Ouvrir le menu principal
Philippe Di Meo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Philippe Di Meo, né en 1953 à Filignano, est un traducteur, poète et essayiste italien. Il est connu pour ses traductions d'auteurs italiens et frioulans[1]

BiographieModifier

Il enseigne au Centre européen de traduction littéraire installé dans l'Institut supérieur de traducteurs et interprètes de Bruxelles[2]. Il est auteur d'essais et de traductions[3],[4].

Il reçoit en 1995 le prix du Val di Comino dans la catégorie « Traduction »[5]. On lui doit des traductions de Pier Paolo Pasolini, Carlo Emilio Gadda, notamment, et il est le premier à introduire en France l'œuvre d'Andrea Zanzotto en 1986. Ses traductions d'Andrea Zanzotto font l'objet de critiques, sans qu'il soit nommé, dans la revue Po&sie en 2006[6],[7].

PublicationsModifier

  • Hypnagogiques, poésie, Éditions Rencontres, 1998.
  • La Difficulté de l'autocommentaire in Écritures no 3/4 : « Échos d’Italie », Université de Liège, 1992.
  • Carlo Emilio Gadda ou l’espalier généalogique, Java, 1994.
  • avec Jean-Baptiste Para, « De l'autre côté des Alpes, une autre poésie », Europes, Paris, vol. LXI, no 649,‎ , p. 3-4
  • « Entre la mer et la mort », dans Danielle Bajomée (dir.), Benoît Denis (dir.), Didier Coste et al., Pierre Mertens : La littérature malgré tout, Bruxelles, éditions Complexe, coll. « Le temps et les hommes », (ISBN 2-87027-662-1), p. 69-78

Traductions récentesModifier

  • Météo, Andrea Zanzotto, Maurice Nadeau, 2003
  • Leurs yeux se rencontrèrent, anthologie, Gallimard, 2003
  • La Nouvelle Jeunesse (poèmes frioulans), Pier Paolo Pasolini, Gallimard, 2003
  • Idiomes, Andrea Zanzotto, José Corti, 2006
  • Essais critiques, Andrea Zanzotto, José Corti, 2010
  • Phosphènes, Andrea Zanzotto, José Corti, 2010
  • Les Bêtes, Federigo Tozzi, José Corti, 2012
  • Mars et ses Ides, Bartolo Cattafi, Héro-Limite, 2014
  • Les commencements, Giuseppe Bonaviri, La Barque, 2018

CollectifModifier

  • Nu(e) n°58 (2016) entièrement consacré à Andrea Zanzotto, coordonné par Philippe Di Meo, avec des inédits du poète vénitien et des articles critiques de Philippe Blanchon, Stefano Agosti, Alberto Russo, Jean Nimis, René Noël, Andrea Inglese, Pietro Benzoni, Pierre Parlant, Claudio Magris et Philippe Di Meo. Les illustrations sont signées, notamment, de Pier Paolo Pasolini.

EntretiensModifier

  • « Le théâtre séparé » (entretien avec Valère Novarina), Furor, Lausanne, no 5,‎ , p. 88
  • « Travailler pour l'incertain ; aller sur la mer ; passer sur une planche » (entretien avec Valère Novarina), L'Infini, no 19,‎ , p. 97

RéférencesModifier

  1. « Brèves », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  2. Centre européen de traduction littéraire, Liste des enseignants
  3. Participations dans la NRF
  4. Article dans L'Infini
  5. Premio Letterario « Val di Comino »
  6. Andrea Cortellessa, Niva Lorenzini, Jean Nimis et Giovani Raboni, « Andrea Zanzotto a quatre-vingt-cinq ans », Po&sie, Belin, nos 117-118,‎ , p. 176-178 (ISBN 9782701144795, lire en ligne)
  7. Patrick Kéchichian, « La poésie semble divaguer et obscurcir... », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (it) Giulia Elda Grata, « Andrea Zanzotto e la Francia: le traduzioni di Philippe Di Meo », Testo a frente, Marcos y Marcos, vol. 17, no 33,‎ , p. 101-132
  • (it) Giulia Elda Grata, « Dall’Ipersonetto di Andrea Zanzotto. Due traduttori a confronto: Philippe Di Meo e Gérard Genot », L'analisi linguistica e letteraria, Milan, Vita e pensiero,‎ , p. 389-408

Liens externesModifier