Ouvrir le menu principal

Philippe Galli

haut fonctionnaire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galli.
Philippe Galli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur de l'administration pénitentiaire
-
Préfet
Seine-Saint-Denis
-
Préfet de l'Ain
-
Préfet de Loir-et-Cher
-
Pierre Pouëssel (d)
Préfet de la Corrèze
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Philippe Galli, né le à Strasbourg (Bas-Rhin), est un enseignant et un haut fonctionnaire français. Il est nommé directeur de l'administration pénitentiaire le 18 septembre 2016, fonction dont il démissionne le 31 mars 2017.

Il est préfet de la Corrèze, de Loir-et-Cher, de l'Ain[1], puis de la Seine-Saint-Denis. Sa façon de s'en prendre à la chaîne de télévision France 3, l'accusant d'avoir envenimé des événements survenus à Saint-Aignan en 2010, a été commentée par une grande partie de la presse française.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Né le 8 juillet 1956 à Strasbourg (Bas-Rhin), Philippe Galli est issu d'une famille originaire d'Italie[1] qui s'installe en Alsace vers 1880[1]. À propos de ses attaches alsaciennes, Philippe Galli affirme d'ailleurs avoir appris l'alsacien avant le français[1].

CarrièreModifier

Philippe Galli devient instituteur en 1976, avant de devenir attaché d’administration scolaire et universitaire puis inspecteur de la Jeunesse et des Sports en 1985[2].

Sorti de l'École nationale d'administration en 1988[3] (promotion « Montaigne »), il occupe par la suite diverses fonctions administratives, au sein du Ministère de l'Intérieur[2] :

  • directeur de cabinet du préfet de la région Bourgogne et secrétaire général pour l'administration de la police pour les régions Bourgogne et Franche-Comté en 1990 ;
  • Sous-préfet de Ribeauvillé (Haut-Rhin) en 1991 ;
  • Adjoint au responsable chargé de l'animation commerciale en région à la direction des activités bancaires et financières de la Caisse des dépôts et consignations en 1994 ;
  • Directeur général adjoint des services régionaux d'Alsace en 1996 ;
  • Directeur général des services départementaux du Haut-Rhin en 1998 ;
  • Sous-directeur des finances locales et de l'action économique à la direction générale des collectivités locales au ministère de l'intérieur, en 2002.

Philippe Galli est nommé préfet de la Corrèze (du 7 décembre 2005 au 24 juin 2008) puis du Loir-et-Cher (du 16 juillet 2008 au 29 septembre 2010), de l'Ain (29 septembre 2010 au 5 juin 2013)[3] et de la Seine-Saint-Denis (juin 2013 à septembre 2016)[2]. Il est également maître de conférence à l'Institut d'études politiques (IEP) de Strasbourg et à l'ENA[2].

Le 6, Philippe Galli est nommé directeur de l'administration pénitentiaire[4]. Sur fond de crise au sein des prisons et dans la réorganisation de l'administration pénitentiaire, Philippe Galli présente le sa démission au Garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas, qui l'accepte[5].

Il est également membre du club Le Siècle, réunissant des personnalités politiques, des journalistes et des membres de la haute-administration[6].

Polémique autour des émeutes de Saint-AignanModifier

Article connexe : Saint-Aignan.

Le , Philippe Galli, alors préfet de Loir-et-Cher, prononce un discours, au cours du congrès des maires du département[7], mettant en cause France 3 et la nature de son traitement informatif lors des émeutes de gens du voyage en juillet 2010 à Saint-Aignan[8],[9]. Le préfet accuse les journalistes de France 3 de collusion avec les auteurs des incidents du 18 juillet[8] :

« L’examen des faits montre que la manifestation spontanée de colère s’avère être une opération de communication montée par deux familles de la communauté des gens du voyage avec la complicité de notre chaîne de télévision régionale, dont le seul but aura été de donner en spectacle des exactions pour les uns et de réaliser une opération commerciale en vendant les images aux chaînes nationales pour l’autre »

— Philippe Galli, le 2 octobre 2010[10]

Ce discours provoque une vive réaction de la part des syndicats du personnel de France 3[10] et la désapprobation de France Télévisions[11].

PublicationModifier

En mars 2012, il participe avec le collectif Cette France-là, à la rédaction de l'ouvrage Sans-papiers et préfets au sujet de la thématique de la politique d’immigration et d'une éventuelle culture du résultat inhérente à celle-ci[12].

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Elisabeth Wilson, « Entretien : Philippe Galli, préfet de l’Ain », sur unspecial.org, UN Special, .
  2. a b c et d « Philippe Galli nommé préfet de la Seine-Saint-Denis », LeMonde, .
  3. a et b « Philippe Galli, nouveau préfet de l'Ain », sur voixdelain.fr, Voix de l'Ain, .
  4. Décret du 8/09/2016
  5. Jean-Baptiste Jacquin, « Le directeur de l’administration pénitentiaire claque la porte », lemonde.fr, (consulté le 3 avril 2017)
  6. Rédaction Le Post, « De l'Oligarchie Sarkozyste au Diner du Club Le Siècle.....: la manipulation du peuple par la caste médiatico-politique », Le Post (devenu le Huffington Post),‎ (lire en ligne).
  7. « 51e Congrès des Maires du Loir et cher - Chailles - samedi 2 octobre 2010 », sur chaon.fr.
  8. a et b « Polémique entre le préfet et France 3 », sur leparisien.fr, Le Parisien, .
  9. « Incidents de Saint-Aignan : le préfet y voit un coup monté », Le Nouvel Observateur,‎ .
  10. a et b « Quand le préfet du Loir-et-Cher s’assoit sur la liberté de la presse », sur acrimed.org, Acrimed, .
  11. « Émeutes de Saint-Aignan : France 3 réplique au préfet », sur leparisien.fr, Le Parisien, .
  12. Ouvrage collectif (Cette France-là), Sans-papiers et préfets, Paris, La Découverte, , 160 p. (ISBN 978-2-7071-7330-0, présentation en ligne).
  13. Décret du 15 novembre 1999 portant promotion et nomination
  14. Décret du 15 mai 2015 portant promotion et nomination
  15. Décret du 6 avril 2007 portant promotion et nomination

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

SourcesModifier

  • Rédaction Le Post, « France 3 complice des gens du voyage de Saint-Aignan ? «C'est invraisemblable !» », Le Post (devenu le Huffington Post),‎ (lire en ligne).
  • Gilles Klein, « France 3, « complice » des gens du voyage ? (Préfet Loir et Cher) », Arrêt sur images,‎ (lire en ligne).
  • Sylvie Kerviel, « France Télévisions réplique au préfet qui avait accusé les journalistes de France 3 d’être « complices des gens du voyage » », Le Monde,‎ .
  • Rédaction Le Post, « De l'Oligarchie Sarkozyste au Diner du Club Le Siècle.....: la manipulation du peuple par la caste médiatico-politique », Le Post (devenu le Huffington Post),‎ (lire en ligne).