Ouvrir le menu principal

Phères

établissement humain en Grèce
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phérès.
Phères
Φέρες-Χάρτα του Ρήγα-1797- Φύλλο 4.jpg
Géographie
Pays
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Cité antique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Site archéologique de Grèce (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Phères est une ville et un port de Thessalie, en Grèce.

Plusieurs récits de la mythologie se déroulent à Phères. Dans l’Iliade, trois générations de la famille royale de Phères sont mentionnées : Ortiloque, qui engendre Dioclès, lequel à son tour a deux fils, Créthon et Orsiloque, tués tous les deux au combat par Énée[1]. À un moment donné, Phères est gouvernée par le roi Admète, dont l'épouse, Alceste, fut sauvée de la mort par Héraclès : la tragédie d'Euripide Alceste prend ce récit pour sujet.

La source d'Hypérie à Phères, par Edward Dodwell (1767–1832), "Vues de Grèce", 1821, p. 91.

À l'époque classique, au IVe siècle, Phères est gouvernée par des tyrans : Lycophron de Phères, Jason de Phères (assassiné en 370) puis Alexandre de Phères (369-358). Des temples s'élèvent autour de la source et du lac dits d'Hypérie.

À l'époque byzantine, Phères est une ville d'eaux, entourée de monastères.

Au cours du Moyen Âge, Phères prend le nom de Velestino (Βελεστίνο) qu'elle garde à l'époque ottomane ; les ruines des temples de la source d'Hypérie servent à la construction d'une mosquée. Phères est le lieu de naissance du lettré, humaniste et révolutionnaire grec Rigas. Ce fut aussi le lieu d'une bataille de la Guerre gréco-turque de 1897 et d'affrontements entre les troupes allemandes d'occupation et la Résistance grecque durant la Seconde guerre mondiale.

Liste des tyrans de PhèresModifier

Notes et référencesModifier