Peyrehorade

commune française du département des Landes

Peyrehorade
Peyrehorade
Peyrehorade, le château de Montréal
Blason de Peyrehorade
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Orthe et Arrigans
(siège)
Maire
Mandat
Didier Sakellarides
2020-2026
Code postal 40300
Code commune 40224
Démographie
Gentilé Peyrehoradais(e)
Population
municipale
3 695 hab. (2017 en augmentation de 2,27 % par rapport à 2012)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 45″ nord, 1° 05′ 56″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 140 m
Superficie 16,11 km2
Élections
Départementales Canton d'Orthe et Arrigans
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Peyrehorade
Géolocalisation sur la carte : Landes
Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Peyrehorade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrehorade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrehorade
Liens
Site web http://www.peyrehorade.fr/

Peyrehorade est une commune française, située dans le département des Landes, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Peyrehoradais[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Peyrehorade est située dans le pays de l'Adour landais, pays d'Orthe en Maremne, entre les Landes de Gascogne, le Pays basque et le Béarn, en Chalosse, à 18 km au Sud de Dax.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Peyrehorade[2]
Bélus Cagnotte
Orthevielle   Cauneille
Hastingues Oeyregave

HydrographieModifier

Les terres de la commune sont arrosées par le gave de Pau et le gave d'Oloron (affluent de ce dernier) qui s'y réunissent pour former les Gaves réunis.

ClimatModifier

Relevé météorologique de Peyrehorade
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 3,3 1,3 5,5 9 12,5 14,7 15 17 14,3 10,1 7,2 5,3
Température maximale moyenne (°C) 10,4 11,9 16,6 18,9 22 25,1 26,8 28 25,4 20,9 15,6 11,7
Source : Météo France 2009 à 2012 (en °C et mm, moyenne mensuelles)


ToponymieModifier

Son nom occitan gascon est Pèira Horada[3] et signifie pierre trouée.

HistoireModifier

Au XIème siècle est bâti le château d'Aspremont, renforcé au XIIIe siècle d'un donjon en pierre, dont il ne reste que ruines. Il est la résidence des vicomtes d'Orthe aux XVe et XVIe siècles.

Au XIIIe est bâti un autre donjon sur le bord des Gaves Réunis, pour surveiller et protéger le trafic fluvial, mais aussi pour percevoir une taxe sur les passages. Il est rasé vers 1515, puis remplacé par le château de Montréal.

Début 1367 a lieu une entrevue au château d'Aspremont entre le Prince Noir, Pierre Ier de Castille et Charles le Mauvais[4]. En 1442, les troupes de Charles VII, après avoir pris la ville de Dax le , viennent s'emparer du château, qui s'était rangé au parti anglais[5]. On connaît mal les détails relatifs à cet épisode.

Au XVIe siècle, lors des guerres de Religion, le château d'Aspremont est incendié et démantelé par Montgommery[6].

En 1793, le château de Montréal est saisi puis utilisé de diverses manières jusque vers 1930, où il est restauré par un particulier. C'est aujourd'hui l'hôtel de ville du bourg.

L'église Saint Martin fut bâtie de 1852 à 1857, à l'emplacement d'une chapelle du XIe siècle.

Quatre-vingt-neuf enfants de la municipalité sont tombés aux Champs-d'Honneurs lors des deux Guerres mondiales, en Indochine et en Algérie.

En 2014, 2018 et 2019, Peyrehorade a subi de graves inondations, les eaux atteignant une hauteur de plus de cinq mètres en certains endroits.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième d’or au lion de gueules armé et lampassé de sable, au deuxième et au troisième de gueules aux trois léopards d’or armés et lampassés de sable rangés en pal[7]

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs de Peyrehorade
Période Identité Étiquette Qualité
         
9/5/1800 11/6/1815 Clément de Siest    
12/6/1815 26/7/1815 Arnaud Vivensang    
27/7/1815 30/11/1831 Clément de Siest    
8/12/1831 16/9/1843 Arnaud Vivensang   Conseiller général du Canton de Peyrehorade (1833-1843)
19/9/1843 27/8/1848 Henri de Garay    
31/8/1848 20/2/1868 Jean-Antoine Vivensang   Conseiller général du Canton de Peyrehorade (1843-1871)
17/10/1870 10/2/1878 Henri de Garay    
12/2/1878 28/2/1880 Arnaud Gaston Lavielle    
12/5/1925 11/5/1929 Henry Dupaya    
12/5/1929 18/3/1934 Bernard Barbe    
19/3/1934 13/5/1935 Eugène Peyroux    
17/5/1935 2/9/1941 André Lesgourgues    
    Joseph Pinatel    
  28/03/1971 Jean Dupaya Radical Conseiller général du Canton de Peyrehorade (1961-1967)
28/03/1971 12/03/1989 Paul Lartigue DVD Conseiller général du Canton de Peyrehorade (1973-1979)
12/3/1989 10/6/1995 Jean Cibé    
11/6/1995 2001 Charles Pinsolle DVD  
mars 2001 2014 Alain Siberchicot PS Retraité Education nationale
Ancien maire de Saint-Lon-les-Mines (1977-2001)
Conseiller général du Canton de Peyrehorade (1979-2004)
mars 2014
(réélu en mai 2020[8])
En cours Didier Sakellarides DVD Conducteur de travaux
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10]. En 2017, la commune comptait 3 695 habitants[Note 1], en augmentation de 2,27 % par rapport à 2012 (Landes : +3,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9401 9861 9782 1032 4532 6382 7422 6302 734
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5792 5162 5672 5032 5072 5102 8242 6692 562
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5972 6212 5782 3372 3772 2512 2322 1812 401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 5842 5912 8613 0933 0563 0173 3573 4673 616
2017 - - - - - - - -
3 695--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

La commune constitue l'un des deux sites français combinant la recherche et la production d'organismes génétiquement modifiés -OGM- (tournesol, maïs, colza) de la firme Monsanto, l'autre étant Saint-Amand-Longpré (Loir-et-Cher). Rendez-vous tous les mercredis matins sur le marché de Peyrehorade, tradition depuis 1358.

En , le groupe Monsanto annonce un investissement de 45 millions d’euros à Peyrehorade pour construire trois usines de séchage, trois autres de stockage et installer un nouvel égrenoir et une nouvelle effeuilleuse[13].

Lieux et monumentsModifier

SportsModifier

GaleriesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

Notes de référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Le nom des habitants du 40 », sur www.habitants.fr (consulté le 31 août 2018)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Toponymes occitans », sur www.locongres.org (consulté le 31 août 2018)
  4. Livre "Le château de Peyrehorade d'Aspremont d'Orthe", d'Émile Lemaître, année 1931, page 8.
  5. Site internet www.centrecultureldupaysdorth.com
  6. Site internet officiel de la municipalité www.peyrehorade.fr : "La forteresse fut la proie des coups de mains, des incendies, des pillages en 1442, 1553 et 1559".
  7. Banque du blason.
  8. « Didier Sakellarides reprend l'écharpe », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 32.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Monsanto investit 45 millions dans les Landes », sur Agro Media, (consulté le 29 août 2020).
  14. Patrimoine de France
  15. Notice no IA40000354.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier