Peugeot 205 Turbo 16

automobile sportive (1983-1987) base de voiture de rallye Groupe B

La Peugeot 205 Turbo 16, aussi appelée 205 T16, est une voiture de sport, du constructeur automobile Peugeot, basée sur la carrosserie de la Peugeot 205.

Peugeot 205 Turbo 16
Peugeot 205 Turbo 16
Peugeot 205 Turbo 16 Évo 2.
Présentation
Équipe Peugeot Sport
Constructeur Peugeot
Année du modèle 1983 - 1987
Spécifications techniques
Châssis B262
Nom du moteur XU8T
Cylindrée 1 775 cm3
Configuration 4 cylindres en ligne
Orientation du moteur Transversal turbo compressé
Évolution 1 : 365 ch
Évolution 2 : 530 ch
Pikes Peak : 550 ch
Rallycross : 700+ ch
Position du moteur Central-arrière
Boîte de vitesses Manuelle
Nombre de rapports 5
Poids 940 kg
Dimensions Longueur : 3 820 mm
Largeur : 1 700 mm
Hauteur : 1 330 mm
Empattement : 2 540 mm
Histoire en compétition
Pilotes Ari Vatanen
Timo Salonen
Bruno Saby
Juha Kankkunen
Début 1982
CoursesVictoiresPole positionsMeilleurs tours
28 16 - -
Championnat constructeurs 1985 - 1986

Chronologie des modèles (1984 - 1987)

Avec sa version compétition, Peugeot remporte les titres mondiaux pilotes et constructeurs en championnat du monde des rallyes en 1985 et 1986[1], ainsi qu'en moins de trois saisons pleines au moins une fois toutes les épreuves proposées hormis les deux africaines et celle américaine (alors l'Olympus).

Elle a été voulue par le responsable de la compétition Peugeot de l'époque, Jean Todt, et s'inscrivait dans la catégorie Groupe B du règlement des rallyes. Cette catégorie, créée en 1982, allégeait considérablement les contraintes posées aux constructeurs, et permettait notamment les quatre roues motrices. Sont ainsi nées des voitures de rallyes radicalement différentes de leurs devancières, et surtout beaucoup plus rapides.

Ainsi, la 205 T16 a été une des premières quatre roues motrices ; le gain en adhérence permettait d'augmenter considérablement la puissance des moteurs sans que la voiture patine : entre 350 et 480 chevaux. L'architecture générale de la voiture n'a plus rien à voir avec sa version de série : une cage de tubes sert de châssis/habitacle, un moteur de 4 cylindres en ligne turbocompressé la propulse, et une fine couche de kevlar et de plastique lui donne l'apparence d'une 205 de grande série[2].

Ses séries de victoires, largement répercutées dans les médias, et dans les publicités Peugeot, ont fortement contribué au succès de sa version commerciale, qui a elle-même permis à Peugeot de sortir d'une période de marasme économique.

L'aventure en championnat du monde des rallyes

modifier

L'aventure commence en 1984, quand la 205 participe à cinq courses d'apprentissage au Championnat du monde des rallyes.

Apprentissage qui se terminera par trois victoires pour le pilote Ari Vatanen et son copilote Terry Harryman. Malgré la présence de la concurrence et de leurs voitures très compétitives, la 205 montre une étonnante vélocité et fiabilité pour une voiture de conception récente.

L'année 1985 est la confirmation du potentiel de la voiture. Lors de sa première saison complète elle parvient à remporter le championnat avec Timo Salonen qui lui remporta le titre pilote. C'est l'année d'arrivée de la version évolution 2, amélioration de la 205 T16, principalement visible de l'extérieur par une carrosserie body-buildée, et des ailerons de grande taille, mais aussi plus puissante. Ces appendices aérodynamiques devenaient nécessaires avec la montée de la puissance des moteurs (montée permise par le règlement), pour permettre à la voiture de rester collée au sol.

Cette année voit aussi un des premiers accidents graves d'une Groupe B, avec la violente sortie de route d'Ari Vatanen au rallye d'Argentine, qui lui vaudra 18 mois de convalescence pour vertèbres fracturées.

Le championnat de l'année 1986 sera encore sous la domination des 205, avec Juha Kankkunen qui gagne le titre pilote (Timo Salonen troisième), et Peugeot le titre constructeur pour la deuxième année consécutive. Mais c'est la dernière année pour les machines du Groupe B : la FISA (Fédération Internationale du Sport Automobile) décide de supprimer cette catégorie pour 1987, à cause des accidents tragiques et fréquents, causés par des voitures aux performances déraisonnables.

Résultats détaillés

modifier
Saison Équipe Pilotes 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Classement Points Total
1984 Peugeot Talbot Sport MON SUE POR KEN FRA GRE NZL ARG FIN ITA CIV GBR 3 74
  Ari Vatanen NF NF 1 1 1
  Jean-Pierre Nicolas 4 NF 5
1985 Peugeot Talbot Sport MON SUE POR KEN FRA GRE NZL ARG FIN ITA CIV GBR 1 142 353
  Ari Vatanen 1 1 NF NF NF NF 2 NF
  Timo Salonen 3 3 1 7 NF 1 1 1 1 2 NF
  Bruno Saby 5 NF 2 NF
  Carlos Reutemann 3
  Kalle Grundel 5 NF
  Mikael Sundström NF
1986 Peugeot Talbot Sport MON SUE POR KEN FRA GRE NZL ARG FIN CIV ITA GBR USA 1 137
  Timo Salonen 2 NF NF NF NF 5 1 NF 1
  Juha Kankkunen 5 1 NF 5 1 1 NF 2 NF 3 2
  Bruno Saby 6 1 3 NF NF
  Shekhar Mehta 8
  Stig Blomqvist 3 4
  Andrea Zanussi NF
  Mikael Sundström 4

(soit 16 victoires et 28 podiums pour la voiture, en trois saisons -dont deux pleines-; en 1986 Patricia Bertapelle est également championne d'Europe de la spécialité)

Champion du monde des rallyes
Automobile Saison Championnat Constructeur Championnat Pilote Pilote Copilote
 
Peugeot 205 Turbo 16
1985      Timo Salonen  Seppo Harjanne
 
Peugeot 205 Turbo 16
1986      Juha Kankkunen  Juha Piironen


Concept car

modifier

En 1984 Peugeot présente consécutivement à la Turbo 16 de série, la Peugeot Quasar au mondial de l'automobile de Paris, premier concept car historique de la marque, à base de 205 Turbo 16, avec une puissance poussée à 600 chevaux.

L'aventure en rallye raid

modifier
 
Modèle Grand Raid 1989, 4e au Paris-Dakar en 1989.

Privée d'une catégorie de rallye acceptant la 205, Peugeot décide de s'orienter vers le rallye raid, et principalement le Paris Dakar. En 1987, la 205 T16 « Grand Raid » adaptée aux conditions difficiles des raids gagnera « facilement », aux mains de Ari Vatanen, le Dakar (Shekhar Mehta 5e et abandon de Andrea Zanussi) et le rallye des Pharaons en Égypte, face, il est vrai, à une concurrence faible par rapport à celle des années de rallye.

L'édition suivante du Dakar sera aussi remportée par la 205 pilotée par Juha Kankkunen, celle pilotée par Alain Ambrosino termine 6e.

En 1989, elle est remplacée par la Peugeot 405 Turbo 16, mais deux 205 T16 sont encore engagées: celle pilotée par Guy Fréquelin finira la course en 4e position (Philippe Wambergue et Alain Guéhennec sont 8e); il s'agit de la dernière course officielle disputée par ce pilote, alors avec Fenouil pour copilote, un ancien pilote moto BMW futur copilote de Björn Waldegård et directeur de l'édition 1994 de l'épreuve.

Vainqueurs du Rallye Dakar
Saison Vainqueurs    
Pilote Copilote Voiture
1987   Ari Vatanen   Bernard Giroux Peugeot 205 Turbo 16
1988   Juha Kankkunen   Juha Piironen Peugeot 205 Turbo 16

Rallycross

modifier

La version Evo 2 est Championne d'Europe de rallycross à quatre reprises en division GT entre 1987 et 1990, entre les mains des finlandais Seppo Niittymäki (1) et Matti Alamäki (3).

Le Championnat de France de rallycross est remporté à trois reprises consécutives également par une Evo 2, en 1988 avec Guy Fréquelin, 1989 avec Philippe Wambergue, et 1990 avec Jean-Manuel Beuzelin.

Rallyes Terre

modifier

Aux mains de Jean-Pierre Ballet, la voiture remporte notamment les rallyes des Cardabelles (en championnat de France Terre) et de Castine.

La Peugeot 205 est aussi l'une des rares voitures françaises à avoir remporté le championnat VLN Langstreckenmeisterschaft Nürburgring, avec les frères Ludwig et Jürgen Nett, en 1987.

Peugeot 205 Turbo 16 Pikes Peak

modifier
 
Présentation de la 205 Turbo 16 evo 2 chez Bouhier Engineering en Avril 1985

Une version de la 205 T16 participera à la course de côte la plus haute du monde, Pikes Peak, en . Ce modèle produit 550 chevaux grâce à un compresseur de marque Garret, pour un poids de seulement 850 kilos. Il dispose d'imposants appendices aérodynamiques, dont un double aileron arrière et une lame avant. La boîte de vitesses comporte cinq rapports[3].

Malgré les trois voitures engagées dans la course, aucune ne remporte la victoire. Shekhar Mehta termine cependant 4e au classement général et Ari vatanen 2 ème derrière Walter Röhrl à cause d'une casse d'un collier de serrage du turbo[3]. Cette année-là, Walter Röhrl remporte la course au volant d'une Audi Quattro Sport E2 Pikes Peak.

Elle sera remplacée victorieusement les années suivantes par la Peugeot 405 Turbo 16, qui, sous l'apparence du nouveau modèle Peugeot, conservait en grande partie la mécanique de la 205.

La 205 Turbo 16 évolution 2

modifier

La série destinée à l'homologation de l'évolution 2 a été présentée à Jean Todt en avril 1985 dans les locaux de Bouhier Engineering à Villemandeur.

La 205 Turbo 16 série 200

modifier

Peugeot 205 Turbo 16 série 200
 

Marque   Peugeot Talbot Sport (PSA)
Années de production 1984
Production 200(219 en comptant les exemplaires courses Evo1et2 ) exemplaire(s)
Classe Citadine sportive
Usine(s) d’assemblage Talbot à Poissy
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position du moteur Centrale arrière
Cylindrée 1 775 cm3
Puissance maximale 200 ch
Couple maximal 255 N m
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle à 5 vitesses
Masse et performances
Masse à vide 1 145 kg
Vitesse maximale 214 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 6,8 s
Consommation mixte 11,6 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 3 portes
Châssis Monocoque en acier tubulaire
Suspensions Doubles triangles et Ressorts hélicoïdaux
Direction Pignons et crémaillères
Freins Disques ventilés et étriers à simple piston
Dimensions
Longueur 3 820 mm
Largeur 1 700 mm
Hauteur 1 354 mm
Empattement 2 540 mm
Voies AV/AR 1 430 mm  / 1 430 mm

Les voitures courant en championnat du monde des rallyes devant être dérivées de voitures de série, Peugeot a fabriqué une version de la T16 à 200 exemplaires, nombre minimal pour faire courir une voiture en rallye.

Partant d'une 205 de série classique, les ingénieurs de Peugeot ont installé un moteur suralimenté d'une cylindrée de 1 775 cm3 à 16 soupapes développant 200 chevaux en position centrale. Ainsi la 205 T16 affichait des performances impressionnantes avec ses 4 roues motrices et son faible poids.

En 2021, une 205 Turbo 16 Evo2 groupe B de 430cv, avec laquelle Bruno Saby arrive deuxième au Tour de Corse 1985, est vendue aux enchère pour 977 440 euros[4] ; une série 200 appartenant à Jean Todt s'est vendue à 419 260 .

Notes et références

modifier
  1. Mathieu Laraux, « Automoto Vintage : Rallye 1986, le mythique Groupe B, ses drames et sa fin brutale », sur TF1, (consulté le )
  2. D. X. Communication, « classic Auto Restor », sur classic Auto Restor (consulté le )
  3. a et b alexrenault, « Peugeot 205 Turbo 16 Pikes Peak (1987) », sur lautomobileancienne.com, (consulté le ).
  4. Yves Maroselli, « Peugeot 205 Turbo 16. La sportive affole les enchères ! », L'Argus, (consulté le )

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

DVDthèque

modifier
  • La Voiture de leur vie - La Peugeot 205 T 16, le bon numéro..., un film de Fabrice Maze avec Ari Vatanen et Jean Todt, éd. E.P.I. Diffusion, 2002 (ASIN B0006UUBMQ).

Bibliographie

modifier

Liens externes

modifier