Ouvrir le menu principal

Paul Lombard (homme politique)

personnalité politique française

JeunesseModifier

Après quelques années passées à La Ciotat, sa famille regagne rapidement sa ville d'origine, Martigues. En 1944, son père Paul-Baptistin Lombard, engagé dans la résistance communiste, est arrêté par les Allemands et fusillé le [1].

Années 1953-1968Modifier

Il entre au conseil municipal de Martigues en 1953, à la faveur de la démission de sa mère, et se trouve dans l'opposition communiste au maire Paul Pascal (SFIO). En 1959, la liste PCF menée par Francis Turcan est élue et il devient adjoint aux finances de 1959 à 1968. La ville amorce sa modernisation dans le sillage de la création de la zone industrielle de Fos-Lavéra.

Années 1968-2009Modifier

À la suite de la mort de Francis Turcan en 1968, il devient maire de Martigues et sera réélu à ce poste en 1971, 1977, 1983, 1989, 1995, 2001 et 2008 à chaque fois au premier tour. Il a aussi été député de 1988 à 1993.

Sa première tâche, déjà amorcée pendant les années Turcan est de moderniser la ville (en 1959, le tout-à-l'égout n'existe pas) et de faire face à l'afflux d'habitants (Martigues passe d'un peu plus de 10 000 habitants à la fin de la guerre à plus de 38 000 en 1975). L'organisation et l'approvisionnement en eaux de la ville (travaux sur le canal de Martigues, construction d'une station d'épuration puis d'une usine de filtration en 1989) sera ainsi un de ses principaux succès en même temps que la Régie des Eaux de Martigues deviendra l'une des vitrines des nouveaux services municipaux.

En 1974, trois chantiers importants sont achevés : l'hôpital des Rayettes, la construction du lycée Jean Lurçat et la voie rapide vers Fos et Arles. En 1977, s'achève la réalisation du quartier Saint-Roch et commencent les chantiers de rénovation du quartier de l'Ile puis les fouilles archéoliques qui dureront jusqu'en 1989 et aboutiront à la création d'un service archéologique spécialisé par la ville. Martigues fête ensuite ses 400 ans d'existence en 1981.

La ville étant désormais pourvue en installations modernes, les chantiers et constructions suivants se dirigent vers le confort des habitants. Une bibliothèque est inaugurée en 1981, un musée de peinture et une radio locale (Radio Maritima) l'année suivante puis, en 1983, un nouvel hôtel de ville. En 1993 et 1995, ces installations sont complétées par les constructions de la Halle de Martigues et du Théâtre des Salins[2].

À l'occasion des élections municipales de 2008, il se présente pour la 7e fois consécutive tout en annonçant son départ en 2009 au profit de Gaby Charroux[3]. La passation a lieu le devant 3 000 personnes[4]. Paul Lombard demeure cependant conseiller municipal.

DistinctionsModifier

En 2011, il est fait officier de la Légion d'honneur[5].

Notes et référencesModifier

  1. Notice de LOMBARD Paul-Baptistin sur le Maitron des fusillés
  2. Quartier de Martigues
  3. Paul Lombard, maire PCF de Martigues depuis 40 ans, passe la main, leparisien.fr, 29 mai 2009
  4. Reflets, juin 2009, p.6
  5. Martigues. Paul Lombard officier de la Légion d'honneur, maritima.info, 17 mars 2011

Liens externesModifier