Ouvrir le menu principal

Petit Navire
logo de Petit Navire

Création 1932
Fondateurs Paul-Edouard Paulet
Slogan « La mer vous inspire »
Siège social Douarnenez
Drapeau de France France
Direction Amaury Dutreil
Actionnaires Thai Union Group
Produits Produits de la mer (conserves)
Effectif 291 [1]
Site web petitnavire.fr

Chiffre d'affaires 300 millions d'€ (2014) [3]
Résultat net 18 millions d'€ (2014) [3]

Petit Navire est une conserverie de poisson créée en 1932 à Douarnenez (Bretagne) par Paul-Edouard Paulet. Elle appartient aujourd'hui au groupe thaïlandais Thai Union Frozen.

Sommaire

HistoireModifier

En 1932, Paul-Édouard Paulet (né en 1897), directeur du Crédit Nantais de Douarnenez, se reconvertit en rachetant une usine Hyacinthe Parmentier en cessation de paiement et choisit le nouveau nom de « Petit Navire ». Le logo de la nouvelle marque est choisi : une chaloupe sardinière à voile voguant sous des goélands[4].

En 1935, Paul Paulet met en place une charte de qualité et la redistribution aux salariés des bénéfices de l'entreprise sous forme de participation.

La même année, il ouvre des usines à l'Île-d'Yeu et à Saint-Jean-de-Luz. Paul Paulet invente la « bassine à frire », ou friture prête à l'emploi, pour cuire les sardines, éviter la fermentation et permettre une production constante toute l'année[5].

En août 1942, Paul-Edouard Paulet disparaît avec quelques 7 000 autres prisonniers dans le naufrage du Nino Bixio[6].

Heinz prend une participation dans la société en 1981, puis rachète l'ensemble du capital en 1986. Heinz revend ses activités de produits de la mer en Europe en 2006 sous le nom MW Brands[7][source insuffisante].

En 2010, Thai Union Frozen rachète le groupe MW Brands, dont fait partie Petit Navire.

ControverseModifier

Petit Navire est mis en cause par Greenpeace pour l'utilisation de dispositif de concentration de poisson, méthode non sélective, lors de la pêche au thon[8],[9],[10]. En mai 2016, Greenpeace bloque l'accès à la conserverie Petit Navire de Douarnenez. L'ONGI reproche à la marque l'utilisation de « méthodes de pêche destructrices » en abusant des DCP[11].

En 2019, Petit Navire est mis en cause dans le magazine Cash Investigation pour la surpêche dans l'Océan Indien du thon albacore avec l'utilisation de DCP, l'obtention discutable de subventions européennes et les montages financiers autour de la reprise de la marque par Thai Union Group[12].

RéférencesModifier

  1. Produit en Bretagne : annuaire des membres http://www.produitenbretagne.bzh/entreprise/paul-paulet-petit-navire
  2. Thai Union Group http://fr.thaiuniongroup-europe.com/7640-histoire-et-chiffres-cles.htm
  3. a et b Les Echos 05/09/2014 https://www.lesechos.fr/05/09/2014/LesEchos/21765-109-ECH_apres-petit-navire--meralliance-passe-sous-pavillon-thailandais.htm
  4. « Notre histoire », sur Petit Navire (consulté le 8 avril 2016)
  5. « Petit navire : il était un petit pêcheur... », sur directmatin.fr (consulté le 8 avril 2016)
  6. « Paul-Edouard PAULET (RA) - Amicale de la première division française libre », sur www.1dfl.fr (consulté le 8 avril 2016)
  7. MW Brands Histoire et chiffres clés
  8. De la surexploitation des océans
  9. J. P. Gené, « Petit Navire, gros dégâts », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 9 mars 2017)
  10. « Greenpeace contre Petit Navire : décryptage d'une campagne », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2017)
  11. « Pourquoi Greenpeace s’attaque à Petit Navire ? », sur www.20minutes.fr (consulté le 9 mars 2017)
  12. « « Cash investigation » : demain, un monde sans poisson ? », Le Monde

Liens externesModifier