Ouvrir le menu principal

Paul Viel

personnalité du monde équestre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viel.
Paul Viel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
française
Activité
Entraîneur de chevauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Montures

Paul Viel est une personnalité du monde des courses hippiques, driver, entraîneur, éleveur et propriétaire de trotteurs, né le .

BiographieModifier

Issu d'une des plus anciennes familles d'éleveurs de trotteurs français, Paul Viel nait le [1]. Il porte le prénom de son grand-père qui remporta le Prix d'Amérique en 1923 au sulky de Passeport. Il est le fils d'Albert Viel qui a été classé meilleur propriétaire en 1978 puis de 1981 à 1993, meilleur éleveur 1978, 1979, de 1981 à 1986, 1992 et 1996[2] et a été, comme son père Paul Viel, président de la Société d'encouragement à l'élevage du cheval français[1]. Il ne se destine pas dans un premier temps à une carrière dans le milieu du trot. Il passe son baccalauréat et commence des études de droit, mais abandonne cette voie pour finalement suivre son frère Jean-Pierre dans une carrière de driver et d'entraineur[1]. Il a deux enfants, Hubert et Guillaume[1].

CarrièreModifier

Paul Viel entraine une partie des chevaux de son père. Lui sont ainsi attribués de très bons chevaux comme Moktar, Renoso, Turquetil, Vanneau et Abo Volo[1] qui remporte le Prix d'Amérique 1997 confié à Jos Verbeeck. Il entraine également des chevaux de son grand-père maternel tels qu'États-Unis, Gaddi ou Grande Volo (mère d'Abo Volo)[1]. Il dirige le haras de Coudray-Rabut, près de Pont-l'Évêque[1].

Il devient propriétaire et éleveur. Issu de l'élevage familial, son cheval Ultra Ducal domine la génération 1986. Il fait sensation en 1991 en mettant fin à l'invincibilité de Ténor de Baune dans le Prix de France, battant également l'officieux champion du monde Rêve d'Udon. Le cheval se présente super favori du Prix d'Amérique 1992, drivé par Paul Viel. Il se fait dépasser dans la ligne droite par Verdict Gédé[3]. Paul Viel avouera que le pilote est davantage responsable de la défaite que le cheval,et qu'il s'était sans doute trop investi dans le préparatoire Prix de Belgique quinze jours plus tôt[4].

Avec Abo Volo, Paul Viel offre en 1997 à son père, quelques jours avant la mort de celui-ci, la performance attendue par l'écurie familiale depuis près d'un siècle : la victoire dans le Prix d'Amérique (le grand-père ne l'avait gagné qu'en tant que driver). L'écurie avait franchi auparavant sept fois la ligne d'arrivée de l'épreuve à la seconde place (dont celles d'Ultra Ducal et d'Abo Volo lui-même). Sagement, Paul Viel en avait confié la conduite à Jos Verbeeck[5].

Après la mort d'Albert Viel, les écuries Viel perdent leurs places au premier plan dans les années 2000. Paul Viel parvient cependant à renouer avec le succès dans quelques groupes II montés dans les années 2010, avec Rex Normanus (confié en course à Yoann Lebourgeois)[6] et Attentionally (confiée à David Thomain) qu'il présente au départ des Prix de Cornulier 2016 et 2017 qu'elle termine respectivement 3e et 4e[7].

Palmarès (entraîneur et/ou driver)Modifier

  France

Groupes IModifier

  Allemagne

  Europe

Groupes IIModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 276
  2. Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 400
  3. « HIippisme : le Prix d'Amérique à Vincennes. Le nez et l'oreille », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Pierre Joly, Trotteurs de légende, Rennes, Éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2270-7), p. 117-119
  5. Guy de La Brosse, « Le Prix d'Amérique privilégiera la tactique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Rex Normanus - Fiche cheval », sur letrot.com, Le Trot (consulté le 8 juin 2017)
  7. « Attentionally - Fiche cheval », sur letrot.com, Le Trot (consulté le 8 juin 2017)