Philippe de France (1116-1131)

fils aîné du roi Louis VI de France, roi associé (1129-1131)

Philippe de France
Illustration.
La mort accidentelle de Philippe de France représentée dans une enluminure ornant un manuscrit des Grandes Chroniques de France, vers 1332-1350, British Library.
Titre
Roi des Francs associé

(2 ans, 5 mois et 29 jours)
Avec Louis VI le Gros
Couronnement
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance
Date de décès (à 15 ans)
Lieu de décès Paris
Père Louis VI le Gros
Mère Adèle de Savoie

Philippe de France, né le et mort à Paris le , est le fils aîné de Louis VI le Gros et d'Adèle de Savoie. Il est sacré et associé à son père en 1129 mais meurt accidentellement deux ans et demi plus tard.

BiographieModifier

 
Enluminure représentant la mort accidentelle de Philippe de France.

Dans l’idée d'assurer la continuité dynastique capétienne, Philippe est désigné comme le successeur de son père à Senlis à l'occasion de la fête de Pâques 1120, alors qu’il n'a que quatre ans[1]. À l'âge de treize ans, il est ensuite associé à son père sur le trône de France et sacré à Reims le dimanche par l’archevêque Renaud de Martigné[2].

Le , alors qu'il se déplace à cheval dans Paris, rue du Martroi-Saint-Jean selon l'historien Henri Martin[3], à l'occasion d'un rassemblement de l'ost royal réuni pour combattre les seigneurs de Vexin, un porc affolé se jette au pied de sa monture qui se cabre, le fait tomber et l'écrase lourdement[4]. Transporté dans une maison voisine, le jeune homme de quinze ans meurt peu après de ses blessures[4]. Il semble que cet accident soit à l’origine de l’interdiction de la divagation des porcs dans les rues de Paris[5].

Philippe est inhumé le à Saint-Denis et rapidement remplacé par son frère, Louis VII, qui, âgé de onze ans, est sacré sur les conseils de Suger dès le .

Le médiéviste Michel Pastoureau a consacré un ouvrage complet sur la mort peu familière de ce roi, où il suggère qu'elle a eu des conséquences importantes sur l'Histoire de France. Selon son interprétation, cette mort aurait poussé sur le trône un roi médiocre, peu préparé au gouvernement, là où Philippe semblait à l'inverse avoir des dispositions. Enfin, cette mort déshonorante pour la dynastie, à cause d'un animal domestique considéré comme sale et impur, aurait poussé son père et les dynastes suivants, à choisir comme emblème dynastique la sainte Vierge et ses attributs : la fleur de lys et le bleu, ce dernier devenant la couleur de la France par excellence, survivant même à la Révolution[3]. Sans toutefois convaincre, cette proposition séduit des universitaires comme Dominique Goy-Blanquet, spécialiste du Moyen-Age européen, pour qui « à défaut d’être convaincant, l’argument sert de prétexte à des pages comme toujours riches et variées »[6] ou Ariel Suhamy, maître de conférences, qui écrit « l’hypothèse du cochon est mieux que vraie, elle est vraisemblable »[7].

AscendanceModifier

AnnexesModifier

Sources primairesModifier

BibliographieModifier

IllustrationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bournazel 2007, p. 156.
  2. Bournazel 2007, p. 434.
  3. a et b Pastoureau 2015.
  4. a et b Bournazel 2007, p. 229-230.
  5. Roland Jussiau et Louis Montméas, L'élevage en France : 10 000 ans d'histoire, Educagri, , p. 191
  6. Dominique Goy-Blanquet, « Histoire du cochon régicide » (consulté le 2 février 2019)
  7. Ariel Suhamy, « Le Bleu et le Rose », (consulté le 2 février 2019)