Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Peter Scholze

mathématicien allemand
Peter Scholze
Description de cette image, également commentée ci-après
Peter Scholze à Berkeley, 2014
Naissance (30 ans)
Dresde
Nationalité allemande
Domaines géométrie algébrique arithmétique
Institutions université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn, chaire du Hausdorff Center for Mathematics
Directeur de thèse Michael Rapoport
Renommé pour espaces perfectoïdes
Distinctions Fellow de l'Institut de mathématiques Clay (juillet 2011-juillet 2016),
SASTRA Ramanujan Prize (2013),
Prix et cours Peccot du Collège de France (2013),
Clay Research Award (2014),
Prix Ostrowski (2015),
Prix Frank Nelson Cole (2015),
Prix Fermat (2015),
Médaille Fields (2018)

Peter Scholze, né le 11 décembre 1987 à Dresde, est un mathématicien allemand, professeur à l’université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn. Il travaille à l'interface entre théorie des nombres et géométrie algébrique (la géométrie algébrique arithmétique). Il est lauréat de la Médaille Fields en 2018[1].

Sommaire

BiographieModifier

Peter Scholze grandit à Berlin-Friedrichshain[2] et est élève du Heinrich-Hertz-Gymnasium, lycée à l'enseignement mathématique renforcé[3]. Encore adolescent, il gagne trois médailles d'or et une d'argent aux olympiades internationales de mathématiques[4]. Après son Abitur en 2007[3], il étudie les mathématiques à l'université de Bonn. Il termine la licence en trois semestres, sa maîtrise en deux semestres et soutient une thèse de doctorat en 2012 intitulée Perfectoid Spaces sous la direction de Michael Rapoport[5].

Depuis juillet 2011, il est pour cinq ans Fellow de l'Institut de mathématiques Clay[6]. En 2012, Scholze est nommé sur une chaire du Hausdorff Center for Mathematics (de) auprès du pôle d'excellence de Bonn[7],[8]. À cause de ses travaux exceptionnels, il a été nommé sans être passé auparavant par le procédé usuel de l'habilitation universitaire.

Le domaine de recherche de Scholze est la théorie des nombres dans le cadre du programme de Langlands. Il a fourni une nouvelle démonstration de la correspondance de Langlands locale (démontrée pour la première fois en 2000 par Guy Henniart puis par Michael Harris et Richard Taylor). Dans sa thèse, il introduit une nouvelle technique, les espaces perfectoïdes (en)[9], qui permet de réduire des problèmes arithmétiques sur des corps locaux à caractéristiques mixtes à des corps à caractéristique unique. Une application est une généralisation du théorème de presque pureté de Gerd Faltings dans la théorie de Hodge p-adique[10]. Sa technique conduit à la solution d'un cas particulier de la conjecture de « monodromie-poids » de Pierre Deligne. De plus, cette technique permet une interprétation géométrique d'autres problèmes; comme par exemple dans les variétés de Shimura (en) ou des espaces introduits par Rapoport et Zink.

Il est marié avec une mathématicienne[11] et a une fille[12].

Prix et distinctionsModifier

BibliographieModifier

Publications de l'auteurModifier

Publications liéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Mathématiques : quatre nouvelles médailles Fields ouvrent de nouveaux chemins vers la connaissance », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  2. Mit ihm kann man rechnen, tagesspiegel.de.
  3. a et b Mathematikunterricht am Heinrich-Hertz-Gymnasium sur le site du Heinrich-Hertz-Gymnasium.
  4. Peter Scholze sur le site des Olympiades internationales de mathématiques.
  5. (en) Peter Scholze sur le site du Mathematics Genealogy Project
  6. Peter Scholze sur le site de la Fondation Clay.
  7. Das ist Deutschlands jüngster Mathe-Professor, tz-online.de.
  8. Mathematiker Peter Scholze nimmt Ruf nach Bonn an, idw-online.de
  9. Bhargav Bhatt 2014.
  10. Fontaine 2011-2012.
  11. (de) Hilmar Schmundt, « Bildung: Lieber Mathe als Rockband », Der Spiegel, vol. 17,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Erica Klarreich, « The Oracle of Arithmetic », Quanta Magazine,‎ (lire en ligne)
  13. « Peter Scholze, lauréat du prix Peccot pour l’année 2012/2013 », La Lettre du Collège de France n° 36,  : « A p-adic Analogue of Riemann's Classification of Complex Abelian Varieties ».
  14. SASTRA Ramanujan Prize 2013
  15. AMS - Cole Prize 2015

Liens externesModifier