Ouvrir le menu principal

Pierre Guénin

journaliste de cinéma, artiste peintre, dramaturge, écrivain et militant LGBT
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guénin (homonymie).
Pierre Guénin
Pierre Guénin.jpg
Pierre Guénin en 2012.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Distinction
Site web

Pierre Guénin, né le à Étampes et mort le [1] à Paris, est un journaliste de cinéma, artiste peintre, dramaturge, écrivain et militant LGBT.

Sommaire

BiographieModifier

Pierre Guénin perd sa mère très jeune. À 16 ans, il monte à Paris pour suivre des cours de coiffure, mais passe son temps au Cours Simon en compagnie de Jacqueline Maillan et Pierre Mondy.

En 1944, à 17 ans, la pièce Sans rancune, jouée à Étampes et dont il est l’auteur, lui permet de partir en tournée. Il s’installe à Paris à l’issue de cette tournée.

Il entame une carrière de pigiste dans le magazine Ciné-coulisses. Il en devient peu après le rédacteur en chef à 21 ans. Engagé par la suite au magazine Cinémonde, il met au point sa première rubrique érotique, le « Biceps-appeal ».

En 1965, après la faillite de Cinémonde, il fonde alors la revue bisexuelle Eden ; s’ensuivront Olympe, Hommes et enfin In[2]. Ces magazines à tendance érotique gay seront interdits en 1978 sous l’égide de Valéry Giscard d'Estaing. Pierre Guénin concocte alors deux nouveaux concepts : Jean-Paul puis Off-spectacles. Il est chargé des reportages dans tous les festivals de cinéma : Venise, Moscou, Berlin, Locarno, Saint-Sébastien et surtout Cannes (douze ans pour Cinémonde, vingt ans pour In magazine et Off-spectacles).

Il écrit en 1980 une pièce qui connaît un grand succès, La Grande Shirley, jouée par Ginette Garcin, Jean-Pierre Dravel, Sylvie Poiret, Yvan Burger.

À 50 ans, à la suite d'une séance d'hypnose, il commence à peindre et réalise 60 toiles d’affilée, exposées à la galerie Arcade Colette en 1991.

Il crée en 2009 le prix Pierre Guénin qui récompense l'action d'une personne physique ou morale qui s'est illustrée au cours de l'année dans le combat contre l'homophobie et la reconnaissance des droits des LGBT.

DistinctionModifier

ŒuvresModifier

  • Le Jeu de la vérité. 40 vedettes écorchées vives, Paris, Le Terrain vague, 1961
  • Le Sexe a trois faces : confessions d'hétérosexuels, bisexuels, homosexuels, Paris, Éditions S.A.N., 1975
  • Hommes, paris, Éditions S.A.N., 1977
  • Le Guide du futur, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Points fixes. Documents » no 1, 1984
  • Paul ou les dévergondages d'un jeune bisexuel, Paris, Éditions S.A.N., 1987 (sous le pseudonyme Jean-Louis Danet)
  • La Mort d'un ami : journal intime, Paris, Le Milieu du jour, 1990
  • La Photo de nu masculin 1892-1992, 1992
  • La Gay révolution 1920-2006, Saint-Étienne, Éditions Cosmo, 2006
  • Martha et les homosexuels : chroniques des années disco : 1970-1980, Paris, Éditions Édilivre Aparis, 2009
  • Zazou, un été 45, suivi de La Grande Shirley et de Fils de con, Saint-Étienne, Éditions Cosmo, 2011
  • Dictionnaire des perles de stars, Paris, Société des écrivains, 2011

Prix Pierre GuéninModifier

En créant ce prix en 2009, Pierre Guénin a souhaité récompenser l'action d'une personne physique ou morale qui s'est illustrée au cours de l'année dans le combat contre l'homophobie et la reconnaissance des droits des LGBT.

La création de son prix contre l'homophobie, unique en son genre en France, s'inscrit logiquement dans un parcours militant constant, Pierre Guénin se battant depuis la fin des années 1960 pour la visibilité des homosexuels dans la société civile et les médias.

Le prix est d'un montant de 4 000 euros.

LauréatsModifier

2009
2010
2011
2012
2013
2014 [3]

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier