Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collas.
Philippe Collas
Fullsizeoutput 1e5.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
ThionvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Philippe Collas est un écrivain français. Il a écrit une dizaine de livres traduits dans une dizaine de langues.

BiographieModifier

Élève du lycée Carnot puis du lycée Victor-Duruy, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences-Po.) et de la Faculté de droit (Panthéon-Sorbonne), il se lance dans l'écriture après avoir travaillé auprès d'Édouard Bonnefous, Président de la Commission des Finances du Sénat, comme assistant parlementaire et de Pierre Cardin, comme attaché de Presse de Maxim's puis comme chargé de communication de l'Espace Cardin[1].

Il travaille quelque temps à L'Élysée auprès de Bernard Rideau et d'Anne Meaux puis part aux États-Unis comme chargé de Mission par la mission interministérielle chargée de l'installation du la télévision câblée en France. C'est lui qui fait le rapport sur la situation Outre-Atlantique.

Ce sont Michel Archimbaud et Jean-Paul Bertrand qui lui ouvrent le monde de l'édition où il alterne romans et biographies, mais aussi livres d'humour (ces derniers sous le pseudonyme Oscar, aux éditions du Rocher).

Philippe Collas est également scénariste et auteur de théâtre. Il a travaillé avec Mag Bodard, la productrice de Jacques Demy et de Nina Companeez dont les œuvres l'avaient marqué dans son enfance.

Il se lance avec Eric Villedary dans la création du Festival delle Stelle, premier festival transfrontalier franco-italien sous le patronage de la Commission italienne de l'Unesco, ayant pour but de faire découvrir le patrimoine matériel et immatériel de ces deux pays ainsi que l'héritage de la civilisation méditerranéenne. Le projet est aujourd'hui arrêté mais pas abandonné[interprétation personnelle].[réf. nécessaire] C'est avec Eric Villedary qu'il a écrit La Côte d'Azur au temps d'Edith Wharton qui connaît un grand succès aux États-Unis.

En Italie, il a collaboré au magazine EX.ES. Photographers in excelsus, le magazine le plus cher du monde, créé par le photographe italien Marino Parisotto et offert à toutes les plus grandes célébrités de la planète[2].

Il est lauréat de la Villa Medicis Hors les murs (1989) pour son travail sur Louis II de Bavière et du prix Anne Philipe (1991), organisé par le Ministère de la Culture et les ayants droit de Gérard Philipe, destiné à promouvoir de jeunes auteurs[3].

Arrière-petit-fils de Pierre Bouchardon qui instruisit tous les grands procès des deux Grandes Guerres mondiales, il a écrit une biographie de Mata Hari[4],[5] et un téléfilm pour France Télévisions, Mata Hari, la vraie histoire, avec Maruschka Detmers et Bernard Giraudeau. Il a eu a eu la chance d'avoir à sa disposition les notes inédites de son arrière grand-père et d'être le premier à avoir accès dès 2002 à la totalité du dossier secret, ce qui fait de son travail une référence internationale.[6],[7],[8],[9]

Avec sa série La Fontaine Détective, publiée chez Plon, il fut un des premiers à avoir l'idée d'utiliser un personnage célèbre dans un autre domaine pour en faire un détective. Ce principe fut ensuite beaucoup copié.

Philippe Collas est le seul biographe de Maurice Dekobra, l'auteur de La Madone des sleepings et de Macao, l'enfer du jeu. Son travail a servi de référence a plusieurs thèses dans des universités anglaises, américaines et chinoises sur Dekobra lui-même, mais aussi sur les écrivains voyageurs ou le cosmopolitisme de l'Entre-Deux-Guerres[10].

En 2018, il publie (toujours avec Eric Villedary) L'Île du Lundi, un roman qui a demandé plus de deux années de recherches. Le livre (basé sur les archives de la police fasciste et de nombreux témoignages) retrace l'histoire incroyable des déportés homosexuels à l'époque de Mussolini sur l'île de San Domino, une des îles de l'archipel des Tremiti, au large des Pouilles. Un sujet longtemps tabou en Italie et méconnu dans le reste du monde. Sans le savoir le Duce créait la première communauté Gay mondiale. Après sa sélection par Shoot the book, dans le cadre du 71e Festival du Cannes, le film est actuellement en développement en France et en Italie.[11],[12]

ŒuvresModifier

ThéâtreModifier

ScénarioModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'Evenement du Jeudi, 20/26 juin 1991. Le Lauréat. Brigitte Salino
  2. EX.ES. Satan refuse du monde, Le Paradoxe de la séduction. Décembre 2002
  3. Paris Match, janvier 1991
  4. Éric Bietry-Rivierre, « Toute la Vérité sur Mata Hari », Le Figaro/Évènement,‎
  5. (en) Simon Kuper, « Mata Hari, Spy or victim of a moralistic time? », Financial Times,‎
  6. Le Fou du Roi. Stéphane Bern. 16/09/2003
  7. Mata, sa vie. Vianney Delourme et Géralfine Faes. Lire. Octobre 2003
  8. Mata Hari. Tendances. Tony Coenjaerts. 18 septembre 2003
  9. Pat Shipman, « Mata Hari », Histoire et Civilisations,‎
  10. Pieter Verstraeten & Karen Van Hove, « IMAGINING ADVENTURE IN MIDDLEBROW FICTION: Cosmopolitan Novels by Maurice Dekobra and Johan Fabricius », RELIEF 9 (1),‎ , P 102-118 (ISSN 1873-5045, lire en ligne)
  11. Frenchpulpeditions.fr. L'île du lundi
  12. Shoot The Book. Cannes 2018
  13. Cf Paris_Match Documents février 2001 et Des Racines et des Ailes. France Télévisions février 2007
  14. Cf Figaro Littéraire janvier 2002
  15. The Times, London, November/10/ 2003. Adam Sage
  16. L'Ombre d'un doute. FR3 4/07/2012/ Franck Ferrand
  17. NHK World Mata Hari The truth lies beyond their beauty, mai 2018
  18. Cf Arte 7 octobre 2017, Mata Hari La Sulfureuse
  19. Vincy Thomas, « Les 10 ouvrages sélectionnés pour le 5e Shoot the Book! », Livre Hebdo,‎ (lire en ligne)
  20. « Arthur Cahn reçoit le prix du roman Gay 2018 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  21. « DÉCOUVREZ LE PALMARES DU "PRIX DU ROMAN GAY 2018" - Garcon Magazine », sur garcon-magazine.com (consulté le 17 octobre 2018)
  22. http://www.eventim.ro/ro/bilete/mata-hari-bucuresti-teatrul-mic-384313/event.html

Liens externesModifier