Pierre Glaudes

Pierre Glaudes (né en 1957) est un historien français de la littérature.

Pierre Glaudes
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Société Chateaubriand (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Georges Mailhos (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Né le [1], Pierre Glaudes est ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (promotion L1976)[2], agrégé de lettres modernes[3], docteur (1983)[4] et docteur d'État ès lettres (1986)[5].

Après avoir enseigné à l'université de Grenoble[1], il devient professeur de littérature à l'université Paris-IV en 2007[3].

Il est membre du comité directeur de la Société Chateaubriand[6].

TravauxModifier

Il a consacré ses travaux à des questions de littérature générale et à des écrivains du XIXe siècle, parmi lesquels Chateaubriand, Balzac, Prosper Mérimée et Villiers de l'Isle-Adam.

Éminent mirbellien, spécialiste de Joseph de Maistre, éditeur de l'œuvre de Barbey d’Aurevilly et de celle de Léon Bloy, Pierre Glaudes fait savamment dialoguer la critique littéraire et la psychanalyse post-freudienne. L’assimilation qu’il propose entre la forêt d’Atala et un « sein immense » reste exemplaire : ce sein « excite la convoitise » de l’enfant-Chateaubriand, « puisqu’il contient à ses yeux toutes les “richesses” du monde, tous les “trésors” imaginables : des bébés, des excréments, et surtout le pénis que le Père y a laissé[7]. » De manière complémentaire, Pierre Glaudes repère dans l’Empereur du roman de Victor Segalen, René Leys, une « figure du pénis maternel[8] ».

PublicationsModifier

OuvragesModifier

  • Contre-textes. Essais de psychanalyse littéraire (Toulouse, Ombres, 1990).
  • Le Personnage (Presses universitaires de France, Que sais-je ?, 1998, avec Yves Reuter).
  • Atala, le désir cannibale (Presses universitaires de France, 1994).
  • Joseph de Maistre et les figures de l'histoire (librairie Nizet, 1997).
  • L'Essai (Hachette, 1999, avec Jean-François Louette)[9].
  • La Peau de chagrin d'Honoré de Balzac (Gallimard, Foliothèque, 2003).
  • L’Œuvre romanesque de Léon Bloy (Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2006).
  • Nouvelles de Mérimée (Gallimard, Foliothèque, 2007).
  • Esthétique de Barbey d’Aurevilly (Classiques Garnier, 2009).
  • Léon Bloy, la littérature et la Bible (Les Belles Lettres, 2017).

ÉditionsModifier

  • Jean Cocteau-Jacques Maritain, Correspondance 1923-1963, avec la Lettre à Jacques Maritain et la Réponse à Jean Cocteau (Gallimard, Cahiers de la NRF, 1993, avec Michel Bressolette).
  • Léon Bloy :
    • Journal inédit (Lausanne, L'Âge d'homme, 1996-2013, édition en cours, sous sa direction et celle de Michel Malicet et Joseph Royer, 4 vol. parus).
    • Histoires désobligeantes (Genève, Slatkine, Fleuron, 1997).
    • Journal (éd. Robert Laffont, 1999, 2 vol.)[10].
    • Sueur de sang (Nantes, Éditions Le Passeur, 2000).
    • Les Funérailles du naturalisme (Les Belles Lettres, 2001)[11].
    • Le Désespéré (Garnier-Flammarion, 2010).
    • Léon Bloy journaliste, choix de chroniques et de pamphlets (Flammarion, "GF", 2019).
  • Jules Barbey d'Aurevilly :
    • Les Diaboliques (LGF, Le Livre de Poche classique, 1998).
    • Œuvre critique (Belles Lettres, 2005-2009, édition en cours, sous sa direction et celle de Catherine Mayaux, 6 vol.)[12].
    • Le Chevalier Des Touches (LGF, Le Livre de Poche classique, 2007).
    • Barbey d'Aurevilly journaliste, choix et présentation d'articles et de chroniques, Flammarion, "GF", 2016.
    • L'Ensorcelée, Paris, Classiques Garnier, "Bibliothèque du XIXe siècle", 2017.
  • Auguste de Villiers de L'Isle-Adam :
  • Joseph de Maistre, Œuvres, suivies d'un Dictionnaire Joseph de Maistre (Robert Laffont, Bouquins, 2007)[13].
  • Honoré de Balzac :
    • Scènes de la vie politique : Un épisode sous la Terreur, Une ténébreuse affaire, Le Député d'Arcis, Z. Marcas, in La Comédie humaine, t. 17 (Classiques Garnier/Le Monde, 2009).
    • Scènes de la vie militaire : Les Chouans ou la Bretagne en 1799, Une passion dans le désert, in La Comédie humaine, t. 18 (Classiques Garnier/Le Monde, 2009).
  • Octave Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre (LGF, Le Livre de Poche, "Les Classiques de Poche", 2012).

RéférencesModifier

  1. a et b Notice BnF.
  2. Recherche « Glaudes Pierre », sur lyon-normalesup.org/Annuaire.
  3. a et b « Glaudes Pierre », sur paris-sorbonne.fr.
  4. Sous la dir. de Georges Mailhos, Léon Bloy, Le Désespéré : étude crisologique (thèse de doctorat ès lettres), Toulouse, université Toulouse-II, , 377 p. (SUDOC 041184882).
  5. Sous la dir. de Georges Mailhos, L'Œuvre romanesque de Léon Bloy : écriture des mystères et mystères de l'écriture (thèse d'État ès lettres), Toulouse, université Toulouse-II, , 866 p. (SUDOC 043767168).
  6. « Le direction de la Société Chateaubriand », sur Société Chateaubriand (consulté le 31 juillet 2020).
  7. Pierre Glaudes, Atala, le désir cannibale, Paris, PuF, , p. 38-39.
  8. Pierre Glaudes, « René Leys et le double-jeu », Cahier de l'Herne,‎ , p. 225.
  9. Michel Contat, « Livraisons », sur lemonde.fr, .
  10. Patrick Kéchichian, « Les « effets » de Dieu », sur lemonde.fr,
  11. Patrick Kéchichian, « Léon Bloy et le naturalisme », sur lemonde.fr, .
  12. Patrick Kéchichian, « Œuvre critique Tome III de Jules Barbey d'Aurevilly », sur lemonde.fr, .
  13. Antoine Compagnon, « Un curieux enfant des Lumières », sur lemonde.fr, .

Liens externesModifier