Philippe Bodson

homme politique belge

Philippe André Eugène, baron Bodson, né le à Liège et mort le à Bruxelles par infection au Covid-19[1], est un homme d'affaires et politicien belge, membre du MR.

Philippe Bodson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Sénateur
-
Président-directeur général (en)
AGC Glass Europe
-
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Philippe André Eugène Bodson
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Distinction

BiographieModifier

FormationModifier

Philippe Bodson est ingénieur civil métallurgiste de l'université de Liège et a obtenu un MBA à l'INSEAD. Il est administrateur de sociétés.

CarrièreModifier

De 1969 à 1972, Philippe Bodson travaille au Canada, en Amérique du Sud et en Algérie en tant que consultant auprès du groupe McKinsey & Co au sein du bureau de Paris[2].

De 1972 à 1977, il est fondé de pouvoir pour la Banque Paus Frankfurt Saint-Louis (États-Unis). En 1977, il intègre la société Glaverbel en tant que membre du comité de Direction et, en 1980, il devient l’administrateur délégué et directeur général de Glaverbel, fonction qu’il exerce jusqu’en 1989[2].

Durant les années 1980, il est administrateur de Belref et de la société Louis De Waele, et président de la Fédération de l’industrie du verre (1981-1984) et du Groupement européen des producteurs de verre plat (1986-1988). Il devient président de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) de 1987 à 1990[2]

De 1989 à 1999 il est administrateur délégué du groupe Tractebel. Dans cette période-là il met le groupe sur la voie de l'expansion internationale en acquérant des sociétés actives dans la production de l'électricité à l'étranger. Son politique d'expansion à l'étranger le met en conflit avec Gérard Mestrallet, PDG de Suez, actionnaire principal de la Société Générale de Belgique.

En 1995, il est choisi à la présidence de la Fondation pour l’Architecture et comme administrateur de la Fondation pour l’Entreprise (1995)[2].

Il est membre du Groupe Coudenberg. En 1999, il est élu sénateur. Rapidement désintéressé de la vie politique et pris par ses mandats d'administrateur de sociétés, il ne se représente plus en 2007.

Il est très impliqué dans la tentative de sauvetage de Lernout & Hauspie[3].

MandatsModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Philippe Bodson, le patron mythique de Tractebel, est décédé du coronavirus », sur Le Soir, (consulté le 4 avril 2020)
  2. a b c et d « Philippe Bodson | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le 20 juillet 2017)
  3. « Lernout & Hauspie sauvé par ses créanciers », ZDNet France,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2017)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Ginette Kurgan et Erik Buyst, 100 grands patrons du XXe siècle en Belgique, Alain Renier éditeur, Bruxelles, 1999, p. 22-25.

Liens externesModifier