Pays mégadivers

pays avec une grande diversité biologique et à haute endémicité

Les pays mégadivers sont un groupe de pays dans lequel la majorité des espèces végétales et animales présentes sur Terre sont représentées ; ils sont donc considérés comme les plus riches de la planète en matière de diversité biologique.

Ce concept a été développé par Russell Alan Mittermeier en 1988, à partir d’une analyse préliminaire des priorités vis-à-vis de la protection des primates dans le monde[1],[2].

La mégadiversité se traduit par une grande biodiversité. Le critère principal est l'endémisme au niveau des espèces, des genres et des familles. Un pays mégadivers doit compter au moins 5 000 espèces de plantes endémiques et doit border les écosystèmes marins.

HistoriqueModifier

 
Carte des dix-sept pays mégadivers.

Lorsqu'il propose le concept dans sa publication de 1988, Russell Alan Mittermeier identifie six pays répondant à ce critère (Brésil, Colombie, Mexique, Zaïre, Madagascar et Indonésie)[1], et considère que les analyses en cours permettront probablement d'identifier une douzaine de pays qui représentent à eux tous 50 % à 80 % de la biodiversité mondiale[1].

Dans une publication de 1992, l'union internationale pour la conservation de la nature y ajoute l'Australie[3] pour rendre compte de 54 % des espèces du globe.

En 1996, en incluant les poissons d'eau douce, la liste est portée à une douzaine et inclut de plus l’Équateur, le Pérou, la Chine, l'Inde et la Malaisie[4],[5].

Le Centre de surveillance de la conservation de la nature (UNEP-WCMC), une agence du programme des Nations unies pour l'environnement, a identifié dix-sept pays mégadivers, dont la plupart sont situés dans les tropiques[6]. La liste complétée ajoute la Papouasie-Nouvelle Guinée, l'Afrique du Sud, Les États-Unis d'Amérique, le Congo, les Philippines et le Venezuela[5].

Les pays mégadivers détiennent au moins les deux tiers, et probablement environ les trois quarts de la biodiversité mondiale[2].

Initiative de Cancún et Pays mégadivers associésModifier

 
Carte des vingt pays mégadivers associés.

En 2002 est créée à Mexico une organisation des « pays méga divers » (Like-Minded Megadiverse Countries), regroupant 17 pays riches en diversité biologique et connaissances associées à cette biodiversité[7]. Selon Serge Morand, ce groupe « vise à créer un mécanisme de coopération afin de promouvoir leurs intérêts concernant la diversité biologique, la protection des savoirs traditionnels, l’accès aux ressources génétiques et le juste et équitable partage des bénéfices issus de leurs usages »[7]. Ces pays déclarent créer un groupe de pays mégadivers associés (paises megadiversos afines) pour disposer d'un mécanisme de consultation et de coopération leur permettant de promouvoir leurs intérêts et leurs priorités, liés à la préservation et à l'utilisation durable de la diversité biologique. Ils déclarent également qu'ils inviteront les pays qui ne sont pas devenus parties à la Convention sur la diversité biologique, au Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques et au Protocole de Kyoto sur les changements climatiques, à devenir parties à ces accords.

Les membres conviennent de se réunir périodiquement, au niveau ministériel et au niveau des experts, et décident qu'à la fin de chaque réunion ministérielle annuelle, le prochain pays hôte tournant assumera le rôle de secrétaire du groupe, pour assurer sa continuité, le développement de la coopération entre ces pays et la réalisation des différents accords et objectifs.

Plus tard, en 2010, le Guatemala et l'Iran sont également inclus dans la liste.

Pays mégadiversModifier

Pays mégadivers
Pays mégadivers pour l'UNEP-WCMC[8] Pays de l'initiative de Cancún
  Afrique du Sud Oui Oui
  Australie Oui Non
  Brésil Oui Oui
  République populaire de Chine (  Taïwan inclus) Oui Oui
  Costa Rica Non Oui
  Colombie Oui Oui
  Équateur Oui Oui
  Éthiopie Non Oui
  États-Unis Oui Non
  Guatemala Non Oui
  Inde Oui Oui
  Indonésie Oui Oui
  Iran Non Oui
  Kenya Non Oui
  Madagascar Oui Oui
  Malaisie Oui Oui
  Mexique Oui Oui
  Pérou Oui Oui
  Papouasie-Nouvelle-Guinée Oui Non
  Philippines Oui Oui
  République démocratique du Congo Oui Oui
  Venezuela Oui Oui

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Mittermeier, R. A. Primate Diversity and the Tropical Forest: Case Studies from Brazil and Madagascar and the Importance of the Megadiversity Countries. in Biodiversity (ed. Wilson, E. O.) (National Academy Press, 1988), chap. 16.
  2. a et b Russel A. Mittermeier, Tom Brooks, Gustavo Fonseca et Daniel Brito, « Focus : les pays de mégadiversité », dans Pierre Jacquet et Laurence Tubiana, Regards sur la Terre 2008, Paris, Presses de Science Po, coll. « Annuels », (ISBN 9782724610437, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 153-154.
  3. Protected Areas and Demographic Change : Planning for the Future, IUCN, 1992.
  4. Maurice Kottelat, Tony Whitten, Freshwater Biodiversity in Asia: With Special Reference to Fish, World Bank Publications, .
  5. a et b (es) What is a megadiversity country?, Comisión Nacional para el Conocimiento y Uso de la Biodiversidad.
  6. (en) « Megadiverse Countries definition », sur Biodiversity A-Z, Centre de surveillance de la conservation de la nature (UNEP-WCMC).
  7. a et b Serge Morand, « La biodiversité comme dimension du changement global », Recherches internationales, no 89,‎ , p. 213-230 (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  8. (en) « Biodiversity », dans State of the Environment 2011, Ministère de l'Environnement (Australie), , 124 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 574 (rapport complet, 940 pages [PDF]).

Articles connexesModifier

BibliographieModifier