Phlyctène

élévation de la peau remplie de fluide
Phlyctène
Description de cette image, également commentée ci-après
Une phlyctène sur un pied due à des frottements répétés (« ampoule »).

Traitement
Spécialité DermatologieVoir et modifier les données sur Wikidata
Classification et ressources externes
CISP-2 S17Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 T14.0
CIM-9 919.2
DiseasesDB 1777
MedlinePlus 003239
MeSH D001768
Patient UK Bullous-dermatoses-blisters-and-bullae

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

En médecine, une phlyctène, ampoule, cloche ou cloque est une lésion de la peau, élévation circonscrite de l'épiderme, due à une collection de liquide clair contenu dans une cavité néo-formée.

Une large bulle causée par une brûlure du 2e degré.
Phlyctène au pied causée par des frottements.

Elle peut être causée par des frottements répétés, une brûlure, le gel, l'exposition à des produits chimiques ou une infection, et peut être accompagnée d'une douleur localisée.

Lorsque cette bulle éclate, il ne faut pas chercher à enlever les restes de peau, sous risque d'infection[1]

CausesModifier

Un Phlyctène (ampoule, cloque) peut avoir des causes diverses :

  • frottement intense et long ou répété de la peau avec un objet (chaussure, outils le plus souvent) ;
  • brûlure thermique du deuxième degré superficielles et profondes (y compris sous forme de coups de soleil ou de brûlure par le froid)[2] ;
  • brûlure chimique  ;
  • brûlure radiologique (en cas d'exposition partielle (localisée) du corps à un rayonnement ionisant (notamment sur la peau), des phlyctènes apparaissent à partir d'une dose d'environ un Gray ;
  • certains types d'allergies (par exemple à la suite d'une piqûre d'insecte, ou à un contact avec la sève phototoxique de certains végétaux (Berce du Caucase typiquement) ;
  • certaines maladies (parfois dites « bulleusees ») dont les plus courants sont la varicelle, l'herpès simplex, l'impétigo, une forme d'eczéma dénommée dyshidrose. Plus rarement, les cloques sont dues à :
    • une Pemphigoïde bulleuse : une maladie dermatologique causant de grosses cloques bien remplies, généralement après l'âge de 60 ans ;
    • un Pemphigus : autre maladie cutanée (grave) où des cloques se développent si une pression est appliquée sur la peau ; ces cloques éclatent facilement, laissant des lésions susceptibles de s'infecter ;
  • une Dermatite herpétiforme : dermatite associée à des cloques démangeant intensément aux coudes et genoux, sur le dos et les fesses principalement. Les cloques forment souvent des plaques de même forme et de même taille des deux côtés du corps ;
  • dermatose chronique bulleuse, caractérisée par des amas de cloques sur le visage, la bouche ou les organes génitaux ;
  • Syndrome de rayonnement cutané ;
  • Épidermolyse bulleuse [3].

HygièneModifier

La manipulation du phlyctène doit se faire prudemment et avec des gants stériles ou des doigts ou objets désinfectés, car elle peut parfois être source d'infections graves et rapides (ex : staphylococcie maligne, à considérer comme urgence médicale car explosive et pouvant induire une septicémie engageant le pronostic vital et fonctionnel)[4]. Dans ce cas les germes pathogènes sont véhiculés par voie veineuse et gagnent rapidement tout le corps, avec des effets aggravés chez le diabétique[4]. La piqûre d'insecte est alors faussement rassurante pour le patient et son entourages, retardant une consultation spécialisée ; après une piqure d'insecte, l'érythème violacé sans bourrelet périphérique, l'œdème du visage, les signes d'état septicémique et d'atteinte méningée, notamment associées à une altération de l'état général et à des troubles de la conscience sont une urgence médicale, car risquant de rapidement conduire à un coma agité et fébrile, souvent fatal[4]. La thérapie inclue alors une anticoagulation efficace combinée à une antibiothérapie adaptée, sous surveillance médicale[4].

Liquide intérieurModifier

<-- Quel est le liquide à l'intérieur ? Pourquoi y a-t-il ce liquide ? faut-il percer un phlyctène ? -->

Diagnostics différentielsModifier

Le vocabulaire médical de dermatologie distingue théoriquement :

  1. la vésicule : lésion de volume variable mais petit (1 à 3 mm de diamètre).
  2. la bulle : la bulle est plus volumineuse que la vésicule ; une affection vésiculeuse peut devenir bulleuse lorsque le décollement intra-épidermique s'étend par coalescence des vésicules.
  3. la pustule : le contenu de la pustule est d'emblée purulent ; à noter qu'une vésicule peut évoluer en pustule.
  4. la papule : tantôt non liquidienne tantôt œdémateuse mais alors cet œdème n'est pas collecté même si son aspect translucide peut prêter à discussion.
  5. l’œdème : le liquide n'est pas collecté.

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. « Understanding Blisters -- Treatment » (consulté le )
  2. (en) « First Degree Burns » [archive du ], sur utah.edu, (consulté le )
  3. (en) Ajoy Bardhan, Leena Bruckner-Tuderman, Iain L. C. Chapple et Jo-David Fine, « Epidermolysis bullosa », Nature Reviews Disease Primers, vol. 6, no 1,‎ , p. 78 (ISSN 2056-676X, DOI 10.1038/s41572-020-0210-0, lire en ligne, consulté le )
  4. a b c et d J. Ziani, S. Elloudi, S. Benkirane et H. Baybay, « Staphylococcie maligne de la face : une série de 3 cas », Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, vol. 146, no 12,‎ , A204 (DOI 10.1016/j.annder.2019.09.302, lire en ligne, consulté le )