Paulhan (Hérault)

commune française du département de l'Hérault

Paulhan
Paulhan (Hérault)
Église Notre-Dame-des-Vertus
Blason de Paulhan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Intercommunalité Communauté de communes du Clermontais
Maire
Mandat
Claude Valero
2020-2026
Code postal 34230
Code commune 34194
Démographie
Gentilé Paulhanais
Population
municipale
3 977 hab. (2018 en augmentation de 4,82 % par rapport à 2013)
Densité 353 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 30″ nord, 3° 27′ 35″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 83 m
Superficie 11,26 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Paulhan
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Clermont-l'Hérault
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Paulhan
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Paulhan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paulhan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paulhan

Paulhan (prononcé [poʎɑ̃] théoriquement[1], [pojɑ̃] par les générations d'avant-guerre, mais [polɑ̃] ensuite) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Paulhanais.

GéographieModifier

 
Carte

Entre mer et montagne, à mi-chemin de Béziers et de Montpellier, entouré de collines et des plaines des bords de l’Hérault, au cœur du département, Paulhan est un exemple parfait de village circulaire languedocien apparu aux environs de l’an mille. La visite de sa circulade reste incontournable.

Paulhan s'étend aux abords des rives de l'Hérault et au pied des premières collines. C'est un village circulaire retraçant plus de 1 000 ans d'histoire.

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 16,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 690 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,6 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[2].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Le Pouget », sur la commune du Pouget, mise en service en 1980[7]et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 14,6 °C et la hauteur de précipitations de 680,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Sete », sur la commune de Sète, mise en service en 1949 et à 24 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 15 °C pour la période 1971-2000[11], à 15,4 °C pour 1981-2010[12], puis à 15,8 °C pour 1991-2020[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Paulhan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paulhan, une unité urbaine monocommunale[17] de 3 937 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (76,6 %), zones urbanisées (14,1 %), prairies (4,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Attestée sous les formes Paulianum en 990, Paulhanum, Paollano en 1146[23].

Vient du nom d'un intendant de province Romain : Paulianus[23].

HistoireModifier

Les premiers maîtres de Paulhan furent les Bénédictins de Saint-Thibéry, les vicomtes de Béziers et d'Agde, les comtes de Mauguio, les Guilhem, seigneurs de Montpellier du XIIe au XIIIe siècle. Puis, les rois de Majorque furent les maîtres du village jusqu'au XIVe siècle. Le domaine de Paulhan fut alors vendu. Et la famille de Veyrac le posséda durant quatre siècles.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire et républicaine des sans-culottes », créée le 5 frimaire an II. Avec 211 membres en brumaire an III (contre 32 à la création)[24], soit 17,8 % de la population, elle rallie la quasi-totalité des hommes adultes, et même des jeunes de moins de 16 ans qui viennent s'y former aux nouvelles pratiques républicaines. C’est le plus fort taux de participation à une société populaire de tout le département[25].

Le chemin de fer arrive à la fin du XIXe siècle. La ville est alors un nœud ferroviaire avec la présence de plusieurs lignes : Paulhan – Montpellier, Paulhan – Faugères, Paulhan – Vias et Paulhan – Lodève.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bernard Soto DVG Professeur dans le second degré.
Président de la Communauté de communes du Clermontais (2001-2008).
2008 2014 Bernard Soto DVG puis PS à partir de 2011 Professeur dans le second degré.
2014 2014 France Albignac PS Retraitée de France Télécom.
1re adjointe au maire, elle devient maire par intérim après la démission de Bernard Soto.
2014 En cours Claude Valéro SE Retraité de l'Éducation nationale
3e vice-président de la communauté de communes du Clermontais.

DémographieModifier

Au dernier recensement, la commune comptait 3977 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0191 0061 1771 1881 3211 3081 3211 3331 260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2381 3201 3491 4211 6121 4321 6141 5811 758
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0731 9692 0352 2032 5202 7752 5042 2552 243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 2642 4212 2762 3792 5802 6343 1223 5633 820
2018 - - - - - - - -
3 977--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Notre-Dame-des-Vertus de Paulhan du XIe siècle (Classée) ;
  • L'ermitage Saint-Jean de Vareilhes : au moment des grandes invasions (Visigoths, Francs, Maures) les villages dispersés dans la campagne (Vareilhes, Saint-Geniès, Gisses) sont abandonnés. Les populations se regroupent autour du Castrum sur la colline du Castellas. Le ruisseau de Vareilhes donna son nom à la chapelle qui devint par la suite dîmerie. Elle est mentionnée pour la première fois en 1153 dans le Livre Noir du Cartulaire de Béziers, puis érigée en Prieuré en 1323. De nombreux ermites occupent le lieu au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Le bien est vendu après la Révolution. En 1820, l’ermitage aurait été occupé par un moine, la chapelle porte témoignage d’une occupation. Fin XIXe siècle début du XXe siècle jusque dans les années 1960, l’ermitage est la propriété du docteur Crouzet puis de son gendre le docteur Py, l’église est devenu un abri agricole très bien entretenu. Ramonets ou ouvriers agricoles y logèrent dans l’attente d’un logement plus décent ;
  • Statue du général Milan Rastislav Štefánik, bronze de Bohumil Kafka (1933), présente dans le village depuis 1955. Cette statue est à l’origine d'un jumelage avec son village natal, Košariská (Slovaquie), et la ville qui abrite son mausolée, Brezová pod Bradlom (Slovaquie) ;
  • Église Sainte-Croix (1903), actuelle église paroissiale ;
  • Le moulin des Laures du XIIe siècle[28] ;
  • La cave coopérative vinicole, inscrite depuis le parmi les monuments historiques[29]. Elle est réalisée par l'architecte Edmond Leenhardt et construite à partir de 1934. Elle représente un monument symbolique du mouvement coopératif local[30].

HéraldiqueModifier

Présentation du blason

Les armoiries de Paulhan se blasonnent ainsi :
« D'azur, au pairle losangé d'or et de sinople ». Grand Armorial du Languedoc.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Antoine de Veyrac, baron de Paulhan ;
  • Vincent Badie (1902-1989), homme politique, député-maire de la commune, conseil général et ministre ;
  • Eugène Lautier (1867-1935), homme politique, député-maire et ministre.

Curés de PaulhanModifier

Services publicsModifier

Les établissements scolairesModifier

InfrastructuresModifier

  • La bibliothèque municipale Jeanne Grizard ;
  • Le stade des Laures Yves Cros ;
  • Le gymnase Pierre Mendès France ;
  • Le gymnase départemental ;
  • Le foyer Rural René Cassin ;
  • La piscine communautaire ;
  • La salle des fêtes ;
  • La salle des produits régionaux ;
  • La salle des jeunes ;
  • L'EHPAD Vincent Badie ;
  • La salle des associations Georges Brassens ;
  • L'office de tourisme communautaire.

AnimationsModifier

  • La Foire des Couleurs: le premier dimanche de mai. Découverte dans les rues, des commerçants et artisans, des producteurs et produits du terroir, des associations, des artistes (potiers, peintres, sculpteurs…), un grand marché aux puces et de nombreux manèges d'enfants. Organisée par l’Association des Commerçants et Artisans de Paulhan ;
  • La Foire dans la Circulade : mi-octobre, marché aux puces, artistes peintres, sculpteurs d'art et les associations paulhanaises, animations de rue et expositions. Organisée par, l’Association des Commerçants et Artisans de Paulhan en partenariat avec la mairie, l’association des villages circulaires, la Chambre de commerce et d'industrie de Montpellier ;
  • Le marché de Noël : mi décembre. Organisé par l’Association des Commerçants et Artisans de Paulhan ;
  • Le Festival des Récré'atrâles : fin juillet. Festival de spectacle vivant organisé par la mairie ;
  • Paulh'en Scène : au printemps. Soirée de concerts organisé par la mairie.

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Toponyme occitan, le digraphe /lh/ se prononce [ʎ]; voir également Graulhet.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 20 juin 2021)
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 20 juin 2021)
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 20 juin 2021)
  7. « Station Météo-France Le Pouget - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 20 juin 2021)
  8. « Orthodromie entre Paulhan et Le Pouget », sur fr.distance.to (consulté le 20 juin 2021).
  9. « Station Météo-France Le Pouget - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté en le pouget).
  10. « Orthodromie entre Paulhan et Sète », sur fr.distance.to (consulté le 20 juin 2021).
  11. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  12. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  13. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 20 juin 2021)
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  17. « Unité urbaine 2020 de Paulhan », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  23. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, page 667, (ISBN 2600028838).
  24. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 416.
  25. Dubost, Le réseau des sociétés…, op. cit., p. 395
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Notice no IA00028504, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. [PDF] Arrêté portant inscription au titre des monuments historiques, page 1/2, publié le sur le site du Ministère de la Culture (consulté le 8 mai 2019)
  30. Notice no PA34000109, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Christine Portefaix-Vezian, Paulhan : répertoire des tènements et des lieux-dits, leur étymologie et leur histoire suivi du répertoire des noms de rues et leur histoire, S.l., L.U, , 347 p.
  • Louis Secondy et Christine Vézian-Portefaix, À visage découvert : les pénitents blancs de Paulhan, 1645-1935, Pézenas, Domens, , 236 p.
  • Observations sur le tracé du chemin de fer de Montpellier à Paulhan, Montpellier, Boehm et fils, , 6 p.
  • Alphonse Delouvrier, Histoire de Paulhan (diocèse de Béziers) et de ses environs, sous l'Ancien Régime : l'histoire de Notre-Dame-des-Vertus, Nîmes, Lacour-Ollé, , 334-55 p.

Fonds d'archivesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier