Ouvrir le menu principal

Philibert Trudaine de Montigny

chimiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trudaine.
Philibert Trudaine de Montigny
Trudaine.jpg
Fonction
Intendant des finances
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
Activités
Chimiste, administrateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Enfant
Charles-Louis Trudaine de Montigny (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Jean Charles Philibert Trudaine de Montigny, né le à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et décédé le à Paris, était un administrateur et un savant français.

BiographieModifier

Il était le fils de Daniel-Charles Trudaine (1703-1769), directeur du Département des Ponts et Chaussées de 1743 à sa mort, en janvier 1769. Philibert Trudaine de Montigny, qui collaborait avec son père depuis 1757, lui succéda alors à la direction des Ponts et Chaussées. Intendant des finances et dirigeant du Bureau du commerce, il fut aussi un chimiste renommé, membre de l'Académie des sciences. Grâce à sa fortune, il joua un rôle de mécène anonyme, finançant notamment la création du Journal de Physique. Ayant comme son père encouragé les voyages de savants et de techniciens à travers la France et à l’étranger (dont en Italie le botaniste Latapie en 1775 et l'inspecteur des manufactures Roland de la Platière en 1776), il voyagea lui-même dans la péninsule en 1770-1771 mais toutes ses archives ont malheureusement disparu. Il fut l'ami de Turgot et démissionna de ses fonctions aux Ponts et Chaussées en 1777, peu avant sa mort.

Il s'est marié deux fois : en 1756 avec Françoise-Bernardine Gaigne de Perrigny, puis en 1762 avec Anne-Marie-Rosalie Bouvard de Fourqueux, fille de Michel Bouvard de Fourqueux, futur contrôleur général des Finances. Cette dernière lui donna deux fils, Charles-Louis (1765-1794) et Charles-Michel (1766-1794), proches d'André Chénier et de François de Pange, qui furent tous deux décapités avec André Chénier le 25 juillet 1794 (7 Thermidor an II).

Charles-Michel fut l'amant de Victoire de Montmorin-Saint-Hérem, comtesse de La Luzerne (1765-1794), - fille du ministre assassiné en 1792, dont le mari était parti en émigration. Elle mit au monde une fille naturelle en 1793 déclarée sous le nom de Françoise Oberton. Emprisonnée pendant la Terreur avec sa famille, et malgré le fidèle soutien de son amie et cousine, la comtesse de Sérilly, Victoire de La Luzerne sombra dans la folie et se laissa mourir.

PublicationsModifier

  • Avis aux peuples des provinces où la contagion sur le bétail a pénétré, et à ceux des provinces voisines, Paris : Impr. royale, 1775, in-8°, 16 p.

BibliographieModifier

  • Suzanne Delorme, « Une famille de grands Commis de l'État, amis des Sciences, au XVIIIe siècle : les Trudaine », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, 1950, vol. 3, n° 3-2, p. 101-109. [1]

Lien externeModifier