateur Richard Berry.

ŒuvresModifier

(non exhaustif)

Livres
  • Luc Bérimont et Pierre Hiegel, Puisque vous êtes chez vous : essai d’une synthèse radiophonique, éd. René Debresse, 1941.
  • Pierre Hiegel, Petites Histoires de la grande musique, La Clé d'or, 1948.
  • Camille François et Pierre Hiegel, A cœur perdu, les Écrits de France (Imprimerie du Centre) 1950.
  • Camille François et Pierre Hiegel, Mademoiselle de La Faille: roman radiophonique, Dalex, 1951.
  • Pierre Tarcali et Pierre Hiégel, Une Histoire à fleur de Seine, éditions Acheco, 1954.
  • Pierre Hiegel, Edith Piaf, coll. Les Albums de la Chanson, éditions de l'Heure, 1962.
  • Pierre Hiegel présente Edith Piaf, Sélection du Reader's Digest, 1975.
  • Pierre Hiégel présente Luis Mariano, Sélection du Reader's Digest, 1976.
  • Pierre Hiégel présente L'Histoire des Ballets russes, Sélection du Reader's Digest, 1977.
Disques
  • Sacha Guitry, Pierre Hiegel, N'écoutez pas, Mesdames, Decca 1942.
  • Alfred de Musset, Pierre Hiegel, Les nuits, Pathé, 1955.
  • Alfred de Musset, Pierre Hiegel, La Nuit de mai, A. Girard, 1955.

RéférencesModifier

  1. Contrairement à bien des idées reçues, Pierre Hiegel n'a jamais été journaliste.
  2. Personne ayant pour rôle de s’occuper d’une discothèque, et par exemple de classer les disques, de conseiller les personnes, de leur faire découvrir de la musique, etc.
  3. Télé 7 Jours n°141, semaine du 1er au 7 décembre 1962, p.78
  4. Télé 7 Jours n°141, semaine du 1er au 7 décembre 1962, p.79
  5. Agent artistique, elle joua le rôle de la secrétaire d'Alice dans le film, L'Art (délicat) de la séduction, réalisé par son père en 2000.

Liens externesModifier