Pierre François Marie Denis de Lagarde

Pierre François Marie Denis de Lagarde est un haut commis de l'État et administrateur français né à Paimpol le , et mort le . Il fut également rédacteur en chef du journal du Perlet.

Pierre François Marie Denis de Lagarde
Fonction
Président-directeur général (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Archives conservées par
Archives nationales (F/1bI/166/5)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Pierre Denis de Lagarde est le fils aîné de treize enfants d'un avocat au parlement, Florentin Denis, sieur de Lagarde, et de son épouse, héritière d'une lignée d'armateurs paimpolais. Il est le frère du capitaine Denis-Lagarde, officier de l'époque napoléonienne. Le , il est nommé commissaire du gouvernement auprès du Conseil des prises. Il est chargé en (après la rupture de la Paix d'Amiens), par Napoléon Bonaparte de réorganiser la gendarmerie. En 1806, il est nommé directeur général de la police en Italie et dans les pays conquis, puis commissaire général chargé de la police dans les provinces illyriennes.

De mars à , il est envoyé à Lisbonne. Le général Maximilien Sébastien Foy raconte[1] : « un ancien commissaire ordonnateur des armées françaises, Luuyt, fut nommé secrétaire d’État de la guerre et de la marine ; le commissaire impérial Herman fut affecté à l’intérieur et aux finances ; l’intendance générale de police, dont la législation de Pombal avait fait un ministère plus important que tous les autres, fut réservée à un Français, Lagarde que l’Empereur envoyait d’Italie ; l’inspecteur aux revues, Viennot-Vaublanc, fut secrétaire du gouvernement. »

En 1809 il est affecté à Madrid. En , il est nommé directeur général de la police à Florence. De 1830 à 1838, il est conseiller d'État.

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Histoire de la guerre de la péninsule sous Napoléon, Paris, 1827, (page 32) [1]