Ouvrir le menu principal

Philéas Jaricot

prêtre catholique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaricot.
Philéas Jaricot
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Décès
Lyon, France
Nationalité Drapeau de la France République française
Pays de résidence Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Profession
Religieux
Activité principale
Formation
Séminaire de Saint-Sulpice (Paris)
Famille

Philéas Jaricot, né en 1796 à Lyon (France) et y décédé le est un prêtre français des Missions étrangères de Paris. Se destinant à partir comme missionnaire en Chine il collabore avec sa sœur Pauline à la récolte de fonds pour les missions catholiques d'outremer.

BiographieModifier

Philéas Jaricot est le sixième enfant de sa famille[1]. Il a pour professeur l'ultramontain Guy de Place, collaborateur de Joseph de Maistre. Le 8 décembre 1817, il entre à la Congrégation des Messieurs de Lyon, dont son frère Paul est également membre[2]. Le préfet de la congrégation, Mathieu Garnier, l'affecte à la section de la charité, dont il devient le secrétaire. C'est à ce titre que l'abbé Rondot lui demande de venir en aide aux missionnaires de la rue du Bac[3].

Encouragé par son supérieur, le père Charles-François Langlois, il organise alors des collectes de fonds pour les missionnaires envoyés en Extrême-Orient, et notamment en Chine, par les Missions étrangères de Paris[4]. À partir de 1818, il encourage sa sœur Pauline dans son projet de fonder une œuvre d'aide aux missions catholiques (ce qui sera, à partir du 3 mai 1822, la Fondation de la Propagation de la Foi)[5]. Le 20 octobre 1820, il entre au séminaire Saint-Sulpice, à Paris, où il se destine à devenir missionnaire en Chine. Il entretient, avec sa sœur Pauline, une correspondance active, essentiellement consacrée à son rêve d'assurer un soutien financier aux missions.

Philéas Jaricot meurt le 26 février 1830, à l'âge de 34 ans. Il est alors aumônier à l'hospice général des malades de Lyon (Hôtel-Dieu) [6]. Il ne semble pas avoir réalisé son rêve missionnaire.

NotesModifier

Sources bibliographiquesModifier

  • Marius de Xaintes, Quelques pages de souvenirs sur la courte vie d'un vrai prêtre de Jésus-Christ, l'Abbé Philéas Jaricot, Paris et Lyon, Vitte, 1910, 347 pages.