Ouvrir le menu principal

Pierre Chaumié

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaumié.
Pierre Chaumié
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Pierre Jean Marie Bertrand Camille ChaumiéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions

Pierre Jean Marie Bertrand Camille Chaumié, né le à Agen[1], et, mort le dans le 14e arrondissement de Paris[2], est un homme politique et un résistant français, avocat de profession.

BiographieModifier

Pierre Chaumié fait ses études au lycée d'Agen, puis au lycée Henri-IV de Paris, et à la faculté de droit de la capitale. Licencié, puis docteur en droit, il s'inscrit au barreau de Paris en 1902. La même année, il devient secrétaire particulier du ministre de l'Instruction publique et le reste jusqu'en 1905. De 1905 à 1906, il est chef adjoint du cabinet du garde des Sceaux (ministre de la Justice). À partir de 1907, il est secrétaire de la conférence des avocats.

En 1914, Pierre Chaumié est mobilisé. Il commence la Première Guerre mondiale comme simple soldat, et la termine comme Lieutenant. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur pour son attitude au front.

En 1919, il quitte le barreau pour mener une carrière d'administrateur d'entreprises industrielles, dans la sidérurgie d'abord, puis dans l'industrie de l'azote. Il représente les industriels français de cette activité dans les congrès internationaux.

Le , Pierre Chaumié est élu sénateur (radical-socialiste) du Lot-et-Garonne, son département natal. Il succède à Georges Laboulbene, décédé le . Pierre Chaumié appartient aux commissions sénatoriales de la Législation civile et criminelle, de l'Armée et des Travaux publics. Il est rapporteur de plusieurs lois entre 1936 et 1940.

Le , il vote contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain. Il s'engage ensuite dans la Résistance et devient préfet des Mouvements unis de la Résistance (MUR). Il démissionne de ce poste en avril 1944, car il en désaccord avec le nouveau chef militaire, qui refuse de promettre le rétablissement des libertés républicaines dès la libération du territoire.

En 1944-1945, Pierre Chaumié siège à l'Assemblée consultative provisoire. Il fait partie de la commission de l'Équipement national, de la commission des Finances, de la commission de la Justice et de l'épuration, de la commission permanente de coordination. Il appartient également à la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, ainsi qu'à la commission d'enquête la fourniture du papier de presse. Il est rapporteur du budget 1945 des Travaux publics et des transports. Il prend également la défense des petits épargnants.

Pierre Chaumié se retire de la vie politique en 1948, pour siéger au Conseil supérieur de la magistrature, où il préside la commission des Grâces, puis celles des Affaires d'outre-mer.

SourcesModifier

  • « Pierre Chaumié », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Max Lagarrigue, Renaud Jean. Carnets d'un paysan député communiste, Biarritz, Éditions Atlantica, 2001; « La Confédération paysanne des Paysans Travailleurs (CGPT). Émergences, actions et difficultés d'une syndicalisme de « classe » dans les années trente », Bordeaux, Le Festin, no 25, février 1998, p. 56-65 ; « Un communisme rural ? L'exemple lot-et-garonnais durant les années trente », Toulouse, Éditions les Amis du Vieux Nérac, 1998, p. 127-145.

Notes et référencesModifier

  1. Archives du Lot-et-Garenne, commune d'Agen, acte de naissance no 74, année 1880 (sans mention marginale de décès) (consulté le 17 octobre 2014)
  2. Copie de l'acte de décès présent sur la Base Léonore (le lieu de décès est erronée dans la base du sénat)

Liens externesModifier