Pierre Béghin

explorateur français
Pierre Béghin
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Béghin sur le dépôt de l'avalanche de Taconnaz à Chamonix (Haute-Savoie) en mars 1990
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance ,
Rotterdam
Décès ,
face sud de l'Annapurna
Carrière
Disciplines Alpinisme

Pierre Béghin (, Rotterdam - , Annapurna) est un alpiniste français.

BiographieModifier

Pierre Béghin est le petit-fils de l'ingénieur Henri Béghin. Il passe son enfance en région parisienne, à Meudon.

Il entre en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand à Paris en 1968. Il rencontre Xavier Fargeas et Thierry Leroy en 1971 alors qu'il est encore en maths spé. C'est avec eux qu'il effectuera la plupart de ses réalisations alpines[1].

Souhaitant se rapprocher de la montagne, il réussit le concours de l'École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne en 1974 et s'inscrit dès la rentrée au Club alpin français de Saint-Étienne où il rencontre Roger Remond, lui aussi futur compagnon de cordée.

Ingénieur à Grenoble, docteur en mécanique des fluides et grand spécialiste de la modélisation des avalanches, il a à son actif cinq 8 000.

Il disparaît le au cours d'une descente de la face Sud de l'Annapurna I lors d'une tentative d'ouverture d'une voie nouvelle avec Jean-Christophe Lafaille. Vers 7 500 mètres, Pierre et Jean-Christophe sont à 600 m du sommet quand la météo les contraint à faire demi-tour. Lors de leur descente en rappel d'un mur, en pleine tempête, Pierre pose un rappel sur un coinceur mécanique, le vérifie, démarre, mais le point d'ancrage lâche. Lafaille mettra cinq jours à redescendre seul avec un bras cassé[2].

Le lycée de Moirans, dans l'Isère, qui a ouvert ses portes en 1999[réf. souhaitée], porte le nom de Pierre Béghin.

Ascensions dans les AlpesModifier

Palmarès en HimalayaModifier

Pierre Béghin est un des plus talentueux himalayistes français.

  • 1981 : première ascension du Manaslu (8 163 m), face Ouest, en duo ;
  • 1983 : première en solitaire du Kanchenjunga (8 586 m), troisième homme à réaliser un plus de 8 000 en solitaire ;
  • 1984 : première de l’éperon Sud du Dhaulagiri (8 167 m) avec Jean-Noël Roche ;
  • 1987 : face Nord du Jannu (7 710 m) avec Érik Decamp ;
  • 1989 : face Sud directe du Makalu (8 463 m) en solo. Après un bivouac à 8 050 m, il essuiera deux avalanches lors de la descente ;
  • 1991 : première de l’arête Nord-Ouest du K2 (8 611 m) et première ascension en duo et sans assistance avec Christophe Profit.

Spécialiste des avalanchesModifier

Pierre Béghin était également ingénieur au Cemagref, où il étudiait les avalanches. Ses études consistaient à reproduire scientifiquement sur maquette les avalanches qui affectaient telle ou telle zone de montagne.

À sa mort, il venait juste de terminer un travail sur l’influence des facteurs de sédimentation sur la dynamique des courants de gravité.

Œuvres bibliographiquesModifier

  • Les 5 trésors de la grande neige, Arthaud, 1985
  • Passion d'Himmalaya, Glénat, 1988
  • Hautes altitudes, voyages dans l'oxygène rare, Didier & Richard, 1991
  • Manaslu 81 et Jannu 1982 (avec Gérard Bretin), Manuscript, Le sappey en Chartreuse, 1983
  • Alpinismes (avec Bernard Amy et Pierre Faivre), Arthaud, 1988

Notes et référencesModifier

  1. Carre 2017, p. 37
  2. Michel Raspaud, L'aventure himalayenne : les enjeux des expéditions sur les hautes montagnes du monde, 1880-2000, Presses universitaires de Grenoble, , p. 121.

BibliographieModifier

Lien externeModifier