Ouvrir le menu principal

Pierre-Marie-Athanase Babey

personnalité politique française

Pierre-Athanase-Marie Babey
Illustration.
Fonctions
Député du Conseil des Cinq-Cents
Élection 21 vendémiaire an IV
Circonscription Jura
Groupe politique Centre
Député de la Convention nationale
Élection 5 septembre 1792
Circonscription Jura
Groupe politique Gironde
Député à l'Assemblée constituante de 1789
Député aux États généraux de 1789
Élection 15 avril 1789
Groupe politique Tiers état
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Orgelet
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Salins
Nationalité Français
Profession Avocat

Pierre-Athanase-Marie Babey, né le à Orgelet, mort le à Salins, est un député à l’Assemblée constituante de 1789, membre de la Convention et député au Conseil des Cinq-Cents. Il était avocat du roi à Orgelet au moment de la Révolution, dont il embrassa les idées avec une inflexible fermeté.

Sommaire

BiographieModifier

Élu député du tiers état aux États généraux, le 15 avril 1789, par le bailliage d'Aval, avec 188 voix sur 372 votants.

Le , il fit partie des nouveaux membres du comité des recherches, avec Poulain de Corbion, l'abbé Joubert, de Pardieu, Le Déan, Voidel, Cochon de Lapparent, Payen-Boisneuf, Verchère de Reffye, Rousselet, de Macaye, de Sillery[1].

Il fit annuler, le 7 décembre 1790, les remerciements votés au département de la Meurthe au sujet de la sédition de Nancy, demanda que l'Assemblée se déclarât en permanence pour attendre l'acceptation du roi lors de la présentation de la constitution civile du clergé ; et, le 28 février 1791, prit la parole pour démontrer l'urgence d'une loi contre les émigrés, et émit des propos menaçants contre les membres du Comité de Constitution qui refusaient de présenter ce projet de loi.

Le 15 juillet suivant, il demanda de convertir en décret l'avis des comités portant que le roi serait suspendu de ses fonctions jusqu’à l'achèvement de la Constitution, et déchu du trône, s'il ne l'acceptait pas.

Élu membre de la Convention par le département du Jura, le 5 septembre 1792, à la pluralité des voix sur 430 votants, il apporta dans cette assemblée des opinions modérées. Dans le procès de Louis XVI, il répondit, au 3e appel nominal : « Je vote pour la réclusion de Louis jusqu'à la paix, et pour le bannissement à cette époque ». Il réclama en même temps la convocation des assemblées primaires.

Inclinant du côté de la Gironde, et ayant protesté contre le 31 mai, il fut au nombre des 73[2] conventionnels arrêtés pour ce fait.

Le 21 vendémiaire an IV, il fut compris, comme député du Jura, parmi les membres de la Convention qui entrèrent au Conseil des Cinq-Cents, par 221 voix sur 254 votants, et fit partie de ce Conseil jusqu'en floréal an VII.

Il ne joua aucun rôle politique sous l'Empire.

MandatsModifier

  • 15/04/1789 - 30/09/1791 : Aval - Lons-le-Saunier (Bailliage)
  • 05/09/1792 - 26/10/1795 : Jura - Gironde
  • 13/10/1795 - 26/12/1799 : Jura - Centre

Notes et référencesModifier

  1. de Bonnay 1883, p. 295.
  2. Une erreur d’écriture devait par la suite parler de la protestation des « 73 » au lieu des « 75 ».

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier