Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le diplomate français, auteur d'ouvrages sur les relations internationales. Pour le théologien suisse, voir Pierre Bühler.

Pierre Buhler, né le à Rauwiller (Bas-Rhin), est un haut fonctionnaire français, ancien élève de l'ENA (promotion « Henri-François d'Aguesseau », 1982), diplomate de carrière qui a enseigné les relations internationales à Sciences Po Paris, ambassadeur en Pologne de 2012 à 2016, nommé président de l'Institut français en 2017.

Sommaire

BiographieModifier

FormationModifier

Pierre Buhler a effectué ses études secondaires au Lycée Mangin de Sarrebourg.

Avant sa scolarité à l'École nationale d'administration, Pierre Buhler a fait des études supérieures à HEC Paris, à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'Institut national des langues et civilisations orientales (diplôme supérieur de polonais). Il a également une licence en droit (Paris I-Panthéon-Sorbonne), une licence en ethnologie (Paris VII) et un DEA d'économie appliquée (Université Paris-Dauphine).

Affectations à l'étrangerModifier

Il est en poste notamment à Varsovie (1983-1985), Moscou (1985-1988), Washington et New York (1993-2001)[1], Singapour (comme ambassadeur de France de 2006[2] à 2009[3]).

Il est nommé ambassadeur en Pologne par décret du 30 avril 2012[4].

Principales fonctions exercées en FranceModifier

Il est conseiller diplomatique du ministre de la défense Alain Richard de 2001 à 2002.

De 2002 à 2006, il est mis à disposition de Sciences Po en qualité de professeur associé.

Il est directeur général de France coopération internationale de 2009[5] à 2011[6].

En août 2017, il est nommé président de l'Institut français où il remplace Bruno Foucher, nommé ambassadeur de France au Liban[7].

Vie privéeModifier

Pierre Buhler est marié à la journaliste Sylvie Kauffmann et est père de deux enfants.

BibliographieModifier

Ouvrages personnelsModifier

Ouvrages collectifs (direction ou participation)Modifier

ArticlesModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

  • 2010 : le « Centre européen de Solidarność » lui a conféré la « médaille de la reconnaissance ».
  • 2012 : Prix du meilleur livre géopolitique, décerné par le magazine Conflits, la maison d'édition Anteios, et l'entreprise Axyntis.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. conseiller culturel, représentant permanent des universités françaises aux États-Unis à New York de 1996 à 2001
  2. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000821765
  3. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021014748
  4. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025790185
  5. http://nominations.acteurspublics.com/nomination/09-10-09/pierre-buhler-directeur-general-du-gip-france-cooperation-internationale
  6. http://nominations.acteurspublics.com/focus/08-09-11/changement-a-la-tete-de-france-expertise-internationale
  7. Antoine Oury, « Pierre Buhler, nouveau président de l'Institut français », sur ActuaLitté,
  8. http://pascalbonifaceaffairesstrategiques.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/03/09/questions-a-pierre-buhler-la-puissance-au-xxie-siecle.html
  9. Paul C. Light est professeur de service public à Robert F. Wagner Graduate School of Public Service de New York University et chercheur au Global Center for Public Service
  10. Francis Charhon est directeur général de la Fondation de France
  11. https://sites.google.com/site/rauwiller67/home/pages-dates-parues-dans-le-monde
  12. http://www.defnat.fr/site_fr/sommaires/sommaire-detail.php?cid_revue=352
  13. The Weary Titan
  14. Putin’s Brezhnev Syndrome
  15. La puissance américaine piégée par la dette
  16. Décret du 12 mai 1999 portant promotion et nomination
  17. Décret du 14 mai 2014 portant promotion et nomination
  18. Décret du 9 avril 2004 portant promotion et nomination
  19. Décret du 13 juillet 2019 portant promotion et nomination
  20. (pl) « MSZ: ambasador Francji w Polsce Pierre Buhler uhonorowany odznaką Bene Merito »,
  • Annuaire diplomatique

Liens externesModifier