Phocylide de Milet

poète grec de l'Antiquité

Phocylide de Milet (en grec ancien Φωκυλίδης) est un auteur de maximes grec du VIe siècle av. J.-C., plutôt qu’un poète élégiaque, né à Milet. Il nous reste de lui quelques sentences, puisées dans son expérience, mais qui doivent aussi beaucoup à Hésiode. Son style est sec mais non dénué d’élégance[1] :

Phocylide de Milet
Biographie
Naissance
Époque
Activités
Période d'activité

« Une petite ville juchée sur un rocher, mais bien administrée,
vaut mieux qu’une Ninive frappée de folie. »

Platon cite Phocylide au Livre III de La République (407 a) : « Quand on dispose de quoi vivre, il faut s'exercer à la vertu. »[2]. Aristote le cite au chapitre XI du livre IV de la Politique (1295 b 34), à propos de l’importance et de l’excellence de la classe moyenne :

« La moyenne souvent a bien des avantages :
Je veux, dans la cité, être de la moyenne. »

Phocylide a suscité le plagiat de poètes bien postérieurs : ainsi, on a longtemps attribué à Phocylide un poème didactique en 230 hexamètres, intitulé Maximes de Phocylide, mais qui est en réalité apocryphe et fabriqué à l'époque hellénistique.

RéférencesModifier

  1. Fragment 5.
  2. Fragment n°9.

BibliographieModifier

  • Dominique Arnould, « L’exception qui confirme la règle (Phocylide, fr.1 Diehl) », L’Antiquité classique, vol. 71,‎ , p. 131-132 (lire en ligne, consulté le ).
  • Jean Riaud, « Quelques observations sur les relations parents-enfants dans les sentences du Pseudo-Phocylide », Revue d'Histoire et de Philosophie religieuse, vol. 80, no 1,‎ , p. 79-92 (lire en ligne).

Liens externesModifier