Paul Raymond (éditeur)

homme d'affaires britannique propriétaire d'un groupe de presse
Paul Raymond
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
St. Francis Xavier's College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Arme
Site web

Paul Raymond, né le à Liverpool (Royaume-Uni) et mort le [1], est un éditeur et homme d'affaires britannique spécialisé dans l'érotisme.

BiographieModifier

En 1958, il ouvre les premiers cabarets de strip-tease londoniens à Soho, s'inspirant des Folies bergères parisiennes, qu'il fréquentait lorsqu'il avait séjourné à Paris. Plusieurs personnalités y viennent tels Peter Sellers, Frank Sinatra, Judy Garland, Richard Burton et certaines deviennent ses amis. Les Beatles tournent une scène dans son club Raymond Revuebar (en) pour leur téléfilm Magical Mystery Tour en 1967[2]. Paul Raymond rachète ensuite un à un les clubs du quartier de Soho, accumulant une fortune grâce à ce business ; il devient milliardaire. En 1971, il crée le mensuel érotique Men Only (en), qui va jusqu'à se vendre à 500 000 exemplaires. À la fin des années 1980, il rachète son principal concurrent, Mayfair (en). Son succès se place dans le contexte de libération des mœurs de l'époque[3].

Dans la fictionModifier

Un biopic a été réalisé à son sujet, A Very Englishman, de Michael Winterbottom. Paul Raymond y est joué par Steve Coogan[3].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Amol Rajan, « Paul Raymond, the king of the Soho sex trade, dies aged 82 », independent.co.uk, 4 mars 2008.
  2. « Sultan of scandal », Daily Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Jacques Braustein, « Un playboy "made in England" », GQ, juillet 2013, pages 38-39.