Pauline Schmitt-Pantel

historienne française
Pauline Schmitt-Pantel

Biographie
Naissance (74 ans)
VialasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité Française
Thématique
Formation Université Lumière-Lyon-IIVoir et modifier les données sur Wikidata
Titres Professeure des universités
Profession Historien ou historienne et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • La cité au banquet, histoire des repas publics dans les cités grecques
  • Histoire des femmes en Occident (vol. I) (1991)
  • Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité en Grèce ancienne (2009)
  • Hommes illustres. Mœurs et Politique à Athènes au Ve siècle (2009)
Approche histoire de la Grèce antique
Distinctions Chevalier de l'ordre national du Mérite (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Pauline Schmitt-Pantel, née le à Vialas, est une historienne et helléniste française, professeure émérite d'histoire grecque à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et membre de l'équipe de recherche ANHIMA (ANthropologie et HIstoire des Mondes Anciens). Elle se spécialise dans l'étude de l'histoire du genre, dans l'histoire des mœurs et du politique dans les cités grecques ainsi que dans les questions de religion grecque[1]. Elle fait partie du comité scientifique de la revue Clio[2]. Elle est l’épouse de l’historien Jean-Claude Schmitt[3].

FormationModifier

Titulaire d'une maîtrise d'histoire grecque, Pauline Schmitt-Pantel obtient son agrégation en 1969 et enseigne l'histoire-géographie au lycée Simone-Weil de Saint-Étienne[4] et au lycée Jean-Baptiste-Corot à Savigny-sur-Orge.

Carrière universitaireModifier

Assistante d'histoire ancienne à l'université Paris VII Jussieu en 1971, elle devient par la suite maître de conférences de 1977 et le reste jusqu'en 1985 (ou 1987[1]?). Elle soutient sa thèse à l'université de Lyon II, intitulée La cité au banquet, histoire des banquets publics dans les cités grecques. De 1988 à 1997, elle est professeur d'histoire grecque à l'université de Picardie puis, de 1997 à 2010, à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Elle prend sa retraite en 2010.[réf. souhaitée]

Publications (sélection)Modifier

  • La cité au banquet, histoire des repas publics dans les cités grecques, Rome-Paris, BEFAR no 157, 1997 (1re éd. : 1992).
  • Histoire des femmes en Occident (vol. I) sous la direction de Georges Duby & Michelle Perrot, Paris, Plon, 1991.
  • Avec Louise Bruit-Zaidman, Gabrielle Houbre et Christiane Klapisch-Zuber (éd.), Le corps des jeunes filles, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 2001.
  • Avec Claude Orrieux, Histoire grecque, Paris, PUF, coll. Quadrige, 2004.
  • Avec L. Bruit Zaidman, La religion grecque, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, 2007 (4e éd.).
  • Dieux et déesses de la Grèce expliqués aux enfants, Paris, Seuil, coll. Expliqué à, 2008.
  • Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité en Grèce ancienne, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « La bibliothèque du féminisme », 2009.
  • avec F. de Polignac (éd.), Athènes et le Politique, Paris, Albin Michel, 2000.
  • Hommes illustres. Mœurs et Politique à Athènes au Ve siècle, Aubier, Paris, 2009.
  • Histoire des mythes grecs. Un cours particulier de Pauline Schmitt Pantel, Vincennes, Frémeaux & Associés, coll. « PUF / Frémeaux & Associés », coffret 4 CD, .
  • Une histoire personnelle des mythes grecs, Paris, PUF, .

Notes et référencesModifier

  1. a et b Pauline Schmitt-Pantel sur le site des Presses universitaires de France.
  2. « Site de l'Institut Emilie du Châtelet »
  3. Jean-Claude Schmitt, Giordana Charuty et Emma Aubin-Boltanski, « Entretien avec Jean-Claude Schmitt. 22 mars 2017 », Gradhiva. Revue d'anthropologie et d'histoire des arts, no 26,‎ , p. 164–179 (ISSN 0764-8928, lire en ligne, consulté le )
  4. Vidéo de l'intervention de Pauline Schmitt-Pantel dans le cadre du cycle de conférence « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre » au Muséum national d'histoire naturelle, organisé par l'Institut Émilie-du-Châtelet.

Liens externesModifier