Peyreleau

commune française du département de l'Aveyron

Peyreleau
Peyreleau
Le bourg de Peyreleau.
Blason de Peyreleau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Intercommunalité Communauté de communes de Millau Grands Causses
Maire
Mandat
Alain Rouget
2014-2020
Code postal 12720
Code commune 12180
Démographie
Gentilé Peyreleben(ne)
Population
municipale
74 hab. (2017 en diminution de 9,76 % par rapport à 2012)
Densité 4,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 21″ nord, 3° 12′ 33″ est
Altitude Min. 379 ou 392 m
Max. 882 m
Superficie 16,14 km2
Élections
Départementales Canton de Tarn et Causses
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Peyreleau
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Peyreleau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyreleau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyreleau

Peyreleau, en occitan Peiralèu, est une commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie.

GéographieModifier

GénéralitésModifier

 
Le bourg de Peyreleau dans son environnement naturel.

Dans le quart sud-est du département de l'Aveyron et en limite de celui de la Lozère, sur le causse Noir, la commune de Peyreleau s'étend sur 16,14 km2. Elle est bordée au nord par le Tarn et par son affluent la Jonte, dans la partie terminale de ses gorges, hautes par endroits de plus de 400 mètres.

L'altitude minimale, avec 379 ou 392 mètres[Note 1] se trouve localisée à l'extrême nord-ouest, là où le Tarn quitte la commune et entre sur celle de Mostuéjouls. L'altitude maximale avec 882 mètres est située à l'est, à la Croix de Montfraysse[1].

Traversé par la route départementale (RD) 29, le bourg de Peyreleau est situé, en distances orthodromiques, quatorze kilomètres au nord-est de Millau.

La commune est également desservie par les RD 110 et 187. Néanmoins, l'accès principal s'effectue par la RD 996 qui traverse la commune voisine du Rozier.

Communes limitrophesModifier

 
Carte de Peyreleau et des communes avoisinantes.

Peyreleau est limitrophe de huit autres communes dont Rivière-sur-Tarn au nord-ouest par un quadripoint et dont deux autres dans le département de la Lozère.


Communes limitrophes de Peyreleau[2]
Mostuéjouls,
Rivière-sur-Tarn
Le Rozier
(Lozère)
Saint-Pierre-des-Tripiers
(Lozère)
La Cresse   Veyreau
La Roque-Sainte-Marguerite Saint-André-de-Vézines

ToponymieModifier

HistoireModifier

L'ancien château féodal fut érigé au cours du XIe siècle. Cette forteresse disparue, dont il subsiste néanmoins quelques vestiges de remparts dans le village, fut la propriété successive des Montferrand, de la famille de la Chapelle, d'Alphonse de Poitiers, comte de Rouergue et frère de Louis IX, puis de la très riche famille de Sévérac au XVe siècle. C'est au cours de cette dernière période que la famille d'Albignac occupa les lieux mais sans en être propriétaire. C'est François II d'Albignac, petit-fils de Simon d'Albignac, qui, au début du XVIIIe siècle, racheta le château ainsi que la seigneurie de Peyreleau pour la somme de 30 000 livres. Néanmoins, en vendant, le marquis de Sévérac se réserva un droit de rachat auquel il renoncera quelques années plus tard moyennant le versement de 5 000 livres supplémentaires. Les pierres utilisées pour la construction de la nouvelle résidence des seigneurs d'Albignac, l'actuel château de Triadou, proviennent, pour la plupart, de cette forteresse disparue.

Ce château fort eut un important rôle défensif dans la protection de la vicomté de Millau lors du rattachement de Mostuéjouls (le village voisin) aux évêques de Mende, après que le titre de vicomte de Millau (renommé par la suite comte de Gévaudan) a été cédé par Jacques Ier d'Aragon à Louis IX le en application du traité de Corbeil faisant de cette terre un domaine royal.

Famille d'AlbignacModifier

Comtes d'Albignac, seigneurs de Montlebous, de Fraxin, d'Alayrac, de Peyreleau, de Veyreau, de Capluc, de Montal, de Noviliès, de La Rouvière, barons de Bazillac, marquis de Triadou et de Saint-Gervais, vicomtes de Creyssel et de Castelnau, barons d'Arre et de Mandagout, dont Philippe François Maurice d'Albignac était membre.

La devise de la famille d'Albignac :

Nihil in me, nisi valor
Rien d'autre en moi que la bravoure.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie en 2017.
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1978 ? Jean Agrinier PCF Cheminot
2008 2014 Jean Leymarie    
2014 En cours Alain Rouget SE Retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2017, la commune comptait 74 habitants[Note 2], en diminution de 9,76 % par rapport à 2012 (Aveyron : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5302611 218419385382375383390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
391356356350330338340304301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
317308257211221185192162132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
139951101007770707874
2017 - - - - - - - -
74--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Entre 1793 et 1892, la commune a enregistré 1 198 naissances, 1 088 décès et 330 mariages.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Château de TriadouModifier

Le château de Triadou remonte au XVIe siècle et a fait l'objet de plusieurs modifications ultérieures. Il est inscrit en 1944 au titre des monuments historiques pour sa « chapelle ainsi que la balustrade voisine et la terrasse avec les quatre arcades »[7].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tour CarréeModifier

La tour Carrée aussi connue sous le nom de tour de l'Horloge telle qu'elle existe aujourd'hui a été édifiée en 1617 par Simon d'Albignac, fils de Pierre III d'Albignac, sur les fondations de l'ancien château féodal. Aujourd'hui propriété de la commune, la tour, point culminant du bourg, a été transformée en gîte d'étape.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Galerie photosModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D'azur à trois pommes de pin d'or, au chef du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles du Rouergue, tome III, 1857.
  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Bloy), Peiralèu : La Cressa, Mostuèjols, Ribièira, La Ròca, Sent-Andriu, Vairau / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Peiralèu, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 270 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-43-2, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37108861)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Deux valeurs différentes pour l'IGN, 379 mètres sur la carte et 392 sur son ancien site
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier