Pierre Beuchot

Pierre Beuchot, né le aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et mort le à Bry-sur-Marne[1] (Val-de-Marne), est un cinéaste français.

Pierre Beuchot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
SuresnesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Début de carrièreModifier

Après des études de commerce et des activités diverses, Pierre Beuchot débute comme stagiaire puis assistant à la mise en scène en 1964. Il travaille d'abord avec des cinéastes dits « commerciaux » (Jean-Claude Chambon pour Les Pieds nickelés, Jean-Claude Roy pour Les Combinards), mais aussi avec le cinéaste Georges Rouquier pour des courts-métrages institutionnels (Sire le Roy n’a plus rien dit, 1965).

MortModifier

Pierre Beuchot meurt le d'un cancer des poumons, après que sa femme a succombé à la pandémie de Covid-19 en [2].

FilmographieModifier

Assistant-Réalisateur (1965-1976)Modifier

Pierre Beuchot a notamment travaillé avec :

Réalisateur de courts-métrages (1972-1974)Modifier

Pierre Beuchot est auteur-réalisateur des courts métrages de cinéma.

Auteur-Réalisateur de longs métrages de fiction (1985-2000)Modifier

D'après des romans de Pierre Jean Jouve et de Daniel AnselmeModifier

Fictions historiquesModifier

Essais cinématographiques, scénario, théâtreModifier

  • Auteur-Réalisateur d'un Essai
    • Le Temps détruit – Lettres d’une guerre (1985), d'après les correspondances de Maurice Jaubert, Paul Nizan, Roger Beuchot. Sélectionné aux festivals de Cannes, New-York, Moscou, Londres, etc. Grand prix SCAM 1987.
  • Scénariste télévision
  • Conseiller technique cinéma
  • Auteur Théâtre

Réalisateur de documentaires pour la télévision (1968-2009)Modifier

ArtsModifier

HistoireModifier

  • L’Important n’est pas prévisible (1980) - Rue des Archives
  • Le Premier mai de Fourmies (1981) - Mémoires de France
  • La Guerre de Vendée (1982) - Mémoires de France
  • Propaganda (1986-1987)- Six films coréalisée avec Philippe Collin et François Porcile
  • Mémoires partagées, Loin de Moscou (1994) et Le Printemps de l’Elbe (1995) en collaboration avec André Harris.
  • Les Temps obscurs sont toujours là (1998)
  • Léopold Sédar Senghor, entre deux mondes (1999) en collaboration avec Jean-Noël Jeanneney
  • La Résistance à l’épreuve du temps (2003)
  • K.S. Karol, grand témoin du siècle (2004)
  • Contre l’oubli – La trace des dictature (2009) en collaboration Jean-Noël Jeanneney

Portraits d'écrivainsModifier

DiversModifier

CinémaModifier

BibliographieModifier

  • Le Temps détruit – Lettres d’une guerre, Édition Connaissance du cinéma.
  • Sade en procès, coauteur : Jean-Jacques Pauvert, Édition Mille et une nuits.

JugementsModifier

  • Jean Thibaudeau : « À partir de quoi Le Temps détruit, en 1985, m'a bouleversé, consacré à la mémoire de Paul Nizan, de Maurice Jaubert, le musicien avant-guerre de Jean Vigo et de René Clair, et Roger Beuchot, un ouvrier, le père du cinéaste, tous trois tombés face à l'ennemi, en mai et , vous donnerait la clef de tout »[3]

Sources bibliographiquesModifier

RéférencesModifier

  1. « Fichier des décès : Pierre Beuchot », sur MatchID.
  2. Antoine Perraud, « Pierre Beuchot (1938-2020): la mémoire et la guerre », sur Mediapart (consulté le 1er décembre 2020)
  3. Jean Thibaudeau, in Face à face Anders Wahlgren/Pierre Beuchot, publication du Centre Pompidou, 1999.

Liens externesModifier