Philippe Ier de Parme

aristocrate espagnol

Philippe Ier
Illustration.
Philippe Ier, infant d'Espagne, duc de Parme.
Titre
Duc de Parme et de Plaisance et de Guastalla

(16 ans et 9 mois)
Prédécesseur Marie-Thérèse d'Autriche (Parme et de Plaisance)
Joseph-Marie (Guastalla)
Successeur Ferdinand Ier
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon-Anjou
Maison de Bourbon-Parme
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Date de décès (à 45 ans)
Lieu de décès Alexandrie (Sardaigne)
Père Philippe V d'Espagne
Mère Élisabeth Farnèse
Conjoint Élisabeth de France
Enfants Marie-Isabelle de Bourbon-Parme
Ferdinand Ier de Parme
Marie-Louise de Bourbon-Parme

Signature de Philippe Ier

Philippe Ier de Parme
Souverains de Parme, de Plaisance et de Guastalla

Philippe Ier de Parme (Madrid, - Alexandrie, ), infant d'Espagne, fils du roi Philippe V, membre de la Maison de Bourbon d'Espagne, il devient duc de Parme, de Plaisance et de Guastalla en 1748 avec le soutien de son beau-père le roi Louis XV de France et de son frère le roi Ferdinand VI d'Espagne.

En 1740, la guerre de Succession d'Autriche qui vient de débuter voit les troupes autrichiennes et piémontaises s'opposer aux troupes espagnoles, dans lesquelles est engagé l'infant Philippe. Plaisance passe aux mains de Charles-Emmanuel III de Sardaigne, le reste du duché est incorporé dans le milanais autrichien[1]. Le , les troupes espagnoles, après avoir occupé Plaisance, occupent Parme, et c'est le lieutenant général, le marquis de Castellar qui recueille l'acte d'obéissance des Parmesans à Élisabeth Farnèse, le . En décembre, les troupes espagnoles, emmenées par Fernando de la Torre, marquis di Camposanto, entrent à Milan et Philippe prend le titre de roi de Lombardie[2]. Les Autrichiens envoient 70 000 hommes de troupe en Italie, commandés par le général Braun; le général Gian Luca Pallavicini assiège Parme[3]. Les Espagnols réussissent à tromper la vigilance des Autrichiens et s'éloignent de la ville, abandonnant la population à son sort : le saccage de la ville, les confiscations etc. Parme retourne à l'Autriche, Plaisance à la maison de Savoie[4].

Le traité d'Aix-la-Chapelle, qui met fin à la guerre de Succession d'Autriche, attribue Parme, Plaisance et le duché de Guastalla à l'infant Philippe qui rentre dans Parme en . Avec son premier ministre, Guillaume du Tillot, il renforce son pouvoir ainsi que l'économie du duché.

Il est le fondateur de la Maison de Bourbon-Parme.

FamilleModifier

 
Portrait de l'infant de Philippe, dernier fils du roi Philippe V et de sa seconde épouse, Élisabeth Farnèse.

Le duc Philippe de Parme est le second fils de Philippe V d'Espagne et de sa seconde épouse, Élisabeth Farnèse. Le , il épouse par procuration Élisabeth de France (1727-1759), fille du roi Louis XV et de Marie Leszczyńska, alors âgée de douze ans.

Philippe de Bourbon, duc de Parme, Plaisance et Guastalla, de la branche Bourbon d'Anjou, est le second duc de Parme issu de la maison de Bourbon, après son frère Charles qui règne sur Parme de 1731 à 1735. Il est à l'origine de la branche des Bourbon-Parme.

Prise de la possession des duchésModifier

Après le mariage, en 1715, de la nièce du dernier duc de Parme, Élisabeth Farnèse, avec le roi Philippe V d'Espagne, le traité de Londres de 1718 stipule que le duché doit être transmis aux enfants de la maison des Bourbons d'Espagne issus du mariage d'Élisabeth[5]. Sa mère Dorothée-Sophie est donc nommée régente jusqu'à l'arrivée de Charles de Bourbon. Celui-ci est intronisé duc de Parme sous le nom de Charles Ier avant de conquérir le trône de Naples, en 1734, à l'issue de batailles avec les troupes autrichiennes. La fin de la guerre de Succession de Pologne, scellée par le traité de Vienne de 1738, rend le duché de Parme et de Plaisance aux Habsbourg d'Autriche qui l'administrent jusqu'en 1745, sous l'autorité de Charles VI, puis de Marie-Thérèse[6]. Charles, pour sa part, a rejoint son nouveau royaume de Naples, non sans avoir pillé Parme d'une grande partie de ses œuvres artistiques et de ses archives[7],[1].

En 1740, la guerre de Succession d'Autriche voit les troupes autrichiennes et piémontaises opposées aux troupes espagnoles dans lesquelles est engagé l'infant Philippe d'Espagne. Plaisance passe aux mains de Charles-Emmanuel III de Sardaigne, le reste du duché est incorporé dans le Milanais autrichien[6]. Le , les troupes espagnoles, après avoir occupé Plaisance, occupent Parme, et c'est le lieutenant-général, le marquis de Castellar, qui recueille l'acte d'obéissance des Parmesans à Élisabeth Farnèse, le . Les Autrichiens envoient alors 70 000 hommes de troupe en Italie, commandés par le général Braun. Le général Gian Luca Pallavicini assiège Parme[3]. Les Espagnols réussissent à tromper la vigilance des Autrichiens et s'éloignent de la ville, abandonnant la population à son sort : Parme est mise à sac et retourne à l'Autriche, tandis que Plaisance passe à la maison de Savoie[4].

RègneModifier

 
Philippe Ier de Bourbon-Parme.

Le , avec le traité d'Aix-la-Chapelle qui met fin à la guerre de Succession d'Autriche, les duchés des Farnèse et le duché de Guastalla, où s'est éteinte la dynastie des Gonzague, sont inféodés à l'Empire sous la tutelle de la France et de l'Espagne. L'infant Philippe, marié depuis le à Élisabeth de France, fille du roi Louis XV et de Marie Leszczyńska, alors âgée de douze ans[8], devient duc de Parme, de Plaisance et de Guastalla. Il entre à Parme le [4],[7].

Le duc Philippe développe une politique éclairée, expansive et janséniste, soutenu en cela à partir de 1759 par son Premier ministre, le Français Guillaume du Tillot. Il introduit des réformes qui assainissent les finances, renforce le pouvoir de l'État et crée des écoles publiques. En 1768, Du Tillot décrète l'expulsion des Jésuites, la confiscation des propriétés de l'Église catholique romaine et supprime les tribunaux ecclésiastiques[9].

Des personnages illustres viennent à Parme : le philosophe Condillac, précepteur du prince héritier Ferdinand ; le mathématicien Auguste de Keralio, son gouverneur de 1757 à 1769[10]. Volontaire ou non, les idées progressistes cheminent ; Condillac forme le jeune prince à certains préceptes du sensualisme alors très discuté en Europe[11] tandis que Keralio est l'intermédiaire des échanges entre d'une part les savants encyclopédistes français, D’Alembert, Condorcet et Bossut, et d’autre part les philosophes milanais, Cesare Beccaria, Pietro Verri et Paolo Frisi[12]. Le duché attire des artistes, le sculpteur Boudard et l'architecte Ennemond Alexandre Petitot qui enrichit Parme de ses œuvres urbaines dont le Stradone et le casino qui porte son nom[13]. En 1771, Goya reçoit le second prix de peinture de l'Académie de Parme[14].

Bien que le duché se trouve sous la tutelle de la France, il noue des relations diplomatiques avec l'Empire qui conduisent en 1760 au mariage de Marie-Isabelle, fille du duc Philippe, avec l'archiduc Joseph, le futur empereur Joseph II[15]. Cependant, Marie-Isabelle meurt trois ans plus tard, en 1763[16].

En 1765, le duc Philippe meurt, son fils Ferdinand Ier lui succède.

DescendanceModifier

 
Portrait de la famille du duc de Parme (1757).

Le duc Philippe de Parme et Louise-Élisabeth de France ont eu trois enfants :

Il était peut-être le père de Louis Marie de Narbonne-Lara (1755-1813), également fils naturel supposé de Louis XV.

AscendantsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Lopresti 1999, p. 85, 88
  2. « Storia di Milano » (consulté le 10 mai 2012)
  3. a et b Marchi 1988, p. 119
  4. a b et c Lopresti 1999, p. 89
  5. Stella 1988, p. 306
  6. a et b Lopresti 1999, p. 88
  7. a et b Stella 1988, p. 312
  8. Marchi 1988, p. 129
  9. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées s3122
  10. « Condillac (Etienne Bonnot abbé de) » (consulté le 15 avril 2012)
  11. Ulrich 1986, p. 72-73
  12. « Auguste de Keralio : un auxiliaire invisible de la République des sciences » (consulté le 15 avril 2012)
  13. Stella 1988, p. 316
  14. « Biographie détaillée de Francisco Goya », sur Les Grands Peintres (consulté le 11 février 2013)
  15. Marchi 1988, p. 132-138
  16. Marchi 1988, p. 142

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Lucia Lopresti, Granducato di Parma e Piacenza, Demetra, Altante della Storia, , 143 p. (ISBN 9788844010331).  
    Grand-duché de Parme et Plaisance.
  • (it) Adele Vittoria Marchi, Parma e Vienna, Parma, Artegrafica Silva,
    Parme et Vienne.
  • (it) Gianfranco Stella, Parma, Quaderni Parmensi,
  • Tableau généalogique de la maison de Bourbon Edit de La Tournelle, de Bernard Mathieu et André Devèche (1984)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier