Pierre Bost

écrivain français

Pierre Bost, né le à Lasalle (Gard) et mort le à Paris, est un écrivain et scénariste français. Il utilisa jusqu'en 1945 le pseudonyme de Vivarais. Il est le frère de Jacques-Laurent Bost.

Pierre Bost
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
VivaraisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
Distinction
signature de Pierre Bost
signature

BiographieModifier

Fils d'un pasteur, il passe son enfance au Havre. Élève au lycée Henri-IV, il a Alain comme maître, mais il rate l'agrégation.

L’homme de lettresModifier

Romancier, journaliste et auteur dramatique français, Pierre Bost débute au théâtre du Vieux-Colombier avec une comédie, L'Imbécile, puis se tourne vers le roman. Il écrit plusieurs ouvrages, publiés par Gallimard, parmi lesquels le roman Porte malheur ou l'essai Un an dans un tiroir.

Le scénaristeModifier

Au début des années 1940, il devient scénariste et écrit un grand nombre de films, souvent avec son complice Jean Aurenche. Beaucoup restent célèbres comme Le Diable au corps, La Traversée de Paris, La Jument verte, etc. En 1954, le tandem Aurenche et Bost est attaqué dans les Cahiers du cinéma par François Truffaut[1]. Avec l'arrivée de la Nouvelle Vague, leur étoile pâlit quelque peu dans les années 1960. Jean Aurenche et Pierre Bost font un retour triomphal dans les années 1970 quand ils écrivent deux films pour Bertrand Tavernier : L'Horloger de Saint-Paul et Le Juge et l'Assassin. Pierre Bost meurt en 1975.

Le succès posthumeModifier

Dans les années 1980, Bertrand Tavernier adapte le roman de Bost Monsieur Ladmiral va bientôt mourir au cinéma sous le titre Un dimanche à la campagne. Le film remporte un grand succès, notamment au Festival de Cannes et aux Oscars. À partir de 2007, les éditions Le Dilettante entreprennent la réédition des textes de Pierre Bost. En 2012, leur catalogue comprend Porte malheur et Un an dans un tiroir, tous deux préfacés par François Ouellet. Depuis, d'autres titres ont été réédités aux Éditions La Thébaïde, dont deux ouvrages composés d'articles inédits.

En 2010, le documentaire Jean Aurenche, écrivain de cinéma consacré à son coauteur Jean Aurenche, aborde notamment le fonctionnement de sa collaboration avec Pierre Bost. Ce dernier intervient à l'écran dans plusieurs images d'archives.

FilmographieModifier

Œuvres écritesModifier

En collaboration
  • Pierre Bost, Pierre Darbon et Pierre Quet, La Puissance et la Gloire, Paris, Robert Laffont, , 221 p.
  • Claude-André Puget et Pierre Bost, Un nommé Judas, Paris, La Table Ronde, , 191 p.
  • Jean Aurenche, Pierre Bost, Claude Brule et Georges Neveux, Molière pour rire et pour pleurer, Paris, Presses de la Cité, , 258 p.

Notes et référencesModifier

  1. François Truffaut, « Une certaine tendance du cinéma français », Cahiers du cinéma,‎

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier