Philippe-Louis Ier de Hanau-Münzenberg

prince allemand

Philippe Louis Ier, comte de Hanau-Münzenberg () est un noble allemand qui succède à son père dans le gouvernement du comté de Hanau-Münzenberg en 1561.

Philippe-Louis Ier de Hanau-Münzenberg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 26 ans)
HanauVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Famille
Famille Hanau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Philippe III de Hanau-Münzenberg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fratrie
Dorothea von Gleichen (en)
Marie de Hanau-Münzenberg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Madeleine de Waldeck-Wildungen (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Famille

modifier

Philippe Louis Ier est le fils du comte Philippe III de Hanau-Münzenberg (en) et la comtesse palatine Hélène de Palatinat-Simmern. Ses parrain et marraine sont :

Son passe-temps est de recueillir des pièces de monnaie et des médailles.

Jeunesse

modifier

La petite enfance

modifier

Rien n'est connu au sujet de ses premières années. En 1560, quand il a sept ans, son père le nomme huissier de justice du district de Steinau.

Un an plus tard, son père meurt et il hérite du comté de Hanau-Münzenberg. Un comité d'administration est nommé pour gouverner en son nom.

Régence

modifier

La régence est établie par la Chambre impériale, à la demande de sa mère. Trois régents sont nommés, comme demandé: le comte Jean VI de Nassau-Dillenbourg, un arrière-grand-oncle, le comte Philippe IV de Hanau-Lichtenberg, comte de Hanau dans l'autre branche, et l'électeur Palatin Frédéric III, parfois mentionné comme chef du conseil de régence. Le comte Reinhard Ier de Solms, qui a déjà été tuteur du père de Philippe Louis, et qui lui est plus étroitement lié a apparemment été écarté lorsque la régence est établie. Il s'est pourtant attendu à être régent et a déjà accepté l'hommage des sujets. La raison est que Reinhard est catholique et Hanau-Münzenberg a adhéré à la réforme religieuse. D'autre part, le contraste entre le Calvinisme (tel qu'il est pratiqué dans le Palatinat du Rhin) et le Luthéranisme (de Hanau-Lichtenberg) n'est pas aussi marqué à cette époque qu'une génération plus tard, quand de nouveau le comte de Hanau-Lichtenberg est régent de Hanau-Münzenberg. Sous la régence de Philippe Louis Ier, les querelles sont limitées à des discussions sur l'éducation qu'il doit recevoir. En fin de compte, les tuteurs parviennent à un accord.

L'éducation

modifier

Le jeune comte Philippe Louis est décrit par ses professeurs comme très intelligent et désireux d'apprendre. À partir de 1563, ses tuteurs examinent la possibilité de l'envoyer à l'étranger. Comme cela ne mène à rien, il reste trois ans à la cour de son tuteur, à Dillenbourg, où il fait ses études avec Henri de Nassau-Dillenbourg (1550-1574). De 1567 à 1569, ils étudient ensemble à l'Université de Strasbourg et après 1569 à l'université de Tübingen[1]. Ici, le comte Philippe Louis est entré en contact avec la Théologie polémique au sein du mouvement Protestant.

Après un séjour dans la ville de Tübingen, l'enseignement se poursuit en France. Le comte Philippe Louis arrive à Paris en 1572. Ici, il entre en contact avec l'amiral Gaspard II de Coligny, chef des Huguenots. Il échappe de justesse au Massacre de la Saint-Barthélemy et retourne à Buchsweiler (maintenant appelé Bouxwiller), la capitale du comté de Hanau-Lichtenberg.

Il poursuit ses études à l'Université de Bâle, où il effectue des excursions en Suisse. En 1573, il voyage en Italie et visite de nombreux endroits dans le nord de l'Italie avant d'arriver à sa destination, à l'Université de Padoue. Il continue à étudier à Rome. Le voyage de retour l'emmène à Vienne en 1574. Ce programme de formation est assez extraordinaire pour un comte.

Famille

modifier

Le comte Philippe Louis Ier se marie à Madeleine de Waldeck (1558-1599). Les sources diffèrent sur la date exacte du mariage: [2], ou le [3] ou le [4]. Son tuteur, opposé au mariage, parce que Madeleine est de rang inférieur à celui des comtes de Hanau[5], et sa famille occupent les terres dans la Hesse et l'Archidiocèse de Cologne. Il aurait préféré une épouse d'une famille plus proche de Hanau. Cela a pu être un mariage d'amour, ou une volonté de lutter contre la domination politique de Nassau.

Philippe et Madeleine ont quatre enfants ensemble:

  1. Philippe-Louis II de Hanau-Münzenberg ().
  2. Julienne (), enterrée dans le chœur de l'Église sainte-Marie, à Hanau.
  3. Guillaume (), également enterré dans le chœur de l'Église sainte-Marie de Hanau.
  4. Albert de Hanau-Münzenberg-Schwarzenfels ().

Le gouvernement

modifier

Le l'empereur Ferdinand Ier passe par la résidence de Hanau sur son chemin, pour le couronnement de son fils Maximilien II, le à Francfort. Ferdinand est accueilli à la cour et Philippe Louis et Ferdinand vont à la chasse ensemble.

En 1563, un consistoire est fondée à Hanau, de sorte que la Réforme est institutionnalisée sur le plan administratif. Le consistoire est d'abord un département de la Chancellerie. Sous son fils, le comte Philippe Louis II, cependant, l'autorité de l'église est séparée légalement comme une institution indépendante en 1612.

En 1571, les Statuts de Solms sont publiés, en codifiant le droit tel qu'il existe dans le Comté de Solms. Ce travail est commandé par les comtes de Solms. Depuis la loi sur les territoires voisins est très similaire, le travail se propage rapidement. Les différences locales des statuts de Solms sont publiées dans des avis[6]. Dans le comté de Hanau-Münzenberg, la collection est utilisée à partir de 1581 (si pas plus tôt) jusqu'à l'introduction du Code civil , le .

Le comte Philippe Louis Ier gouverne le comté de manière autonome à partir de 1575. Son gouvernement est caractérisé par une manœuvre entre les différentes confessions et la puissance impériale dans la poursuite de la consolidation et du réseau des relations politiques dans l'Empire et dans la région de Wetterau. En 1578, l'Église Luthérienne de l'Ordre de Hanau-Lichtenberg est introduite à Hanau-Münzenberg. Le comte Philippe Louis est prudent, et ne suit pas, probablement à l'encontre de ses convictions personnelles, le modèle le plus radical des calvinistes. Son fils et successeur, le comte Philippe Louis II, amorce plus tard avec la soi-disant "deuxième Réforme", le virage vers le calvinisme.

Pendant le règne du comte Philippe Louis Ier, Hanau achète définitivement les villages de Dorheim, Schwalheim et Rödgen et les anciens monastères Konradsdorf et Hirzenhain et un tiers du district de Ortenberg au Comte de Stolberg. Ces zones ont déjà été promises à Hanau. Il achète également Ober-Eschbach, Nieder-Eschbach, Steinbach et Holzhausen.

La mort

modifier

Le comte Philippe Louis Ier est mort subitement. Il se plaignait de faiblesse et des nausées pendant les trois ou quatre jours avant sa mort, mais même Philippe Louis n'avait pas pris cela très au sérieux. Il s'évanouit de façon inattendue et meurt peu après[7].

Il est enterré dans le chœur de l'Église sainte-Marie, à Hanau, sur le côté droit, donc près du mur sud du chœur, dans le voisinage immédiat de son père. Le sermon des funérailles a été publié[8]. Une épitaphe a été monté au-dessus de sa tombe, qui était considéré comme un exemple majeur de Haut l'art de la Renaissance. L'épitaphe a été détruite pendant la seconde Guerre Mondiale, quelques fragments sont conservés dans le Musée Historique de Hanau. L'emplacement de l'épitaphe sur le mur sud est indiqué par quatre parenthèses vides.

Sa veuve, la comtesse Madeleine, née de Waldeck, se remarie en 1581, avec Jean VII de Nassau-Siegen.

Bibliographie

modifier
  • Adrian Willem Eliza Dek: De afstammelingen van Juliana van Stolberg tot aan het jaar van de vrede van Munster, Zaltbommel, 1968.
  • Reinhard Dietrich: Die Landesverfassung en dem Hanauischen, dans: Hanauer Geschichtsblätter numéro 34, Hanau 1996, (ISBN 3-9801933-6-5).
  • Rolf Glawischnig: Niederlande, Kalvinismus und Reichsgrafenstand 1559-1584. Nassau-Dillenburg unter Johann Graf VI, dans: Schriften des Landesamtes für geschichtliche Landeskunde numéro 36, Marburg, 1973.
  • Hatstein, manuscrite chronique dans les archives de la Hanauer Geschichtsverein.
  • Carl Heiler: Johann Adam Bernhard Bericht von der Jugendzeit des Grafen Philipp Ludwig I. von Hanau, dans: Hanauisches Magazin numéro 11, 1932, p. 25-31.
  • Heinrich Neumann: Eine gräfliche Reise vor mehr als 350 Jahren, dans: Hanauisches Magazin numéro 11, 1932, p. 92.
  • Reinhards von Isenburg, Grafen zu Büdingen, un den jungen Grafen Philipp Ludwig dans Anno 1563 den 6. Déc. selbst verfertigtes Consilium, sich vor und in der Regierung zu verhalten, en partie: Hanauisches Magazin question 8, 1785, p. 32-34.
  • Hermann Kersting: Die Sonderrechte im Kurfürstenthume le land de la Hesse. Sammlung des Fuldaer, Hanauer, Isenburger, Kurmainzer und Schaumburger Rechts, einschließlich der Normen für das Buchische Quartier und für die Cent Mittelsinn, sowie der im Fürstenthume Hanau recipirten Hülfsrechte, Fulda, 1857.
  • Gerhard Menk: Philipp Ludwig I. von Hanau-Münzenberg (1553-1580). Bildungsgeschichte und Politik eines Blocs in der zweiten Hälfte des 16. Jahrhunderts, dans: Hessisches Jahrbuch für Landesgeschichte vol. 32, 1982, p. 127-163.
  • Georg Schmidt: Der Wetterauer Grafenverein, dans: Veröffentlichungen der Historischen Kommission für land de la Hesse, vol. 52, Marburg, 1989, (ISBN 3-7708-0928-9).
  • Reinhard Suchier: Genealogie des Hanauer Grafenhauses, in: Festschrift des Hanauer Geschichtsvereins zu seiner fünfzigjährigen Jubelfeier suis 27. En , Hanau, 1894.
  • Johann Adolf Theodor Ludwig Varnhagen: Grundlage der Waldeckischen Landes - und Regentengeschichte, Arolsen 1853.
  • K. Wolf: Die vormundschaftliche Regierung des Grafen Johann des Älteren von Nassau-Dillenburg, dans: Hanauisches Magazin, numéro 15, p. 81 et numéro 16, p. 1.
  • Ernst J. Zimmermann: Hanau Stadt und Land, troisième édition, Hanau, 1919, reprint 1978.

Références

modifier
  1. Ils sont inscrits le 9 septembre 1569, voir: Heinrich Hermelink: Die Matrikeln der Universität Tübingen, vol. 1, Stuttgart, 1906, p. 497
  2. Varnhagen, vol. 2, p. 70
  3. Glawischnig
  4. Dek, p. 232
  5. voir Menk, p. 154 ff, et G. Schmidt, p. 548
  6. les écarts de Hanau: Kersting, p. 388
  7. Hatstein
  8. Melchior Weissenberger: Leichenpredigt, Frankfurt am main, 1580, listé dans: Titelblattkatalog der Leichenpredigten und sonstigen Trauerschriften dans der Universitätsbibliothek de Breslau, le point n ° 325365 dans la base de données de la Forschungsstelle für Personalschriften à l'Université de Marburg

Liens externes

modifier