Philippe de La Chambre

cardinal-évêque catholique

Philippe de La Chambre Seyssel, né dans le duché de Savoie en 1490 et mort à Rome le , est un cardinal du XVIe siècle. Il est membre de l'ordre des bénédictins et un parent de la reine française Catherine de Médicis.

Philippe de La Chambre
Biographie
Naissance
Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Décès
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Clément VII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Martino ai Monte
Cardinal-prêtre de S. Prassede
Cardinal-prêtre de S. Maria in Trastevere
Cardinal-évêque de
Frascati
Évêque de l'Église catholique
Administrateur de l'évêché de Cornouaille
Évêque de Belley

Ante te omne desiderium
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Membre de la famille de La Chambre-Seyssel, il ne doit pas être confondu avec son cousin et homonyme Philippe de La Chambre de Maurienne (mort en 1572), qui fut évêque d'Orange (1560-1572).

BiographieModifier

FamilleModifier

Philippe de La Chambre est le 4e fils de Louis de Seyssel, comte de La Chambre, et d'Anne de La Tour d'Auvergne, qui était veuve d'Alexander Stuart, premier duc d'Albany.

Carrière ecclésiastiqueModifier

Destiné à l'Église, il est nommé abbé commendataire de l'abbaye de Corbie en 1523.

Le pape Clément VII le crée cardinal lors du consistoire du , successivement cardinal-prêtre de Sancti Martini in Montibus, puis de Sancte Marie trans Tiberim, et enfin cardinal-évêque de Frascati[1]. Il est nommé évêque de Belley en 1535 mais il résigne son siège du fait de l'occupation des États de Savoie par les troupes françaises[2]. Il est nommé ensuite administrateur de l'évêché de Cornouaille en 1546[3], abbé de l'abbaye Saint-Michel du Tréport[1] vers 1547. Le cardinal de La Chambre dit aussi le « cardinal de Boulogne » [4] participe aux conclaves de 1534 (élection de Paul III) et de 1549-1550 (élection de Jules III).

Il meurt à Rome le et il est inhumé dans l'église et couvent de la Trinité-des-Monts[5].

HéraldiqueModifier

Ses armes personnelles portent : d'azur à trois fleurs de lys, au bâton brochant de gueules[réf. nécessaire].

Les armoiries de sa famille sont : parti au premier, d'azur, semé de fleur de lis d'or, à la bande de gueules brochant sur le tout (pour La Chambre), au second, gironné d'or et d'azur de huit pièces (pour Seyssel).

Notes et référencesModifier

  1. a et b (la) Pierre-Paul Laffleur de Kermaingant, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Michel du Tréport : Ordre de Saint Benoit, Paris, Impr. de Firmin-Didot, (lire en ligne).
  2. R.P. Charles-Louis Richard et Giraud Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris 1827 tome XXVIII, p. 149
  3. R.P. Charles-Louis Richard et Giraud Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris 1827 tome XXIX, p. 85
  4. en référence à son grand-père maternel Bertrand VI de La Tour d'Auvergne, comte de Boulogne
  5. (en) The Cardinals of the Holy Roman Church:Philippe de la Chambre

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier