Perse (poète)

poète romain

Perse (en latin Aulus Persius Flaccus), né en 34 apr. J.-C. à Volterra en Étrurie et mort en 62, est un auteur latin du Ier siècle apr. J.-C.

Perse
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 27 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Autres informations
Maîtres
Genre artistique
Latin satire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Satires (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gravure représentant Aulus Persius Flaccus.

BiographieModifier

Perse grandit dans une famille appartenant à l’ordre équestre et apparentée à de hauts représentants de l'ordre sénatorial. Sa famille compte des ancêtres étrusques, comme en témoigne notamment le praenomen de Perse, Aulus, praenomen latin provenant de l'étrusque Aviles, )[1].

Il fait ses études dans sa ville natale jusqu'à l'âge de douze ans. Il gagne ensuite Rome pour y étudier la grammaire et la rhétorique auprès du grammairien Remius Palaemon et de Virginius Flaccus.

Il côtoie le philosophe stoïcien Cornutus, Lucain ou encore Sénèque. C'est Cornutus qui lui inspira l'amour de la vertu et exerça sur lui la plus grande influence, presque égale à celle d'un père qu'il perdit très jeune. Perse mourut en 62, à l'âge de vingt-huit ans, d'une maladie d'estomac.

CitationModifier

Un fragment devenu très célèbre des Satires de Perse figure en exergue au Livre I des Confessions de Jean-Jacques Rousseau : « Intus et in cute », « De l'intérieur et sous la peau ». Le vers entier est « Ego te intus et in cute novi » (Satires, III, vers 30 - « Moi, je te connais par cœur »).

ŒuvresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Son œuvre littéraire se limite à quelques ouvrages, au moins composé de :

  • une « comédie prétexte » dont nous n'avons pas conservé le titre ;
  • une œuvre intitulée Hodoeporicon, qui ne nous est pas parvenue ;
  • six Satires totalisant 650 vers et imprégnées de stoïcisme[2]. Il y raille la poésie de son temps (I), dénonce la fausse dévotion (II), la morgue des grands (IV), la paresse (III), l'avarice (VI).

Selon Jean-Pierre Néraudau, son écriture est « précipitée, heurtée, souvent obscure[3] ».

BibliographieModifier

  • Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques. Histoire d'un peuple, Paris, Armand Colin, coll. « Civilisations », 2003. (ISBN 978-2-200-26235-8)

Notes et référencesModifier

  1. Thuillier, p. 29.
  2. Elles furent pour la première fois traduites en français par Abel Foullon dans Les Satires de Perse traduites… en vers françois, 1544.
  3. Jean-Pierre Néraudau, La Littérature latine, Paris, Hachette, 2000[réf. incomplète].

Liens externesModifier