Ouvrir le menu principal

Pierre Ansart

écrivain et sociologue français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ansart.
Ne doit pas être confondu avec Pierre Ansart (architecte).
Pierre Ansart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Mère
Charlotte Loilier-Ansart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Pierre Ansart (né le à Corbeil-Essonnes et mort le à Paris) est professeur émérite de l'Université Paris VII, spécialiste de Proudhon. Il mène ses recherches sur les idéologies politiques et les rapports entre philosophie et sociologie. Après avoir étudié les idéologies et utopies politiques occidentales (marxisme, proudhonisme, anarchisme) mais aussi asiatiques (confusianisme) et leurs significations socio-historiques, Pierre Ansart est conduit à analyser plus particulièrement leur dimension affective et émotionnelle. Son approche devient dès lors pluridisciplinaire, entre sociologie, histoire et psychologie politique. Outre Proudhon, il consacre nombre de ses travaux également à Freud, Marx, Balandier, Weber.

Sommaire

BiographieModifier

Pierre Ansart est le fils de Jules Désiré Fernand Ansart (1885-1956), directeur de la Banque nationale pour le commerce et l'industrie (BNCI) à Corbeil, et de Charlotte Loilier (1884-1990), institutrice, première conseillère municipale femme après 1945 et présidente de la Ligue féminine d'action catholique, qui donna son nom à l'« espace Charlotte-Ansart » (Corbeil-Essonnes). Il est notamment le frère de Geneviève Brouchon (1914-2003), mère de Jean-Paul Brouchon, pionnière du scoutisme à Amiens et à Corbeil, et fondatrice du « Cours Saint-Jean » (dit Cours Brouchon, installé au château de Chantemerle).

Il fait ses études secondaires au collège Saint-Charles de Juvisy-sur-Orge, puis ses études supérieures de philosophie à la Sorbonne. Réfractaire au Service du travail obligatoire de 1942 à 1944, il entre dans la résistance. Il est reçu à l’agrégation de philosophie en 1950. D'abord professeur de philosophie au lycée et à la faculté des lettres de Hanoï (Vietnam) de 1950 à 1953 puis au lycée Chasseloup-Laubat et à la faculté des lettres de Saïgon de 1953 à 1958, il s'oriente vers la sociologie[1]. Ses publications sur Saint-Simon et sur l’anarchisme de Proudhon, ainsi que sa thèse sur « Marx et l’anarchisme » (1967) le conduisent à entrer comme maître assistant à la Sorbonne, puis comme enseignant à l’Université de Paris VII-Denis-Diderot en 1970.

Il fait soutenir à l'Université de Paris VII-Denis-Diderot, en tant que directeur de thèses, vingt-deux thèses entre 1989 et 1995[2].

Alain Pessin et Mimmo Pucciarelli ont publié un livre d'entretiens avec Pierre Ansart : Pierre Ansart & l’anarchisme proudhonien, publié aux éditions de l'Atelier de création libertaire à Lyon en 2004.

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[3], initiée par le collectif Non à la guerre[4].

Ses fonctionsModifier

  • 1950 à 1953 : Professeur de philosophie au lycée et à la faculté des lettres de Hanoi (Vietnam).
  • 1953 à 1958 : Professeur de philosophie au lycée et à la faculté des lettres de Saigon (Vietnam).
  • 1958 à 1967 : Attaché de recherches en sociologie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
  • 1967 à 1970 : Maître assistant à la Sorbonne (sociologie).
  • 1970 à 1990 : Professeur de sociologie à l’Université Paris VII-Denis-Diderot.
  • 1980 à 1985 : Directeur du département de Sociologie.
  • 1984 à 1988 : Directeur du Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise.
  • 1990 : Professeur émérite.

ŒuvresModifier

  • Sociologie de Proudhon, PUF, 1967
  • Socialisme et anarchisme : Saint-Simon, Proudhon, Marx, PUF, 1969
  • Saint-Simon, PUF, 1969
  • Sociologie de Saint-Simon, PUF, 1970
  • Naissance de l'anarchisme, PUF, 1970
  • La société, le sexe et la loi, Casterman, 1971
  • Les idéologies politiques, PUF, 1974
  • Idéologie, conflit et pouvoir, PUF, 1977
  • La gestion des passions politiques, l'Âge d'Homme, 1983
  • Analyse de l'idéologie, Galilée, 1983 (avec Pierre Birnbaum et Blandine Kriegel)
  • Proudhon, Le Livre de poche, 1984
  • Les sociologies contemporaines, Seuil, 1990
  • La gestion des passions politiques, l'Âge d'Homme, 1990
  • Rencontres autour de Pierre Fougeyrollas, l'Harmattan, 1993
  • Les cliniciens des passions politiques, Seuil, 1997
  • Dictionnaire de sociologie, Le Robert et Seuil, 1999 (dir. avec André Akoun)
  • Préface à Francis Farrugia, La reconstruction de la sociologie française (1945-1965), l'Harmattan, 2000
  • Le ressentiment, Bruylant, 2002 (éd.)
  • Préface à Norbert Elias, une sociologie des processus, l'Harmattan, 2002
  • Quand la vie s'allonge, France - Japon, l'Harmattan, 2004 (dir. avec Anne-Marie Guillemard, Monique Legrand, Michel Messu et Koken Sasaki)
  • Les sentiments et le politique, l'Harmattan, 2007 (avec Claudine Haroche)
  • Entre travail, retraite et vieillesse. Le grand écart , avec Guillemard A.-M., Legaré J., L’Harmattan, Paris, 2007

Notes et référencesModifier

  1. Voir la notice biographique sur le site des PUF.
  2. Voir l'article de Bernard Lahire sur le site de l'université de Lyon 2 ici.
  3. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  4. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le «Collectif non à la guerre» a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .

Liens externesModifier