Ouvrir le menu principal

Pierre-Marie Delaunay

homme politique français

Pierre-Marie Delaunay
Fonctions
Député de Maine-et-Loire

(3 ans, 1 mois et 21 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des Cinq-Cents

(4 ans, 2 mois et 12 jours)
Conseiller général de Maine-et-Loire
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Angers (Maine-et-Loire)
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Angers (Maine-et-Loire)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Plaine
Bonapartiste
Profession Avocat
Magistrat
Distinctions Chevalier de l'Empire
Chevalier de la Légion d'honneur
députés de Maine-et-Loire

Pierre-Marie, chevalier Delaunay (, Angers - , Angers), est un homme politique français.

BiographieModifier

Avocat à Angers avant la Révolution, il est nommé procureur syndic du département en 1790, puis président du tribunal criminel d'Angers la même année.

Le 5 septembre 1792, il est élu membre de la Convention nationale par le département de Maine-et-Loire. Il siège à la Plaine, et, dans le procès de Louis XVI, répond au 3e appel nominal : « Je vote pour la réclusion jusqu'à la paix ». Le rapport qu'il présente sur la motion de Boilleau de l'Yonne fait décréter Marat d'accusation en mars 1793. Il est membre du comité de législation, est envoyé dans l'Ouest en révolte. Il est l'un des cinq commissaires chargés des premières négociations de paix avec Charette, et, ayant réussi dans cette mission, est délégué à Angers pour réorganiser les départements soumis. À ce poste, il protège surtout les royalistes[réf. nécessaire].

Rappelé à la Convention en juillet 1795, il entre au comité de salut public, soutient la réaction thermidorienne, et, par des propositions énergiques, comme celle des tribunaux militaires pour juger les insurgés, consolide, le 13 vendémiaire, la victoire de la Convention.

Élu par son département au Conseil des Cinq-Cents, le 22 vendémiaire an IV, il demande l'organisation d'un ministère de la police, et une loi contre la presse.

Membre du Tribunal de cassation en 1797, il adhère en 1799 au coup d'État du 18 brumaire et est nommé, au lendemain de cet événement, président du tribunal criminel de Maine-et-Loire. Le 9 floréal suivant, il devient juge au tribunal d'appel d'Angers. Il préside en octobre 1801 le tribunal qui envoie à la guillotine les prétendus coupables de l'enlèvement du sénateur Clément de Ris. Ce procès sert de trame au roman de Balzac Une ténébreuse affaire[1]. Delaunay se montre très sévère dans la répression des crimes politiques, est décoré de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII, nommé conseiller général de Maine-et-Loire le 28 août 1808, créé chevalier de l'Empire, le 5 août 1809, et promu président de chambre à la cour impériale d'Angers le 2 avril 1811. Il meurt dans l'exercice de ces fonctions.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Une ténébreuse affaire, Dictionnaire des œuvres Laffont-Bompiani, t. VI, p. 366.

Liens externesModifier