Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo

homme politique et militaire espagnol
Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Salm-Salm
Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Salm Salm, XIII duque del Infantado (Museo del Prado).jpg
Portrait de Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Salm-Salm, XIIIe duc de l'Infantado (1827) par Vicente López Portaña
Fonctions
Secrétaire d'État
-
Ambassador of Spain to the United Kingdom of Great Britain and Ireland (d)
Liste des ducs del Infantado
Count of Real de Manzanares (d)
Liste des ducs de Lerma
Titres de noblesse
Liste des ducs del Infantado
Liste des ducs de Lerma
Count of Real de Manzanares (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo, XIII duque del InfantadoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Salm-SalmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Silva (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie Anne de Salm-Salm (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinction

Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Salm-Salm (Madrid, 20 juillet 1768 - Madrid, 27 novembre 1841), 13e duc del Infantado, 10e duc de Francavilla, 9e duc de Pastrana, 9e duc d'Estremera et 12e marquis de Távara, entre autres titres de noblesse, chevalier de l'ordre de la Toison d'or, était un homme politique et un militaire espagnol.

BiographieModifier

Il était le fils du mariage entre Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Silva, 12e duc de l'Infantado, et la princesse Maria Anna Viktoria Wilhelmine zu Salm-Salm, qui appartenait à une famille noble du Saint Empire romain germanique[1]. Le fait que son père soit le premier Infantado à épouser une étrangère a eu un impact sur son éducation, car la famille a passé de longs séjours à Paris et son tuteur, le botaniste valencien Antonio José Cavanilles, y a également vécu[2].

Son père meurt en 1790 et à l'âge de vingt-deux ans, il devient le chef de la Maison de l'Infantado. Durant sa jeunesse, il s'est intéressé à certains projets industriels auxquels la noblesse éclairée espagnole n'était plus aussi réticente, comme la filature de Torrelavega[3] ou le projet de construction de canaux des "quatre Grands d'Espagne", auquel il a participé avec les ducs de Medinaceli et d'Osuna et le marquis d'Astorga[4].

Il participe à la guerre du Roussillon contre les révolutionnaires français en tant que colonel du régiment des volontaires de Castille, organisé à ses frais en 1793, et à la guerre des Oranges en 1800. Sa participation à la guerre contre la Convention lui vaut d'être promu brigadier. En 1795, il est nommé maréchal de camp et en 1802, lieutenant général[5]. Il était l'un des favoris de celui qui allait régner plus tard sous le nom de Ferdinand VII d'Espagne après la conspiration anti-godoyiste de 1807 qui a conduit au procès de l'Escurial (es). Le procureur Simón de Viegas a demandé la peine de mort à son encontre, mais il a été acquitté lors de sa condamnation. Malgré cela, il est suspendu de son grade militaire et Charles IV d'Espagne le bannit à Écija[6].

Après la mutinerie d'Aranjuez, Ferdinand VII nomme le duc président du Conseil de Castille et colonel en chef de la Garde espagnole. Les rapports de l'ancien ambassadeur français à Madrid, François de Beauharnais, lui attribuant la direction de la résistance espagnole, mettent Joaquín Murat, arrivé dans la capitale en mars 1808, sur sa piste. Néanmoins, le duc d'Infantado accompagne le nouveau roi dans le voyage qui commence le 10 avril et se termine, malgré ses conseils défavorables, par les abdications de Bayonne[7].

À son retour de France, bien qu'il l'ait fait en accompagnant Joseph Ier, il passe du côté espagnol, ce qui explique que Napoléon Bonaparte lui confisque tous ses biens par décret du 12 novembre 1808[8], ce qui explique que l'Empereur utilise son palais de Chamartín de la Rosa en décembre de la même année pour s'y installer avec son état-major avant la capitulation de Madrid[9]. Le duc, nommé commandant en chef de l'armée du Centre, participe à la défaite espagnole à la bataille d'Uclés en 1809. Il est ensuite nommé ambassadeur à Londres, poste qu'il occupe jusqu'à ce que les Cortes le nomment membre de la Régence de 1812 ou du Quintillo, ainsi appelé parce qu'il était composé de cinq personnes[8]. Lorsque la guerre prend fin et qu'El Deseado revient, il est l'une des rares personnes de l'entourage du monarque à exprimer ses réserves quant à l'abrogation de la Constitution de 1812, la première rédigée en Espagne[10].

Il fait partie du gouvernement nommé par Ferdinand VII en 1814. Sous la protection de l'armée des Cent Mille Fils de Saint Louis, il est président du Conseil de Régence en 1823, pendant la captivité de Ferdinand VII. Il a également été président du gouvernement entre 1825 et 1826[11]. Il est mort à Madrid en 1841, à l'âge de 73 ans.

Dans sa jeunesse, alors qu'il n'était pas marié, il a eu un fils et deux filles. À sa mort, son testament est contesté et donne lieu au plus important procès d'homologation de l'époque. Son fils, Manuel Álvarez de Toledo Lasparre Salm-Salm y Valledor, né à Guadalajara en 1805, reconnu par son père et légitimé par décret royal en 1825[12], fut XIIe duc de Pastrana, XIIIe duc de Francavilla et XIIIe marquis de Cenete, par cession en 1852 du XIe duc de Pastrana, Mariano Téllez-Girón y Beaufort Spontin.

Titres, ordres et fonctionsModifier

TitresModifier

OrdresModifier

Royaume d'EspagneModifier

ÉtrangersModifier

FonctionsModifier

AncêtresModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antonio de Toledo Osorio
 
 
 
 
 
 
 
Miguel de Toledo, Xe marquis de Távara
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ana María Pimentel, IXe marquise de Távara
 
 
 
 
 
 
 
Pedro de Alcántara de Toledo, XIIe duc del Infantado
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juan de Dios Silva y Mendoza, Xe duc del Infantado
 
 
 
 
 
 
 
María Francisca de Silva Hurtado de Mendoza
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
María Teresa de los Ríos Zapata y Mendoza
 
 
 
 
 
 
 
Pedro de Alcántara de Toledo, XIIIe duc del Infantado
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guillermo Florencio, Wild y ringrave de Salm-Hoogstraten
 
 
 
 
 
 
 
Nicholas Leopold, prince de Salm-Salm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Condesa Mariana de Mansfeld
 
 
 
 
 
 
 
Mariana, princesa de Salm-Salm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Luis Otón, prince de Salm
 
 
 
 
 
 
 
Princesse Dorothée de Salm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Princesse Albertina de Nassau-Hadamar
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. (de) Miroslav Marek, « Fürst zu Salm-Salm » [« Prince de Salm-Salm »], sur www.genealogy.euweb.cz
  2. de Moxó 1977, p. 572.
  3. de Moxó 1977, p. 573.
  4. (es) Emilio La Parra López, La alianza de Godoy con los revolucionarios: España y Francia a fines del siglo XVIII, Editorial CSIC - CSIC Press, (ISBN 978-84-00-07246-9, lire en ligne)
  5. de Moxó 1977, p. 573-574.
  6. (es) Rafael Sánchez Mantero, Fernando VII, Madrid: Arlanza, (ISBN 84-95503-23-9), p. 54
  7. de Moxó 1977, p. 577.
  8. a et b de Moxó 1977, p. 578.
  9. (es) Rafael Fraguas, « Huellas de Napoleón en Chamartín », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  10. de Moxó 1977, p. 579.
  11. (es) « La Moncloa. Relación cronológica de los presidentes del Consejo de Ministros y del Gobierno [Presidente] », sur www.lamoncloa.gob.es (consulté le )
  12. a et b Pinacho et Pilar 1998, p. 85.
  13. a b c d et e (es) « Pedro Alcántara Álvarez de Toledo, XIII duque del Infantado - Colección - Museo Nacional del Prado », sur www.museodelprado.es (consulté le )
  14. a b c et d (es) Gaceta de Madrid, Imprenta Real, (lire en ligne)
  15. a et b (es) España, Real cedula de S.M. y señores del Consejo, en la cual se inserta el acta de instalacion de la regencia del Reino durante la cautividad del Rey nuestro Señor, para que se haga notorio en todos los pueblos de él tan fausto acontecimiento, en la Imprenta Real, (lire en ligne)
  16. a et b (es) Mercurio histórico y político, Imprenta Real, (lire en ligne)
  17. (es) Real Academia de la Historia (España), Memorias de la Real Academia de la Historia: 1832 ([8], XLIV, 578, [2] p., [4] h. de grab.), Imprenta de Sancha, (lire en ligne)
  18. a et b (es) Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (Madrid), Distribución de los premios concedidos por el Rey nuestro señor a los discípulos de las tres nobles artes hecha por la Real Academia de San Fernando en la junta pública de 24 de setiembre de 1808, por Ibarra, Impresor, (lire en ligne)
  19. (es) Real Academia de la Historia (España), Memorias de la Real Academia de la Historia, Imprenta de Sancha, (lire en ligne)
  20. (es) Real Academia de la Historia (Spain), Memorias de la Real Academia de la Historia, Kraus Reprint, (lire en ligne)
  21. (es) Real Academia de la Historia (España), Memorias de la Real Academia de la Historia, Imprenta de Sancha, (lire en ligne)

BibliographieModifier

  • (es) Salvador de Moxó, « El duque del Infantado Don Pedro Alcántara de Toledo y Salm-Salm: un personaje de la nobleza en la transición del antiguo régimen a la época contemporánea » [« Le duc de l'Infantado Don Pedro Alcántara de Toledo y Salm-Salm : un personnage de la noblesse dans la transition de l'ancien régime à l'époque contemporaine »], Hispania, vol. 37, no 137,‎ , p. 569-599
  • (es) García Pinacho et María Pilar, Los Álvarez de Toledo: nobleza viva [« Les Álvarez de Toledo : la noblesse vivante »], Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura, (ISBN 978-8-478-46775-4, OCLC 40913829), p. 85

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :